Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Revue de Presse  >  Judaïsme > 2008

Judaïsme

2008

Revue de presse


En quelques lignes, l'essentiel d'une sélection* d'articles de la presse écrite
(*) L'exhaustivité n'est pas recherchée.
Si un article qui vous paraît important a été omis, signalez-le


Codes couleur :
En noir : synthèse la plus objective possible des articles ou des points paraissant importants.
En rouge foncé : citation ou extrait de l'article. Titre en gras.
En mauve : commentaire ou appréciation particulière de "atheisme.free.fr"


Invité au synode réuni à Rome, le grand rabbin de Haïfa revient sur l'attitude de l'Eglise pendant la Shoah (Stéphanie Le Bars)
Le Monde – 8 octobre 2008 (1/6 de page)

"L'intervention, historique, du rabbin israélien Shear Yashuv Cohen devant le synode des évêques réuni à Rome, lundi 6 octobre, favorisera-t-elle un dialogue apaisé entre juifs et chrétiens ?
Prenant la parole, lundi 6 octobre, le grand rabbin de Haïfa a évoqué "l'histoire faite de sang et de larmes (entre les juifs) et les responsables et les fidèles de l'Eglise catholique". Sortant de son discours écrit et dans une allusion au pape Pie XII, il a dénoncé le silence des responsables religieux sur le sort des juifs durant la Shoah. "Nous ne pouvons pas oublier le fait douloureux que de grands leaders religieux ne se soient pas élevés pour sauver nos frères et qu'ils aient choisi de garder le silence. Nous ne pouvons pas pardonner et oublier cela et j'espère que vous comprenez notre peine", a-t-il déclaré devant les évêques réunis autour de "la parole de Dieu". M. Cohen a toutefois estimé que sa présence était "un signal d'espoir et un message d'amour"."
[...]
http://www.lemonde.fr/archives/article/2008/10/07/invite-au-synode-reuni-a-rome-le-grand-rabbin-de-
haifa-revient-sur-l-attitude-de-l-eglise-pendant-la-shoah_1103985_0.html


Le président du Crif dénonce "l'antisémitisme au quotidien" (Richard Prasquier)
Le Figaro – 19 septembre 2008 (1/4 de page)

Propos recueillis par Jean-Marie Guénois.
"A la tête du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), Richard Prasquier estime que l'agression dont ont été victimes trois jeunes juifs à Paris est un acte d'antisémitisme caractérisé.
Jean-Marie Guénois: Le procureur n'a pas retenu «l'antisémitisme» comme motif de l'agression subie, le 6 septembre dernier, dans le XIXe arrondissement de Paris, par trois jeunes juifs. Qu'est-ce qui vous permet de soutenir le contraire ? Richard Prasquier : Trois jeunes juifs marchent dans la rue Petit, reconnaissables à leur kippa. On leur tire dessus avec une arme à billes. Il y a beaucoup de monde ce samedi après-midi, et c'est sur eux que les projectiles sont lancés. C'est à partir de ce fait qu'on doit légitimement évoquer le motif antisémite. Le fait que l'un des agresseurs, d'ailleurs intervenu dans un deuxième temps, soit juif ne change pas le problème : l'acte antisémite vient du choix de la cible et non de la personne qui l'accomplit."
[...]
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2008/09/19/01016-20080919ARTFIG00680-prasquier-l-acte-
antisemite-vient-du-choix-de-la-cible-.php


Le caricaturiste Siné renvoyé de Charlie Hebdo (AFP)
Libération – 17 juillet 2008 (1/8 de page)

"Le caricaturiste Siné, accusé d’avoir tenu dans une chronique des propos antisémites liés au projet de mariage de Jean Sarkozy, a été renvoyé de l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, a indiqué hier le directeur de la publication, Philippe Val.
Dans une chronique publiée le 2 juillet par Charlie Hebdo, Siné ironisait sur une éventuelle conversion au judaïsme de Jean Sarkozy avant son mariage annoncé par la presse avec la fille du fondateur des magasins Darty.
«Je suis rarement d’accord avec ce que Siné raconte mais il y a une latitude à Charlie pour exprimer des opinions différentes des miennes» et «cette latitude est bordée par une charte qui proscrit notamment tout propos raciste et antisémite dans le journal», a ajouté le directeur de la publication. «Siné a dépassé cette limite», selon lui."
[...]
http://www.liberation.fr/actualite/ecrans/339402.FR.php


Gilles Bernheim, le pari d'un judaïsme ouvert (Stéphanie Le Bars)
Le Monde – 26 juin 2008 (1/6 de page)

Un portrait du nouveau grand rabbin de France, Gilles Bernheim.
Conclusion : [...] "Une frange de la communauté lui a aussi reproché de trop en faire dans le dialogue avec les chrétiens. Sur ce sujet-là aussi, le rabbin posé est capable de sortir de ses gonds. "Pour moi, le dialogue judéo-chrétien est une discussion pied à pied sur la résurrection, la christologie. Mais le fait est que beaucoup de rabbins pensent encore que Jésus est un hérétique qui méritait la mort", déplore celui qui persiste à dire que, "sur les trente-trois premières années de Jésus, il n'y a rien d'irréparable entre juifs et chrétiens ; ce sont ses deux derniers jours et après qui nous éloignent pour toujours". En dépit des critiques, celui qui est aussi le vice-président de l'Amitié judéo-chrétienne de France assure qu'il continuera sur cette voie, convaincu qu'"un axe intelligent de dialogue entre juifs et chrétiens" doit servir d'exemple à l'islam, dont "le pire ennemi est l'islamisme".
Mais c'est bien une voix juive qu'il souhaite faire entendre, dans la communauté comme à l'extérieur. En philosophe et en talmudiste rompu à l'argumentation, le nouveau grand rabbin ne devrait pas se priver d'intervenir dans les débats de société. "Ce n'est pas parce que les rabbins sont contre l'euthanasie ou le pacs que nous devons considérer leurs partisans comme des ennemis mortels. Au contraire, c'est à ceux-là qu'il faut que je donne à penser", explique le religieux. La pensée, moteur infatigable du grand rabbin-philosophe."

http://www.lemonde.fr/archives/article/2008/06/25/gilles-bernheim-le-pari-d-un-judaisme-ouvert_1062631_0.html


Nouveau Grand rabbin de France, Gilles Bernheim prône un judaïsme ouvert sur la société (Stéphanie Le Bars)
Le Monde – 24 juin 2008 (1/6 de page)

"C'est aux étudiants que le nouveau Grand rabbin de France a réservé sa première visite. Elu confortablement, dimanche 22 juin, face à Joseph Sitruk qui occupait cette fonction depuis vingt et un ans, Gilles Bernheim, ancien aumônier des universités, intellectuel formé à la philosophie, s'est rendu à la rencontre annuelle de l'Union des étudiants juifs de France (UEJF), à Paris. Dans la soirée, il a rendu hommage à son prédécesseur qui "a tracé une marque très forte dans le judaïsme".
Epilogue d'une campagne électorale longue et tendue, cette élection marque un réel changement de style et d'approche à la tête du judaïsme religieux en France. Le grand rabbin d'origine tunisienne, charismatique et chaleureux, ancré dans un judaïsme orthodoxe et centré sur la communauté juive, laisse la place à un religieux originaire de l'est de la France, volontiers professoral, tout aussi orthodoxe mais plus ouvert sur la société et les autres religions."
[...]


Institutions juives : cimenter une communauté dispersée (Stéphanie Le Bars)
Le Monde – 22 juin 2008 (1/4 de pages)

"Face à une communauté juive éparpillée entre différents courants et différentes formes de pratiques religieuses, les institutions s'efforcent de conserver un minimum d'unité. La plupart des communautés nouvelles, qu'elles soient ultraorthodoxes, traditionalistes ou libérales, se créent en dehors des structures consistoriales. Les candidats à la présidence du Consistoire central et au grand rabbinat de France, dont les élections se déroulent toutes les deux dimanche 22 juin, défendent la pérennité d'un modèle, qui devrait permettre aux juifs de France de vivre leur judaïsme sur tout le territoire, y compris dans les petites communautés.
Créé en 1943 dans la clandestinité, sous l'égide du Consistoire, pour organiser de manière unifiée le sauvetage de juifs. Depuis la guerre, "voix officielle et politique" de la communauté juive en France, le CRIF a pour buts la lutte contre toutes les formes d'antisémitisme, de racisme et d'exclusion, la solidarité avec l'Etat d'Israël et la mémoire de la Shoah."
[...]


Grand rabbin de France et fidélité au judaïsme français
Le Figaro – 10 juin 2008 (1/6 de page)

"À l'occasion de l'élection du grand rabbin de France qui aura lieu le 22 juin, le philosophe Armand Abécassis décrit le profil que requiert cette fonction.
Des personnalités comme les grands rabbins David Sintzheim, Zadoq Kahn et Jacob Kaplan qui faisait partie de l'Académie des sciences morales et politiques , furent exemplaires parce qu'elles incarnèrent le judaïsme français et son ouverture à l'image de la France terre d'accueil et de tolérance. Chacun d'eux, du XVIIIe au XXe siècle, a donné le témoignage que la fidélité au judaïsme n'était en rien contradictoire avec l'attachement à la France républicaine et laïque et que l'antisémitisme était une insulte à la France autant qu'au judaïsme."
[...]


Qui représente les juifs et les musulmans ? (Stéphanie Le Bars)
Le Monde – 4 juin 2008 (1/4 de page)

"Les communautés musulmane et juive de France vont renouveler, en juin, leurs "instances représentatives". Quelques milliers de délégués musulmans doivent désigner le 8 juin, pour trois ans, les représentants des différentes fédérations au Conseil français du culte musulman (CFCM) et dans les 25 conseils régionaux du culte musulman (CRCM), créés en 2003 par Nicolas Sarkozy.
La communauté juive se prononcera, elle, le 22 juin, pour renouveler ses responsables consistoriaux, religieux et laïques. Hasard du calendrier, elle doit se doter à la fois d'un nouveau grand rabbin de France - Joseph Sitruk, candidat à sa propre succession, est opposé au rabbin Gilles Bernheim - et d'un nouveau président du consistoire central, en remplacement de Jean Kahn. Cet organe fut fondé par Napoléon en 1808 pour prendre en charge l'organisation de la vie juive en France.
Pour chaque poste, une pléthore de candidats se disputent les faveurs des grands électeurs ou se livrent à des batailles d'influence au sein de leurs communautés respectives. Un attrait qui peut paraître paradoxal à l'heure où, en dépit des services rendus à leurs fidèles, ces institutions traversent, chacune à leur manière, une crise réelle."
[...]


Les candidats au grand rabbinat de France font campagne sur le Web (Stéphanie Le Bars)
Le Monde – 30 mai 2008 (1/4 de page)

"La campagne électorale qui oppose les deux candidats à la fonction de grand rabbin de France se joue en partie sur Internet. Dernier épisode de ce duel mené en prévision des élections qui auront lieu le 22 juin : le chat proposé aux internautes jeudi 29 mai de 19 heures à 20 heures par Gilles Bernheim, grand rabbin de la synagogue de la Victoire à Paris, sur son site gillesbernheim2008.fr.
"Convaincu du rôle majeur que joue désormais Internet dans la communauté juive et dans l'exercice du rabbinat", M. Bernheim utilise à plein les nouvelles technologies depuis l'annonce de sa candidature, le 3 février. L'équipe de son adversaire, Joseph Sitruk, actuel grand rabbin de France, candidat à sa propre succession, lui a emboîté le pas. La communauté juive, dont seuls quelque 270 grands électeurs sont directement impliqués dans le scrutin, a donc à sa disposition blogs, groupes de soutien sur Facebook, vidéos sur YouTube et DailyMotion, pour suivre les déplacements des deux candidats, leurs déclarations, leur programme ou l'étendue de leur popularité."
[...]


Barack Obama et le "vote juif" : l'ère du soupçon (Sylvain Cypel)
Le Monde – 4 mai 2008 (1/4 de page)

"L'image de Barack Obama est-elle ternie dans l'électorat juif américain au point de lui faire perdre l'investiture du Parti démocrate pour l'élection présidentielle de novembre aux Etats-Unis ? La question a rebondi après l'affaire Jeremiah Wright. Le sénateur de l'Illinois a rompu avec son révérend, mais ses relations passées avec un homme favorable aux Palestiniens et qui défend le mouvement noir Nation of Islam sont venues confirmer, pour nombre de juifs américains, des craintes sourdes alimentées par des cercles pour lesquels sa présidence serait "mauvaise pour les juifs et Israël".
"J'ai commencé à recevoir des courriels en janvier" explique J. J. Goldberg, éditeur du vieux journal juif de New York The Forward : tous clamaient que Barack Obama serait un "musulman caché" et que son "agenda" politique viserait à faire disparaître Israël. Des messages évoquaient un nommé "Barack Osama"... La campagne a pris une telle ampleur que, le 19 janvier, 7 des 13 sénateurs juifs américains ont, dans une "Lettre ouverte à la communauté juive", condamné ces "attaques ignominieuses"."
[...]


>>> Suite de la revue de presse : Judaïsme - 2007

Voir la page d'accueil sur le judaïsme


Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Accueil Revue de presse    Haut de page    Contact   Copyright ©