Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Revue de Presse  >  Judaïsme > 2009

Judaïsme

2009

Revue de presse


En quelques lignes, l'essentiel d'une sélection* d'articles de la presse écrite
(*) L'exhaustivité n'est pas recherchée.
Si un article qui vous paraît important a été omis, signalez-le


Codes couleur :
En noir : synthèse la plus objective possible des articles ou des points paraissant importants.
En rouge foncé : citation ou extrait de l'article. Titre en gras.
En mauve : commentaire ou appréciation particulière de "atheisme.free.fr"


"L’éthique, c’est de changer Israël" (Esther Bensassa)
L'Humanité - 23 novembre 2009

A propos du livre d'Esther Bensassa, directrice d’études à l’École des hautes études (Sorbonne), Etre juif après Gaza (Éditions du CNRS, 2009) dans lequelle elle "dit le dilemme qui est le sien et qu’elle résume ainsi : "Je ne peux pas être juive sans Israël, ni avec Israël tel qu’il est."
Esther Benbassa enseigne l’histoire du judaïsme à l’École pratique des hautes études. Un judaïsme qui est le sujet de ses publications, mais aussi son identité profonde. Assumée et tourmentée, comme en témoigne son dernier livre. [...]
Le lien des juifs avec Israël, au centre de ce livre, et que vous questionnez, on le sent très fort. Il fait partie de vos racines ?
EB : Je n’ai pas de racines. Pour moi, être juif, ce n’est pas une question de religion puisque je ne suis ni croyante ni pratiquante. C’est une façon de voir le monde, c’est une éthique, et lorsque cette éthique est remise en question, il ne me reste plus grand-chose… Mais peut-on cesser d’être juif ? Je ne le crois pas. [...]
En 2007, plus de la moitié des juifs américains – non orthodoxes, bien sûr –, de moins de trente-cinq ans, disaient même que la disparition d’Israël ne serait pas une catastrophe pour eux (page 22), ce qui est inimaginable en France. Je crois qu’après Gaza, il y a eu un questionnement plus grand encore chez les juifs américains, surtout chez les jeunes. Et comme ce qui se passe en Amérique arrive aussi chez nous, je crois que le soutien massif des juifs français à Israël et à chaque guerre s’amenuisera avec le temps. À un moment donné, si Israël continue à se comporter de cette façon, il y aura une distanciation de la diaspora. En même temps, je crains qu’il n’y ait une confusion de plus en plus grande entre les juifs et Israël, et que le rejet de l’attitude d’Israël n’entraîne un rejet des juifs. Ce n’est pas de la prophétie, c’est une peur réaliste… [...]
Quelque chose a bougé, malgré les postures figées et l’autodéfense. Il me semble qu’avec ce livre, j’ai donné une voix aux silencieux, à ceux qui se posent des questions et qui n’osent pas encore le dire. Les juifs n’ont pas tellement envie d’assumer les erreurs d’Israël. Je ne crois pas qu’ils continueront longtemps à soutenir un État qui a été, à leurs yeux, une éthique et qui ne l’est plus. Je crois vraiment que la diaspora doit imposer à Israël une éthique pour éviter le décrochage dont je parlais tout à l’heure."
[...]
http://www.humanite.fr/2009-11-23_Societe_ESTHER-BENBASSA-L-ethique-c-est-de-changer-Israel


"Retour sur la question juive", d'Elisabeth Roudinesco : l'antisémitisme et la confusion des mots (Jacques Le Rider)
Le Monde - 30 octobre 2009

"Une formule de Maurice Blanchot, placée en épigraphe, donne le ton du livre : "L'antisémitisme reste la faute capitale." Aussi est-il l'interdit qui suscite la pire des accusations, celle qu'on lance pour tuer son adversaire. Si Elisabeth Roudinesco revient aujourd'hui à la "question juive" (en hommage à Jean-Paul Sartre), c'est pour s'insurger contre les abus de langage qui sèment la confusion.
L'historienne souligne les différences entre l'antijudaïsme du Moyen Age et de l'époque moderne et l'antisémitisme enfanté par le XIXe siècle, sans nier que telle notion "antijuive"- comme celle de "pureté du sang", brandie contre les marranes en Espagne - ait pu être un jalon sur la voie conduisant à l'antisémitisme.
Fidèle à l'esprit des Lumières, elle rappelle que l'antijudaïsme de Voltaire et de Diderot s'en prenait à l'obscurantisme religieux au nom de l'émancipation des juifs. C'est avec la même conviction qu'elle réfute les accusations d'antisémitisme souvent portées contre Marx. (...)
Le dernier chapitre de cet essai, qui ne vaudra pas que des amis à son auteur, est une critique sévère des "inquisiteurs" et "procureurs" qui voient l'antisémitisme là où il n'est pas. Voilà un livre érudit et courageux, qui préfère le combat rationnel aux vaines polémiques."

http://www.lemonde.fr/archives/article/2009/10/29/retour-sur-la-question-juive-d-elisabeth-roudinesco_1260094_0.html


Pourquoi papa il est pas juif ? (Séverine Mathieu)
Libération - 2 octobre 2009

A propos du livre de la sociologue Séverine Mathieu "La transmission du judaïsme dans les couples mixtes" (Editions de l'Atelier, 2009). Interview de Catherine Coroller.
"C’est un petit livre accessible et savant. "Que transmet-on lorsque l’on est juif, que l’on ne pratique pas, que l’on partage sa vie et que l’on élève des enfants avec un conjoint non juif ?" interroge Séverine Mathieu, sociologue à l’Ecole pratique des hautes études (EPHE) et membre du groupe Sociétés, religions, laïcités (CNRS) dans son dernier opus tout juste publié (1). Pour tenter de répondre à cette question, cette chercheure a rencontré 27 couples d’âges et d’horizons divers et a mené 11 entretiens individuels avec des juifs et non-juifs. Elle nous livre ici ses conclusions.
Pourquoi vous êtes-vous intéressée à la question de la transmission du judaïsme chez les couples mixtes ?
J’ai été frappée d’entendre des gens âgés de 30 à 40 ans, lorsqu’ils ont eu des enfants, se poser la question de la transmission du judaïsme, et voir cette question devenir saillante, en la mettant parfois en lien avec le regain d’antisémitisme du début des années 2000. Je parle de gens qui ne pratiquaient pas et qui pouvaient afficher une totale indifférence à cet héritage. [...]
Depuis la Seconde Guerre mondiale, les mariages dits "mixtes" ont fortement augmenté parmi les juifs français. Si l’on en croit un sondage publié en 2002 dans l’Arche (mensuel du judaïsme français), 40% des juifs mariés âgés de moins de 30 ans ont un conjoint non juif. Et parmi les couples non mariés, la proportion serait encore plus forte. Pour la sociologue Dominique Schnapper, les juifs "en partie" vont devenir la norme. Cela pose la question de la dilution, voire de la disparition, du judaïsme.
Les couples mixtes portent-ils la culpabilité d’être en quelque sorte responsables de cette disparition, après la Shoah ?
Ils peuvent ressentir un sentiment de culpabilité de rompre la chaîne de la transmission du judaïsme, de participer de la disparition de cette identité. D’ailleurs, le plus souvent, le conjoint non juif devient un acteur de cette transmission. Sans nécessairement se convertir pour autant."
[...]
http://www.liberation.fr/vous/0101594599-pourquoi-papa-il-est-pas-juif


Benoît XVI cherche à apaiser la communauté juive (Stéphanie Le Bars)
Le Monde – 14 février 2009 (1/4 de page)

"Le pape n'en finit pas de solder "l'affaire Williamson". Suite au tollé suscité par la levée de l'excommunication de cet évêque négationniste, le 21 janvier, Benoît XVI multiplie les déclarations de solidarité envers la communauté juive et les condamnations du négationnisme.
Sa rencontre, jeudi 12 février, avec des représentants d'organisations juives américaines, menés par le rabbin new-yorkais Arthur Schneier, rescapé des camps, a donné au pape l'occasion de réaffirmer que "toute négation ou minimisation du crime de la Shoah est intolérable et inacceptable". Il a aussi repris à son compte le "pardon" que Jean Paul II avait demandé aux juifs, en 2000, à Jérusalem.
"La haine et le mépris des hommes, des femmes et des enfants qui se sont manifestés pendant la Shoah étaient un crime contre Dieu et contre l'humanité", a affirmé Benoît XVI devant les responsables juifs, ajoutant, sans citer le nom de l'évêque Williamson : "Cela doit être clair pour tous, en particulier pour ceux qui se situent dans la tradition des Ecritures." Le Vatican, qui affirme n'avoir pas eu connaissance des positions négationnistes du prélat avant la levée de l'excommunication, a demandé, en vain, à Mgr Williamson de se rétracter publiquement. Ce dernier a simplement accepté "d'étudier" le sujet.
La possible réintégration dans l'Eglise catholique d'un négationniste avait provoqué l'indignation des juifs et fait craindre une résurgence de l'antisémitisme chrétien, de même qu'une détérioration des relations judéo-chrétiennes."
[...]
http://www.lemonde.fr/archives/article/2009/02/13/benoit-xvi-cherche-a-apaiser-la-communaute-juive_1154985_0.html


Evêque négationniste : le grand rabbin de France critique Benoît XVI
Le Nouvel Observateur – 1er février 2009 (1/6 de page)

""Comment le pape pouvait-il ignorer le négationnisme de Mgr Williamson ?" s'interroge Gilles Bernheim qui doit être officiellement investi ce dimanche.
Le grand rabbin de France, Gilles Bernheim, a qualifié les déclarations négationnistes de Mgr Richard Williamson de "propos abjects", ajoutant attendre des "réponses claires" de l'Eglise, dans un entretien au Monde daté de dimanche 1er – lundi 2 février.
"Nier la Shoah, c'est insulter la mémoire de six millions de juifs […] Les propos de Mgr Williamson sont abjects", a déclaré Gilles Bernheim, qui sera officiellement investi dans ses fonctions dimanche. "Cette annonce m'a fait très mal en tant que juif et en tant que militant du dialogue entre les religions", a-t-il ajouté."
[...]
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/20090201.OBS2588/?xtmc=religion&xtcr=3


Evêque négationniste : le Grand rabbin de France attend "des réponses claires" de l'Eglise (Source AFP)
Libération – 31 janvier 2009 (1/8 de page)

"Le Grand rabbin de France, Gilles Bernheim, a qualifié les déclarations négationnistes de Mgr Williamson de "propos abjects", ajoutant attendre des "réponses claires" de l’Eglise, dans un entretien au Monde daté de dimanche-lundi.
"Les propos de Mgr Williamson sont abjects", a dit M. Bernheim, qui sera officiellement investi dans ses fonctions dimanche. "Cette annonce m’a fait très mal en tant que juif et en tant que militant du dialogue entre les religions", a-t-il ajouté.
"Une fois passé le choc, j’ai entendu les condamnations de mes amis chrétiens", a-t-il assuré, alors que la levée de l’excommunication des quatre évêques intégristes de la Fraternité Saint-Pie, dont Mgr Williamson, suscite des remous chez les catholiques."
[...]
http://www.liberation.fr/societe/0101316024-eveque-negationniste-le-grand-rabbin-de-france-attend-des-reponses-claires-de-l-eglise


Le juif, coupable universel (Pierre Jourde)
Le Monde – 22 janvier 2009 (1/6 de page)

Pierre Jourde est romancier, critique littéraire et professeur à l'université de Grenoble-III.
"Depuis l'entrée de Tsahal dans la bande de Gaza, les médias parlent benoîtement d'"importation du conflit", de "violences intercommunautaires". Elles sont tout de même un peu à sens unique, les violences "intercommunautaires". Cela consiste, en gros, à ce que des jeunes gens d'origine arabo-musulmane s'en prennent à des juifs, manifestant par là leur soutien à leurs "frères" palestiniens opprimés. Ils n'ont d'ailleurs pas attendu le conflit de Gaza pour pratiquer ce sport, et l'agression ou l'injure adressée aux juifs est devenue un phénomène récurrent.
La mort de centaines de femmes et d'enfants palestiniens est un désastre humain qui doit susciter en tout homme l'horreur et la compassion. En conséquence de quoi, il est légitime d'aller casser la figure à un juif de France qui n'y est pour rien. Sans doute parce que ces gens-là, c'est bien connu, forment un lobby. Tout juif est complice.
Que soutiennent-ils, en tant que quoi manifestent-ils, ceux qui cassent du juif, et ceux qui manifestent contre l'opération israélienne ?
Soutiennent-ils le Hamas ? Savent-ils que les textes de référence de ce mouvement n'ont rien à envier à ceux du Parti nazi ? Que son objectif déclaré est de tuer les juifs et de détruire Israël ? Veulent-ils qu'Israël reçoive éternellement ses missiles sans réagir ?"
[...]
http://www.lemonde.fr/archives/article/2009/01/21/le-juif-coupable-universel-par-pierre-jourde_1144695_0.html


>>> Suite de la revue de presse : Judaïsme - 2008

Voir la page d'accueil sur le judaïsme


Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Accueil Revue de presse    Haut de page    Contact   Copyright ©