Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Revue de Presse  >  La femme et la religion > 2004

La femme et la religion

2004

Revue de presse


En quelques lignes, l'essentiel d'une sélection* d'articles de la presse écrite
(*) L'exhaustivité n'est pas recherchée.
Si un article qui vous paraît important a été omis, signalez-le



Codes couleur :
En noir : synthèse la plus objective possible des articles ou des points paraissant importants.
En rouge foncé : citation ou extrait de l'article. Titre en gras.
En mauve : commentaire ou appréciation particulière de "atheisme.free.fr"


Le réquisitoire du Vatican contre le féminisme (Henri Tincq)
Le Monde - 7 août 2004 - (1 page)

Sous-titre : Le Vatican hausse le ton contre le féminisme et l'homosexualité
Le Cardinal Josef Ratzinger, préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, a envoyé à tous les évêques catholiques un texte sur "la collaboration de l'homme et de la femme". Ce document qui dénonce certaines formes du féminisme est vivement critiqué par des courants catholiques progressistes américains ou allemands, ainsi que par des mouvements féministes laïques. Bien qu'il fasse la promotion de la femme et s'élève contre les discriminations, le texte s'en prend à des formes radicales du féminisme qui "tendrait à faire de la femme un "rival" de l'homme, ce qui conduirait à une "confusion délétère" de l'identité et du rôle de l'homme et de la femme. D'autre part, parce qu'il ignorerait la "différence sexuelle" au profit d'une "différence culturelle", appelée "genre"." Dit autrement, l'égalité des sexes ne signifie pas qu'ils soient identiques.

Les catholiques progressistes américains regrettent que ce texte n'aille pas au bout de sa logique égalitariste en ne mentionnant pas les "chasses aux sorcières", en ne donnant pas la parole aux femmes sur les problèmes qui les concernent, en leur refusant le sacerdoce... Ces reproches sont apparemment sans rapport avec les deux points (féminisme et homosexualité) évoqués au début de l'article.

Pour la sociologue Danièle Hervieu-Léger, le but du texte est de s'opposer à la "théologie libérale" et à combattre "l'homosexualité et le mariage homosexuel". La crise profonde que traverse actuellement l'Eglise catholique provient de "son immobilisme face aux changements culturels". Après avoir perdu la bataille sur le plan politique, le catholicisme pense qu'il peut encore gagner celle de la sexualité. Danièle Hervieu-Léger estime que, contrairement à ce que dit le texte, "à aucun moment le fait de reconnaître l'identité de la femme n'est apparu [pour le féminisme] contradictoire avec le fait de permettre à ces mêmes femmes d'accéder à l'égalité des droits". Pour elle, l'Eglise qui a déjà "perdu la classe ouvrière" est en train de perdre les femmes. Celles que l'on disait plus pratiquantes que les hommes ou chargées de transmettre la religion aux enfants, "ont quitté silencieusement la place". Le désintérêt pour "la culture catholique est autant le fait des femmes que des hommes. Et il est peut-être plus spectaculaire chez les femmes que chez les hommes".


L’hérésie suprême : Dieu est une femme (Rosella Simone)
Courrier international (Supplément) - 29 juillet au 18 août 2004 - N°717 - (3 pages)

Les femmes se reconnaissent-elles dans un "Dieu le Père" ou dans son fils. Se contentent-elles du rôle d’Eve fautive, de Marie-Madeleine, de celui de la mère (Marie) ou d’être des divinités par clonage (Eve) ou par parenté (Marie) ?
L’article présente quelques femmes mystiques qui, "par le fil conducteur de l’hérésie, ont eu le courage de se rebeller contre l’Eglise, contre les Eglises".
Les femmes irakiennes refusent le carcan de la charia
Libération - 23 janvier 2004 (1 page)

Sous-titre : Le gouvernement transitoire veut abroger le code de la famille et le confier aux religieux.
Ce code, en vigueur depuis 1959 est l'un des plus progressistes des pays musulmans que ce soit sur le divorce, les congés de maternité, la polygamie, l'héritage… Mis en place après le départ des britanniques, il avait retenu ce qu'il y avait de plus favorable aux femmes dans les cinq doctrines de l'islam qui cohabitent en Irak.
La décision prise "à la sauvette" par le conseil provisoire avait-elle pour but de "se concilier les faveurs des leaders religieux" ?
"Dans ce pays où la montée des sentiments religieux est perceptible depuis la chute de Saddam Hussein, il est difficile pour les femmes de se dire hostiles à la loi islamique. Alors elles jonglent à la recherche d'aménagements satisfaisant Dieu, l'orgueil des hommes et leurs intérêts." L'Union des femmes assyriennes a écrit à Paul Bremer. Quant à lui, le nouveau président du gouvernement, Adnan Pachachi, pris de court, a promis de nouvelles discussions.
Dictionnaire des religions : charia.


Derrière l'affaire du voile : Mahomet et les femmes
Marianne - n°350 - 5 au 11 janvier 2004 (4 pages)

L'article se fait l'écho du livre de Martine Gozlan "Le sexe et Allah" sur les rapports de l'islam avec la sexualité. Il montre en particulier l'écart entre le comportement de Mahomet, tolérant et épris de passion pour la féminité, et tous les tabous que renferme le Coran.
A La Mecque, avant l'arrivée d'Allah, les divinités étaient des femmes ! C'est dans ce contexte que Mahomet a d'abord été pendant vingt-cinq ans l'époux fidèle de Khadidja, de quinze ans son aînée, une maîtresse femme (d'affaires). "Elle avait été son conseiller, son trésorier, sa compagne, son directeur de conscience, sa première disciple."
Après être devenu veuf, Mahomet se constitue, au fil de son parcours guerrier et prophétique, un harem de onze femmes. Une des deux premières, Aïcha, la fille de son ami le plus cher, Aboudaker, n'a que 7 ans au moment du mariage. Celui-ci aurait été consommé charnellement deux ans après, lorsque Aïcha n'avait que 9 ans. D'autres versions parlent de 11, 12 ou 13 ans. Il y aussi les autres, les femmes mûres : Sawda, Hafsa, Um Salma, Zeibna… Les chroniqueurs rapportent abondamment cette vie de Harem, la sexualité, les petites histoires, les jalousies, les scandales… "Chaque fois que l'homme prophète rencontre un conflit du désir ou qu'il se trouve dans une impasse de la jouissance, Dieu y pourvoit par une solution coranique qui a valeur de loi." (Fethi Benslama)
L'article conclut sur une question, laissée sans réponse : D'où viennent ces versets du Coran si humiliants pour le sexe faible, aux antipodes des relations du prophète avec les femmes ?


Monde musulman : Les femmes s'affirment
Courrier International - 6 au 12 novembre 2003 - n°679 - (8 pages)


A l'heure où la France discute du port du voile, ce tour d'horizon les principaux pays musulmans permet de comprendre sa signification réelle et le paradoxe de l'émancipation de la femme, de plus en plus à l'ordre du jour.
>>> Début de la revue de presse sur la femme et la religion


Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Accueil Revue de presse    Haut de page    Contact   Copyright ©