Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Revue de Presse  >  Europe > 2005

Europe

2005

Revue de presse



En quelques lignes, l'essentiel d'une sélection* d'articles de la presse écrite
(*) L'exhaustivité n'est pas recherchée.
Si un article qui vous paraît important a été omis, signalez-le

Début de la revue de presse sur l'Europe



Codes couleur :
En noir : synthèse la plus objective possible des articles ou des points paraissant importants.
En rouge foncé : citation ou extrait de l'article. Titre en gras.
En mauve : commentaire ou appréciation particulière de "atheisme.free.fr"


Les milieux religieux de Prague s'opposent à la réduction des peines contre l'euthanasie (Martin Plichta)
Le Monde - 14 décembre 2005 - (1/8 de page)

Les députés tchèques qui ont décidé au début du mois "de faire de l'euthanasie un crime de moindre gravité que le meurtre" en réduisant la peine encourue, ont provoqué une grande polémique au sein du pays. Outre le monde médical qui se déchire, "les représentants des religions juive, chrétienne et musulmane ont publié une déclaration commune dénonçant la "légalisation de l'euthanasie"." Dans ce pays très sécularisé, les instances de ces trois religions ont décidé d'intervenir ensemble dans ce débat de société pour empêcher l'entrée en vigueur de l'amendement.
"Les chefs religieux tchèques pourraient bientôt monter de nouveau au créneau pour s'opposer cette fois-ci à la légalisation des unions homosexuelles, texte sur lequel les députés doivent se prononcer prochainement."


La judaïté retrouvée de Belmonte (Luciana Leiderfarb)
Courrier International - 13 au 19 octobre 2005 - (2 pages)

Portugal. Au coeur du Portugal, le village de Belmonde abrite un quartier "juif" où vivent des descendants de juifs contraints par l’Inquisition, à la fin du XVe siècle, d’adopter la religion catholique. Les rites cultuels se sont alors confinés à l’espace secret et privé du foyer, d’où le nom de "cryptojudaïsme" donné à ces pratiques.
Quelques siècles plus tard, "la croix est un symbole accepté, mais qui n’a aucune signification réelle ou sentimentale", dit l’un d’eux. Même si beaucoup sont baptisés et mariés à l’église, ils "sont de plus en plus nombreux à pratiquer la foi de leurs ancêtres au grand jour".


Le Vatican accusé d'aider un criminel de guerre (Hélène Despic-Popovic)
Libération - 21 septembre 2005 - (1/6 de page)

Croatie. Carla del Ponte, procureure au TPI (Tribunal pénal international) accuse le Vatican d’aider le général Ante Gotovina, le plus célèbre des criminels de guerre croates, qui est en fuite depuis 2001. "J'ai des informations selon lesquelles il se cache dans un monastère franciscain, et donc l'Eglise catholique le protège. J'en ai référé au Vatican et le Vatican refuse totalement de coopérer avec nous", a-t-elle déclaré au Daily Telegraph.
Selon Carla del Ponte, Gotovina serait caché dans l’un des 80 monastères de Croatie, pays très largement catholique. Lorsqu’elle en a parlé l'archevêque Giovanni Lajolo, chef de la diplomatie du Vatican, il lui a été répondu que "le Vatican n'avait aucune obligation de collaborer avec l'ONU pour l'arrestation de criminels de guerre." Elle a alors écrit à Benoît XVI et attend toujours sa réponse.
La presse d’Herzégovine laisse entendre que "des moines franciscains auraient pu décider d'abriter Gotovina sans en informer leur hiérarchie". Carla del Ponte s’est dite déçue par l’attitude des religieux croates et en particulier par l’évêque de Gospic et Senj, Mgr Mile Bogovic, "qui a qualifié le TPI de "cour politique" déterminée à déformer le passé croate".


L'organisation du culte musulman en France intéresse nos voisins (Thierry Portes)
Le Figaro - 19 septembre 2005 - (1/8 de page)

Pour un diplomate français, les Anglais, après les attentats de Londres, "regardent notre organisation du culte musulman car ils cherchent des solutions". Les Espagnols, ainsi que les Néerlandais, s’interrogent aussi. Avec le Conseil français du culte musulman (CFCM), créé en 2003, la France est une exception en Europe quant à l’organisation de l’islam. "L'expérience est-elle transposable ailleurs ? Il faut aussi se souvenir de la manière jacobine, pour ne pas dire autoritaire, dont le ministère de l'Intérieur a porté ce projet..."
Les Britanniques souhaiteraient que les musulmans s’engagent, eux aussi, à respecter les règles laïques. C’est la Charte européenne des droits fondamentaux qui doit servir de référence. "Je demande un engagement public des autorités musulmanes", a déclaré Franco Frattini, le commissaire européen à la Justice, la liberté et la sécurité.


Euroffrande
Le Canard enchaîné - 24 août 2005 (42 lignes)

Alors que tout le monde s’étripe pour la Politique Agricole Commune, peu nombreux sont les députés européens qui se sont émus de l’attribution par l’Union européenne d’une subvention de 1,5 million d’euros aux JMJ de Cologne. C’est à la demande des démocrates-chrétiens et au titre de l’aide aux "événements annuels exceptionnels" que cette somme a pu être débloquée par la Commission. C’est en ces termes que la demande avait été formulée : "Des éléments spécifiques du programme des JMJ correspondent aux valeurs de l’Union européenne et se concentrent sur la solidarité et la citoyenneté active." Le Canard enchaîné ironise sur les trois derniers mots (solidarité et citoyenneté active) : "un moment, on a craint que le long combat mené contre la référence aux "racines chrétiennes de l’Europe" dans le projet de Constitution européenne n’ai servi à rien."


Polémique sur l'aide versée par l'UE aux JMJ
Le Monde - 20 août 2005 (22 lignes)

Union européenne. La Commission européenne a attribué une subvention de 1,5 million d'euros aux JMJ. Elle n’en avait pas le droit selon certains eurodéputés laïques. Le travailliste anglais Michael Cashman, qui envisage de saisir la Cour des comptes européenne a déclaré : "L'Union européenne ne doit financer que des événements oecuméniques, or les JMJ concernent la seule religion catholique romaine. En outre, la décision de la Commission n'est pas fondée en droit sur un vote du Parlement." Les démocrates-chrétiens avaient réclamé cette subvention dans le projet de budget pour 2005, sur la ligne des "événements spéciaux", mais elle avait été rejetée lors du vote du budget. Réintroduite "dans le programme de travail de la Commission pour 2005, dont l'approbation nécessitait seulement la majorité des présents", elle a été votée par 245 voix contre 245.


L’Europe doit retrouver son âme (Joseph Ratzinger)
Courrier International - 28 avril au 3 mai 2005 (4 pages)

Europe. Tel est le credo de Benoît XVI. Le cardinal Joseph Ratzinger, peu de temps avant son élection, faisait part dans un livre paru en Allemagne (Sortie en France prévue en juin 2005, sous le titre "Valeurs pour un temps de crise") de ses réflexions sur le fonctionnement du monde. Pour lui, la crise du monde actuel trouve essentiellement son origine dans le sécularisme et le remède est la réintroduction du fait religieux.
Il expose les trois valeurs qu’à ses yeux il convient de défendre :
D’abord la dignité de l’homme qu’il renvoie au créateur : "lui seul peut établir les droits essentiels et constitutifs de l’homme, auxquels nul ne saurait toucher."
La seconde valeur est le mariage et la famille qu’il voit aujourd’hui menacés : "d’une part, parce que ces liens indissolubles sont vidés de leur substance par la facilité croissante du divorce ; d’autre part, par un nouveau phénomène en expansion constante dans lequel un homme et une femme vivent ensemble hors des formalités du mariage." Quant au mariage homosexuel, Joseph Ratzinger trouve que le mettre sur le même plan que le mariage homme - femme conduit à la dissolution de l’image de l’homme.
La troisième valeur mise en avant est le respect du sacré, notamment celui du christianisme, qui a cédé le pas à la liberté d’opinion. "Or la liberté d’opinion trouve sont sa limite en ce qu’elle ne doit pas attenter à l’honneur et la dignité d’autrui, ce n’est pas la liberté de mentir ou de détruire les droits de l’homme."
Le sécularisme, c’est peut-être aussi parce que les hommes et les femmes n’ont plus envie de fonder les droits de la société ni leur éthique sur des textes d’origine plus qu'incertaine, vieux de plus deux mille ans.
... Voudrait-on rétablir le délit de blasphème ?



>>> Suite de la revue de presse : Europe : 2004



Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Accueil Revue de presse    Haut de page    Contact   Copyright ©