Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion > Votre espace Témoignage > L'athéisme s'est imposé à moi...


Témoignage

L'athéisme s'est imposé à moi...


(Xelia -   18/09/05)



J'ai eu une discussion ce soir avec une personne qui a étudié l'histoire des religions et qui est croyante.
Sans le vouloir, je l'ai blessée, mais je n'ai pas compris pourquoi, car j'ai exprimé mon point de vue, de façon un peu passionnée à certains moments, mais parce que elle ne voulait pas me laisser placer un mot...

A un moment, elle m'a dit une phrase : "Mais comment tu peux parler comme ça, tous mes amis viennent me demander des conseils en matière de religion, et toi on dirait que cela ne t'intéresse pas !"
Je dois dire que cette phrase m'a agacée.
C'est sans doute pourquoi, j'ai été un peu trop passionnée à des moments...
Mais, en + élaboré, je croyais réentendre ma mère, qui elle n'avait pas des arguments aussi pointus que cette amie, mais, qui à chaque fois quand elle me parlait du Dieu ou du Jésus, cela allait de soi, et il n'y avait rien à ajouter...

Je ne suis pas athée par principe, je ne cherche pas à convaincre non plus, mais simplement à exprimer mon point de vue.
L'athéisme s'est imposé à moi alors que j'avais 11 ans, tout simplement en observant les adultes, leurs injonctions, leurs contradictions...

Mon père était contre les curés, et contre la religion et les religions en général. Il n'était pas communiste non plus, certainement un peu nanar, et avait, pour l'époque un sens critique de la politique, de la guerre de 39-45. Cette guerre lui avait vallu d'être 5 ans prisonnier en Allemagne.
Il m'a appris l'histoire : non les allemands n'étaient pas tous des nazis, beaucoup d'entre eux avaient même lutté pour la liberté avant la déclaration de la guerre, car les camps de concentrations, les premiers qui y ont été déportés, c'étaient les Allemands qui luttaient contre le système qui était en train de se mettre en place dans leur propre pays.
A l'époque, il y avait des révoltés, comme il y en a eu de tout temps, dans l'histoire.

Tout ça pour dire: mais pourquoi les croyants veulent-ils toujours avoir raison et supporte pas d'être en face de quelqu'un qui leur dit tranquillement qu'il ne croit pas.
Alors après s'ensuivent des questions : "alors, tu crois en rien ? ça ne te dérange pas de mourir ? tu ne veux pas qu'il y ait quelque chose après la mort ? (moi je veux rien... ou si je veux tout, mais ça n'existe pas !...) Tu penses qu'il n'y a rien après ? "

Ben ! oui, le chien, il vit aussi!
Oui mais toi, tu as conscience de ça !
Oui, et c'est à cause de cette conscience que je devrais croire ?
ELLe : c'est un dialogue de sourd !
Oui je vis en pensant tout simplement que je vis, et que c'est un cadeau merveilleux d'exister tous les jours, je n'envisage pas la mort de façon sereine, j'ai envie de vivre, mais que faire ? Personne n'a envie de mourir, mais parce que la mort est très angoissante, je devrais devrais croire à toutes ces sornettes et cela me permettrait de moins angoisser ?

Non, c'est le contraire, le fait d'être athée m'a toujours libérée, je me sens au contraire très proche des autres et de leurs souffrances, mais pas dans la pitié, non, plutôt dans l'écoute, et si je peux placer un petit mot de réconfort avec quelqu'un qui est + en perdition que moi, alors j'aurai peut-être fait quelque chose qui l'aidera un peu...Pour un moment...

Tout ceci, naturellement et sans me prendre la tête...Sauf avec des personnes comme cette amie qui prétend savoir tout sur tout et qui ne comprend pas que je puisse penser différemment.
Bon , ce mail m'a entraînée un peu loin dans les explications, mais cela me fait du bien, et j'espère que vous aurez autant de plaisir à me lire que j'en ai eu à l'écrire et à renconter votre site.

Salutations.


Xelia



Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Votre espace    Haut de page    Contactcontact   Copyright ©