Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Revue de Presse  >  Interreligion, oecuménisme > 2006

Interreligion - Oecuménisme

2006

Revue de presse


En quelques lignes, l'essentiel d'une sélection* d'articles de la presse écrite
(*) L'exhaustivité n'est pas recherchée.
Si un article qui vous paraît important a été omis, signalez-le

Début de la rubrique : Interreligion, oecuménisme


Codes couleur :
En noir : synthèse la plus objective possible des articles ou des points paraissant importants.
En rouge foncé : citation ou extrait de l'article. Titre en gras.
En mauve : commentaire ou appréciation particulière de "atheisme.free.fr"


Les musulmans veulent prier dans la "mezquita" de Cordoue (Cécile Chambraud)
Le Monde – 31 décembre 2006 (1/8 de page)

La Junte islamique espagnole, encouragée par l'image du pape Benoît XVI priant à la grande mosquée Bleue d'Istanbul, lui ont écrit pour lui demander d'autoriser les musulmans à prier à côté des catholiques dans l'ancienne Grande Mosquée de Cordoue devenue cathédrale. Il ne s'agit pas pour les musulmans de "récupérer" ce lieu bénit, mais "d'y favoriser [...] un espace oecuménique singulier et unique au monde".
Mgr Juan José Asenjo, évêque de Cordoue, a déjà rejeté cette idée : " Ouvrir cet endroit à la prière d'autres confessions, a indiqué le dignitaire dans un communiqué publié mercredi 27 décembre, "ne contribuerait pas à la coexistence pacifique des différents credos" et, en outre, "provoquerait une confusion entre les fidèles en favorisant l'indifférenciation religieuse"."
En attendant la réponse du pape, le président de l'association musulmane, Mansur Escudero, a prié jeudi au pied du mur d'enceinte de la "mezquita"


Jésus, Mahomet - 15 siècles de confrontation
Le Nouvel Observateur - n°2195 - 30 novembre 2006

Un dossier de 8 articles :

Benoît XVI reçoit le dalaï-lama en audience privée (avec AFP)
Le Monde - 14 octobre 2006 (1/10 de page)

"Le pape Benoît XVI a reçu vendredi 13 octobre en audience privée au Vatican le dalaï lama, chef spirituel du bouddhisme tibétain. Cette entrevue, la première entre les deux représentants religieux depuis le début du pontificat de Benoît XVI, n'était pas inscrite à l'agenda officiel du souverain pontife et n'a donné lieu à aucun communiqué du Vatican. Au sujet de telles rencontres, qui risquent selon lui de "prêter à des interprétations syncrétiques fondées sur une conception relativiste" des religions, Benoît XVI reste plutôt réservé."


Religions : entre Rome et l'islam, un dialogue mal en point (Henri Tincq)
Le Monde - 27 septembre 2006 (1/4 de page)

Compte tenu des enjeux, notamment le sort des chrétiens dans l'islam, le pape a reçu, le 25 septembre, les ambassadeurs de pays musulmans. L'article retrace l'historique des relations entre l'Eglise catholique et l'islam depuis plusieurs siècles.
Depuis son élection Benoît XVI "a marqué sa volonté de rester fidèle aux options du concile Vatican II pour le dialogue avec les religions et a encouragé leurs instances à poursuivre leur travail. Mais il a aussi montré une certaine défiance vis-à-vis des assemblées de type Assise où les religions se retrouvent sur un pied d'égalité, risquant de favoriser, de son point de vue, un "relativisme" religieux, un "syncrétisme", soit un affaiblissement de l'identité catholique."
Avec la suppression en février dernier du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux, Benoît XVI a donné un signal de davantage de fermeté.


Au nom de Dieu, dialoguons (Mustapha Cherif)
Le Monde - 21 septembre 2006 (1/6 de page)

L' islamologue algérien Mustapha Cherif qui a publié "L'Islam, tolérant ou intolérant ?" (Odile Jacob) s'adresse au pape et prône le dialogue entre les religions.
"La sortie de la religion de la vie et la difficulté grandissante pour les peuples de vivre libres sont les défis de ce XXIe siècle. L'islam, une des figures spirituelles de la résistance aux dérives de notre époque, peut être un allié. Il nous appartient de rechercher ensemble cette nouvelle civilisation qui nous fait défaut aujourd'hui. Voir dans le troisième rameau monothéiste un hérétique ne peut qu'amputer l'histoire du salut d'une partie vitale d'elle-même."


Les musulmans choqués par les propos du Pape (Hervé Yannou)
Le Figaro - 15 septembre 2006 (1/6 de page)

Après sa conférence à l'université de Ratisbonne (Allemagne) où, dans une réflexion théologique, il a abordé la violence et le fanatisme au sein de l'islam, le pape a provoqué par ses propos de très vives réactions dans le monde musulman.
"Un dignitaire turc qualifie de "haineuses" et "hostiles" les paroles de Benoît XVI." Pour le Vatican, le pape respecte l'Islam, mais rejette "les motivations religieuses de la violence", et en particulier, "la Djihad" et les "conversions passant par la violence".
"Un responsable musulman italien a ainsi demandé au Pape de retirer ses propos et un membre du Conseil central des musulmans d'Allemagne a estimé que l'Église était "mal placée" pour critiquer après s'être "laissée récupérer par le régime nazi"."
Tandis qu'en Egypte, les Frères musulmans demandaient des excuses, au Koweit le secrétaire général de Umma, parti intégriste islamique, a accusé le pape "de "calomnies contre le prophète et l'islam". Il a surtout estimé que ces déclarations avaient un lien avec "ces prolongements de croisades, ces nouvelles guerres occidentales en cours dans le monde musulman", en Irak, en Afghanistan et au Liban."
Le Vatican a essayé d'apaiser les esprits, mais "le Pape laisse en tout cas à ses diplomates un champ de ruines quant au dialogue avec l'Islam."


Benoît XVI souligne les limites du dialogue entre les confessions (Henri Tincq)
Le Monde - 7 septembre 2006 (1/6 page)

Dans un message à l'assemblée annuelle de la communauté interreligieuse de Sant'Egidio qui s'est déroulée à Assise, les 4 et 5 septembre, le pape s'est inquiété "de l'inefficacité de ce dialogue, de ses risques et de ses limites. Dans son message, il met en garde contre toute fausse interprétation de l'esprit d'Assise : "La rencontre interreligieuse de prières (ne doit pas) prêter à des interprétations syncrétiques, fondées sur un relativisme qui nierait le sens même de la vérité et la possibilité de l'atteindre." Un recentrage est donc nécessaire : oui au dialogue entre les confessions ; non à la confusion et à la dilution de l'identité chrétienne."
Lorsqu'il est devenu pape, le cardinal Ratzinger a tenu à marquer sa différence avec son prédécesseur. "Il a rappelé à l'ordre les franciscains d'Assise, promoteurs de manifestations interconfessionnelles devenues des rendez-vous pacifistes, écologiques et altermondialistes. Il a aussi écarté de la Curie Mgr Michael Fitzgerald, président du conseil pontifical pour le dialogue interreligieux."


Le calvaire des chrétiens face aux nationalistes hindous (Pierre Prakash)
Libération - 19 août 2006 (1/10 de page)

Au centre de l'Inde, "dans les Etats du Chhattisgarh et du Madhya Pradesh, dirigés par le Parti du peuple indien [BJP], les chrétiens sont accusés de prosélytisme et harcelés" par les fondamentalistes hindous, dont le BJP est l'émanation politique.
"Intimidations des fidèles, églises vandalisées, agressions physiques sur des pasteurs : la minorité chrétienne a fait l'objet d'une vingtaine d'attaques dans la région ces derniers mois, sans que personne n'ait jamais été arrêté."
Les accusations de prosélytisme relèvent davantage de l'intolérance que de la réalité car la proportion des chrétiens, qui ne dépasse pas 2,3% de la population indienne, a diminué ces dernières années. Une loi "anticonversion" sanctionne même les ""conversions forcées" et "frauduleuses", à savoir celles qui seraient obtenues en échange de cadeaux ou d'argent." Pour l'archevêque du Chhattisgarh, cette loi qui est une "aberration" a pour but de contenter l'électorat hindou le plus radical.
"Mais si la loi ouvre la porte à tous les abus, les accusations de prosélytisme chrétien ne sont pas pour autant totalement infondées. Dans les campagnes, des évangélistes, souvent financés par des organisations occidentales, parcourent en effet les villages dans ce but en prêchant la bonne parole."
Face à ces assauts chrétiens, les fondamentalistes hindous ont lancé une campagne de même nature pour essayer de ramener à l'hindouisme les convertis au christianisme.


Irak : Au bord de la guerre civile (Saleh Bechir)
Courrier International - 2 au 8 mars 2006 (2/3 de page)

"Même les nazis ne s’en sont pas pris aux monuments historiques et n’ont pas atteint le degré de barbarie que les islamistes font régner en Irak, s’insurge Al-Hayat."
Quant aux islamistes d’Al-Qaida, ils ne se cachent pas de faire de la guerre civile leur priorité et l’appellent de leurs voeux.
"Ce qu’il faut en retenir, c’est que la logique de la guerre civile s’est déjà nichée dans la tête des Irakiens et que son déclenchement n’est plus qu’une question de temps. Quand cela se produira, il y en aura pour de longues années de sang versé avant que les factions et les clans ne se rendent compte de cette vérité simple qui est qu’un pays, surtout aussi pluriel que l’Irak, ne peut se fonder sur la victoire d’un groupe sur un autre."


Oeil pour œil, mosquée pour église (Bassam Darwich)
Courrier International - 27 avril au 3 mai 2006 (1/3 de page)

Egypte. "Les attaques contre les églises coptes se multiplient. Contrairement à la presse du Caire, très prudente, les Coptes de la diaspora ne mâchent pas leurs mots." C'est le cas du texte publié sur le site Internet Annaqed présenté par l'article qui appelle à rendre coup pour coup, face "à une horde d'animaux sauvages" qui obéissent à des "instincts déchaînés.
"Ils s'en prennent à une église ? Prenez-vous en à une mosquée !"


Les violences d'Alexandrie illustrent la montée des extrémismes musulman et copte (Mouna Naïm)
Le Monde - 19 avril 2006 (1/8 de page)

"Le calme était revenu, lundi 17 avril, à Alexandrie, après deux jours de heurts entre coptes (chrétiens orthodoxes) et musulmans, qui ont fait un mort et une cinquantaine de blessés. Quarante-cinq personnes ont été interpellées. Ces troubles avaient suivi l'attaque à l'arme blanche, vendredi 14 avril, de trois églises coptes de la ville par un jeune musulman "déséquilibré", selon la version officielle. Un copte avait été tué et cinq autres blessés."


A Porto Alegre, les Eglises unies ont stigmatisé les dérives du néolibéralisme (Annie Gasnier et Henri Tincq)
Le Monde - 21 février 2006 (1/6 de page)

Réuni à Porto Alegre pour son assemblée générale, le COE (Conseil oecuménique des Eglises) qui rassemble 350 Eglises anglicanes, luthériennes, réformées, méthodistes, orthodoxes, a "renouvelé son engagement en faveur d'"une économie fondée sur des valeurs chrétiennes et de l'option préférentielle pour les pauvres, telle qu'elle est voulue par la Bible"."
Les représentant des chrétiens des Etats-Unis ont pris leur distance avec l'"entourage religieux" de George Bush. "La Conférence américaine des Eglises (où ne sont pas représentés les milieux baptistes et évangéliques chers à M. Bush) a critiqué l'administration américaine, "qui a fait la sourde oreille à la voix des dirigeants religieux (...) en s'engageant sur des projets impérialistes", allusion à la guerre en Irak."
Les grands absents étaient les Eglises évangéliques américaines qui, justement, soutiennent George Bush et continuent leur progression au Brésil. Quant aux Eglises orthodoxes, elles se sont retrouvées "un peu marginalisées dans ce genre d'assemblée, où dominent les idées progressistes".


>>> Suite de la revue de presse : Interreligion - Oecuménisme - 2005


Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Accueil Revue de presse    Haut de page    Contact   Copyright ©