Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Revue de Presse  >  Eglise orthodoxe

Eglise orthodoxe

Revue de presse


En quelques lignes, l'essentiel d'une sélection* d'articles de la presse écrite
(*) L'exhaustivité n'est pas recherchée.
Si un article qui vous paraît important a été omis, signalez-le



Codes couleur :
En noir : synthèse la plus objective possible des articles ou des points paraissant importants.
En rouge foncé : citation ou extrait de l'article. Titre en gras.
En mauve : commentaire ou appréciation particulière de "atheisme.free.fr"


L'Eglise orthodoxe russe éclaboussée par le procès des Pussy Riot (LEXPRESS.fr)
L'Express - 14 août 2012

"La hiérarchie religieuse a tort de donner tant d'importance à cette affaire concernant le groupe punk et d'adopter une position rigide qui nuit à son image.
L'attitude intransigeante de la hiérarchie orthodoxe russe dans l'affaire Pussy Riot écorne l'image de l'Eglise dans la société et trouble une partie des fidèles, y compris des prêtres, pour qui pardonner aux jeunes femmes aurait été plus conforme aux valeurs chrétiennes.
"Le procès des Pussy Riot a nui à la réputation de l'Eglise. La hiérarchie orthodoxe a eu tort de donner tant d'importance à cette affaire et d'adopter une position rigide, ce qui a fait de ces femmes des martyres", estime Vladimir Oïvine, du site Credo.ru spécialisé dans les affaires religieuses.
Cinq jeunes femmes membres du groupe Pussy Riot, encagoulées, avec guitares et sonorisation, avaient dansé et chanté une "prière punk" en février dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou, demandant à la Sainte Vierge de "chasser Poutine".
Le patriarche Kirill avait qualifié leur action de "sacrilège" et le porte-parole du patriarcat, Vsevolod Tchapline, avait estimé que les jeunes femmes avaient commis un "crime pire qu'un meurtre" et devaient être "punies". (...)
Pour de nombreux observateurs, le procès des Pussy Riot est embarrassant pour l'Eglise et pour le patriarche Kirill, qui a déjà été mis en cause à plusieurs reprises ces derniers mois, notamment pour avoir soutenu publiquement Vladimir Poutine à l'élection présidentielle et accusé de mener un mode de vie luxueux."
[...]
http://www.lexpress.fr/actualite/monde/l-eglise-orthodoxe-russe-eclaboussee-par-le-proces-des-pussy-riot_1149289.html


Paris - Cinq coupoles bien encombrantes (Kommersant-Vlast)
Courrier International - 7 juin 2012

"Le projet d'ériger sur les rives de la Seine un centre orthodoxe russe ne fait pas l'unanimité. La maquette, même retouchée, ne séduit pas le maire de la capitale, Bertrand Delanoë." [...]
http://www.courrierinternational.com/article/2012/06/07/cinq-coupoles-bien-encombrantes


Pour plaire à Medvedev, Sarkozy oublie la laïcité (Tefy Andriamanana)
Marianne2 - 29 avril 2011

"La Russie va financer à grands frais la construction d'une pharaonique cathédrale orthodoxe à Paris. Le terrain lui a été vendu par l'Etat français. Un projet incongru à l'heure où l'on refuse le financement des mosquées par l'étranger.
L'amitié avec Moscou vaut bien une messe et même une cathédrale. En 2012, une grande cathédrale orthodoxe commencera à être construite à Paris sur le quai Branly, d'où va déménager le siège de Météo France. Le projet comporte aussi un séminaire et un centre culturel. Son architecture sera plus qu'ostentatoire : le site sera coiffé de cinq bulbes dorés et d'un toit en verre de 3000m2. Le tout à deux pas de la Tour Eiffel. Les architectes des Bâtiments de France devront d'ailleurs examiner le projet afin de garantir l'harmonie avec l'environnement urbain. Les travaux sont censés finir en 2014. Le projet est évalué à 34,5 millions d'euros. financés par l'Etat russe et des généreux mécènes. Voilà une vision étrange de la laïcité. Mais bizarrement cette affaire a pris peu de place dans les médias, à l'inverse de la polémique sur les minarets. On compte quelques articles sur le Web, Le Parisien a traité l'affaire en pages locales. C'est pourtant tout une intrigue diplomatique que l'on retrouve à l'origine de ce chantier. (...)
Cette présence permanente de Moscou, de ses hommes et de son argent dans une affaire religieuse en France devrait faire tiquer tous les partisans de la laïcité. Ce chantier prend d'ailleurs une tournure particulière après le débat sur l'Islam voulu par Nicolas Sarkozy. Ce dernier a toujours refusé que de « l'argent de l'étranger » vienne financer les mosquées afin de forger un véritable « Islam de France » débarrassé de toute influence extra-européenne. C'est souhaitable si on veut éviter que les religieux deviennent des relais politiques. Pourtant, lorsque Moscou sort le chéquier pour avoir son Eglise, on ne dit rien. A croire que les derniers partisans de la laïcité, tels des moines, respectent amplement leur voeu de silence."
[...]
http://www.marianne2.fr/Pour-plaire-a-Medvedev-Sarkozy-oublie-la-laicite_a205553.html


Chiffre: 666
Libération - 18 novembre 2010

"C'est le chiffre que la très puissante Eglise orthodoxe grecque veut bannir des nouvelles cartes d'identité informatisées, en préparation en Grèce. "Nous avons le devoir de préserver l'intégrité de la foi" contre le "chiffre de la Bête", a expliqué dans un communiqué le Saint-Synode, l'organe collégial de direction de l'Eglise de ce pays où l'orthodoxie reste la religion officielle."


Kirill, nouveau patriarche orthodoxe de Russie, partisan du dialogue oecuménique (Marie Jégo)
Le Monde - 29 janvier 2009 (1/8 de page)

"Décrit comme le plus réformateur des candidats à la fonction de patriarche de l'Eglise orthodoxe, Kirill a été élu, mardi 27 janvier, par un concile élargi qui a réuni, à Moscou, dans la cathédrale du Christ-Sauveur, 700 popes, moines et délégués. Il succède à Alexix II, décédé le 5 décembre 2008.
Agé de 62 ans, Kirill, métropolite de Smolensk et de Kaliningrad, a recueilli 508 voix sur les 677 suffrages validés. "C'est avec humilité et en parfaite conscience de mes responsabilités que j'accepte le choix divin qui me confie la mission de servir en tant que patriarche. Au centre de cette mission, il y a la Croix", a-t-il déclaré. [...]
Kirill prend la tête d'une institution dont les pouvoirs, les moyens et l'influence n'ont cessé de croître depuis la dissolution de l'URSS en 1991. Le nouveau patriarche devra se montrer indépendant d'un pouvoir politique de plus en plus soucieux de tout contrôler, alors que la société civile "est étouffée par l'Etat ou tout simplement n'existe pas", notait, mardi, le quotidien économique Vedomosti."

http://www.lemonde.fr/archives/article/2009/01/28/kirill-nouveau-patriarche-orthodoxe-de-russie-partisan-du-dialogue-oecumenique_1147554_0.html


Un patriarcat de renouveau et de rassemblement (Stéphanie Le Bars)
Le Monde – 7 décembre 2008 (1/4 de page)

"Elu patriarche de Moscou et de toutes les Russies en juin 1990, Alexis II aura eu à gérer les transformations survenues dans le paysage religieux des terres orthodoxes de l'ancien bloc de l'Est après l'effondrement de l'Union soviétique. Ses dix-huit années de patriarcat resteront marquées par la renaissance de la pratique religieuse et de l'influence politique de l'Eglise orthodoxe russe, forte aujourd'hui de quelque 120 millions de fidèles, ainsi que par des tensions avec l'Eglise catholique.
Soucieux d'éviter l'émiettement de son Eglise dans les ex-Républiques soviétiques, et notamment en Ukraine, il a aussi tenté de redonner au patriarcat russe autorité sur la communauté orthodoxe mondiale (200 millions de personnes), au risque de fortes tensions avec le patriarcat de Constantinople qui, en dépit de la faiblesse de ses effectifs, dispose toujours de la "primauté d'honneur"."
[...]
http://www.lemonde.fr/archives/article/2008/12/06/un-patriarcat-de-renouveau-et-de-rassemblement_1127617_0.html


La Russie orpheline de son patriarche Alexis II (Loraine Millot)
Libération – 6 décembre 2008 (1/8 de page)

"Disparition. Décès du refondateur de l’Eglise russe.
On le disait mourant depuis si longtemps que son décès, vendredi matin, dans sa résidence de Peredelkino près de Moscou, a finalement surpris tout le monde. Jeudi encore, le patriarche Alexis II, 79 ans, avait servi la messe en la cathédrale de la Dormition au Kremlin, les yeux mi-clos mais l’air encore vaillant. Vendredi, l’inépuisable devait s’adresser à un forum d’enseignants. Patriarche depuis 1990, Alexis II avait présidé à une prodigieuse reconstruction de l’Eglise russe dans laquelle il jouait un rôle central. "Il servait l’unité de toute la nation russe", a souligné le président Dmitri Medvedev dans un long hommage."
[...]
http://www.liberation.fr/monde/0101303551-la-russie-orpheline-de-son-patriarche-alexis-ii


Les frères Castro honorés par l'Eglise orthodoxe russe (Marie Jégo)
Le Monde – 23 octobre 2008 (1/6 de page)

Une église orthodoxe russe, Notre-Dame de Kazan, a été inaugurée dimanche 19 octobre dans le quartier historique de la Vieille Havane à Cuba, signe du renforcement des relations entre les deux anciens alliés de la guerre froide.
Après avoir assisté à l'office religieux, le président cubain Raul Castro, 77 ans, a reçu le métropolite Kirill au Palais de la Révolution.
Saluant la contribution de Fidel et Raul Castro à l'ouverture d'une "nouvelle étape" dans les relations entre Moscou et la Havane, Kirill les a décorés tous les deux de l'ordre du prince Daniel de l'église orthodoxe. Fidel Castro a reçu sa médaille dans sa "retraite médicale", selon l'agence cubaine Prensa Latina."
[...]
http://www.lemonde.fr/archives/article/2008/10/22/les-freres-castro-honores-par-l-eglise-orthodoxe-russe_1109741_0.html


Des Eglises orthodoxes unies par l'histoire, divisées par les nationalismes (Henri Tincq)
Le Monde – 24 août 2008 (1/6 de page)

"La Géorgie et la Russie partagent la même foi orthodoxe. "Des chrétiens orthodoxes tuent des chrétiens orthodoxes", déplorait mi-août, dans une lettre au président russe Dmitri Medvedev, le patriarche Elie Ier, chef de l'Eglise de Géorgie. En écho, le patriarche Alexis II de Moscou regrettait que "des peuples orthodoxes, appelés par Dieu à vivre dans la fraternité, aient pris les armes pour s'affronter". (Cela aurait-il été moins grave si les religions avaient été différentes ?)
Dans ces deux pays, où l'histoire, la politique, la culture et la religion orthodoxe sont intimement liées, ces deux Eglises se disent prêtes à collaborer à l'effort de paix. Au plus fort du conflit, le patriarche géorgien a pu se rendre à deux reprises à Gori, grâce à une médiation du métropolite Cyrille de Smolensk, numéro deux du patriarcat de Moscou. Celui-ci vient également de mettre en garde contre le développement en Russie de sentiments antigéorgiens."
[...]
http://www.lemonde.fr/archives/article/2008/08/23/des-eglises-orthodoxes-unies-
par-l-histoire-divisees-par-les-nationalismes_1087086_0.html


Création d'un Observatoire pour les chrétiens d'Orient
Le Monde – 21 novembre 2007 (1/8 de page)

"Plusieurs centaines de diplomates, universitaires et autorités religieuses de Beyrouth, Bagdad, Jérusalem, Damas, ont participé à un colloque sur les chrétiens d'Orient, vendredi 16 et samedi 17 novembre à Paris, en présence du ministre des affaires étrangères Bernard Kouchner. Président de l'Institut européen des sciences de la religion (IESR) et organisateur de cette rencontre, Régis Debray a annoncé la création d'un Observatoire européen pour les chrétiens d'Orient. Présidé par Joseph Maïla, un universitaire franco-libanais, il servira d'instrument de formation, d'information et de vigilance, au bénéfice de communautés chrétiennes victimes des tensions politiques et religieuses du Proche-Orient." [...]


Russie. L’Eglise orthodoxe réunifiée, une nouvelle force politique (Mikhaïl Mochkine)
Courrier International – 31 mai au 7 juin 2007 (2/3 de page)

"Le 17 mai, l’Eglise orthodoxe et sa branche en exil ont célébré leur réunification, après quatre-vingts ans de schisme. Cette réconciliation symbolique du peuple russe, orchestrée par Poutine, renforce à la fois l’Eglise et le pouvoir."
Extrait : " Cette réunification ne manque pas de poser des questions sur le rôle de l’orthodoxie dans la Russie actuelle. Ces dernières années, l’Eglise orthodoxe russe, séparée de l’Etat en vertu de la Constitution, a fait preuve d’ambitions qui vont bien au-delà de la nourriture spirituelle à apporter aux ouailles. Elle a ainsi adopté ses propres "bases d’une stratégie sociale", rédigé une sorte de code moral du chef d’entreprise. De plus, les lectures que le Patriarcat organise chaque année à Noël, ainsi que les "rassemblements populaires russes universels" abordent des sujets très éloignés des questions strictement confessionnelles." [...]


Sous l'égide de M. Poutine, les orthodoxes se réconcilient (Marie Jégo)
Le Monde – 19 mai 2007 (1/6 de page)

"Tirant un trait sur plus de 80 années de schisme, l'Eglise orthodoxe russe et sa branche "hors frontières" se sont officiellement réunifiées jeudi 17 mai. Un événement perçu par les Russes de Russie et par ceux de l'immigration comme mettant fin aux conséquences de la révolution bolchevique de 1917 et de la guerre civile des années 1920. "La guerre civile s'est achevée le 17 mai 2007", s'est réjoui le quotidien économique Vedomosti."
En effet, dans les années 1920, l'Eglise orthodoxe russe de l'étranger a rompu avec l'Eglisse russe à qui elle reprochait d'être soumise au régime bolchévique. Vladimir Poutine, le président russe, a salué la fin de cette crise de la société russe.
"Selon l'acte signé, l'Eglise orthodoxe russe "hors frontières" est désormais "partie intégrante de l'Eglise orthodoxe russe", tout en conservant son autonomie. A l'image de l'Eglise orthodoxe d'Ukraine qui dépend du patriarcat de Moscou mais garde une relative liberté spirituelle, l'Eglise "hors frontières" prendra part aux conciles en Russie tout en conservant les siens propres ainsi que son chef spirituel, le métropolite Laur."
Il reste cependant encore des questions de propriétés en suspens, en particulier en Palestine. En outre, compte tenu des positions plus rigides de l'Eglise "hors frontières", en particulier sur l'oecuménisme, environ un tiers des fidèles de cette église s'oppose à la réconcilisation avec l'Eglise orthodoxe russe.


Benoît XVI relance le dialogue entre les Eglises de Rome et de Constantinople (Henri Tincq)
Le Monde - 1er décembre 2006 (1/8 de page)

"Plus détendu qu'à Ankara, Benoît XVI a été somptueusement reçu, mercredi 29 et jeudi 30 novembre, au Phanar, l'enclave chrétienne d'Istanbul, résidence de Bartholomée Ier, patriarche de Constantinople, primat d'honneur de l'orthodoxie. C'est pour relancer un dialogue en dents de scie entre les deux traditions, d'Occident et d'Orient, que le pape a d'abord voulu ce voyage en Turquie. Benoît XVI, qui aime la tradition, le dogme et les belles liturgies, était comme chez lui, lors de la célébration de jeudi matin, face au patriarche et devant l'iconostase dorée de la cathédrale Saint-Georges."


Le pape Benoît XVI rencontre le patriarche orthodoxe à Istanbul
Libération - 30 novembre 2006 (1/10 de page)

"Le pape Benoît XVI a célébré, hier à Ephèse (Ouest de la Turquie), sa première messe en terre d'islam à "la Maison de Marie", avant de rejoindre Istanbul, où il a retrouvé le patriarche Bartholomée Ier dans l'espoir de faire avancer la réconciliation avec les orthodoxes, séparés des chrétiens depuis le schisme de 1054."


L'Eglise grecque cède sur la crémation (Philippe Cergel)
Libération - 6 mars 2006 (1/6 de page)

Après l'adoption d'un amendement proposé par des députés des partis Nouvelle Démocratie, Pasok et SYN, la crémation est désormais possible en Grèce pour ceux "dont les convictions religieuses la permettent".
Il s’agit cependant d’une timide avancée qui s'est heurtée à l'Eglise Orthodoxe qui exigeait l'inhumation pour ses adeptes.
En outre, il y aurait eu un accord secret entre l'Eglise et le gouvernement : "l'Eglise accepterait sans trop rechigner certaines atteintes mineures à ses pouvoirs (crémation, abandon de la prestation de serment lors de la prise de fonctions des élus), alors que le gouvernement s'opposerait aux tentatives de la gauche et des laïcs de faire inscrire la séparation de l'Eglise et de l'Etat dans la nouvelle Constitution."


La cathédrale orthodoxe de Nice revendiquée par Moscou (Sophie de Ravinel avec Sophie Latil à Nice)
Le Figaro - 18 février 2006 (1/4 de page)

"L'édifice, centenaire, est au coeur d'un imbroglio juridique opposant son clergé à l'Etat russe qui convoite les lieux."
[...]
La Fédération de Russie "revendique la propriété du terrain de plusieurs milliers de mètres carrés et donc de la cathédrale, depuis que le tsar Alexandre II en a fait l'acquisition afin d'y bâtir une chapelle, en 1867, destinée à honorer la mémoire de son fils, le tsarevitch Nicolas, décédé sur place d'une méningite à l'âge de 20 ans. Depuis, les fidèles - pour leur majorité des Russes blancs et leurs descendants - se sont succédés dans les lieux, leur conférant une identité franco-russe."
Cette position est contestée par le recteur Jean Gueit et le vice-président de l'association cultuelle, Alexi Obolanski.


Mon curé chez les puristes
Le Canard enchaîné - 6 juillet 2005 - (40 lignes)

La Française Geneviève Beney a été excommuniée pour avoir été ordonnée prêtre (Voir l'autre article du Canard enchaîné). Elle avait été prévenue.
"Cela se passe comme cela, à Rome : tout se fait en temps réel. "Santo subito" pour Jean-Paul II, "ejecto subito" pour les hérétiques..."
Geneviève Beney ne s’en tire pas si mal si l’on compare son sort à celui de la nonne roumaine Matricica Comici, qui est morte crucifiée dans un monastère de Tanacu. Ni le pope Daniel qui a "fixé" la malheureuse, ni les autres nonnes qui l’ont "tabassée", ne regrettent ce qu’ils ont fait. "Le pope a été viré de l’Eglise" orthodoxe.


Le KGB contre un évêque pour une petite cuillère (Irana de Chikoff)
Le Figaro - 24 juin 2005 - (1/4 de page)

Russie. Portrait de Mgr Appolinaire, évêque des vieux-croyants de Koursk. Lors d’un déplacement en Ukraine, ce professeur d’université et amateur de chevaux, a été accusé de contrebande. Les douaniers ont, en effet, découvert "dans ses bagages une cuillère en laiton, une croix et quatre petits livres de messe ". Une enquête a même été menée par le FSB (ex KGB). Après une première condamnation à trois ans de prison pour contrebande de bien culturel, suivi d’une amnistie à l’occasion du cinquantenaire de la fin de la guerre et après bien d’autres vicissitudes, Mg Appolinaire a été définitivement acquitté le 27 mai 2005. Certains, dont l’intéressé, pensent que, derrière cette rocambolesque affaire, il y a "la querelle qui oppose deux courants des vieux-croyants. Les uns, dont Appolinaire fait partie, veulent rester fidèles à la tradition issue du schisme survenu au sein de l’Eglise orthodoxe il y a plus de trois cents cinquante ans. Les autres seraient en train de se rapprocher du patriarcat de Moscou".


Une religieuse roumaine crucifiée (AFP)
Libération - 17 juin 2005 - (17 lignes)

Roumanie. Parce qu’elle était accusée d’être possédée par le diable, une religieuse orthodoxe roumaine de 23 ans a été crucifiée dans son monastère par un prêtre et quatre autres religieuses. Elle a été retrouvée morte, enchaînée et bâillonnée à une croix, par les services d’urgence. Le supérieur du monastère explique : "Nous avons célébré des messes pour la désenvoûter. D’un point de vue religieux, ce que nous avons fait est très correct." Quant au Patriarcat orthodoxe de Bucarest, il se refuse à juger ce qui s’est passé : "Je ne sais pas ce que cette fille a fait."
Sans commentaire.


L’armée du pop
Le Canard enchaîné - 20 avril 2005 (12 lignes)

Grèce. Selon le journal Libération, les popes et moines orthodoxes Grecs devront à l’avenir servir sous les drapeaux. Cette proposition de l’Eglise a pour objectif de "purifier" le clergé "après une série de scandales mêlant affaires de mœurs et corruption de magistrats".


Dieu et la politique
L'Express - 28 mars au 3 avril 2005

L'Eglise orthodoxe serbe s'en prend à l'Union Européenne et au Tribunal International, laissant craindre un regain de tensions entre Serbes et Albanais au Kosovo.


Les scandales financiers au sein de l'Eglise grecque orthodoxe (Didier Kunz)
Le Monde – 16 mars 2005 - (1/4 de page)

Grèce. Depuis le début de l'année, l'Eglise orthodoxe grecque traverse une crise très importante "à la suite d'une série d'affaires de moeurs, de vénalité et de corruption de magistrats qui touchent le haut clergé. Critiques et autocritiques pleuvent dans tout le pays." C'est ainsi que Mgr Panteleïmon, évêque de Corinthe, vient d'être inculpé pour détournement de 300 000 euros. L'archevêque d'Athènes, lui-même impliqué, constate l'obligation de "faire notre examen de conscience". Une circulaire de la hiérarchie de l'Eglise invite les dirigeants ecclésiastiques et les fidèles au repentir.
Cette série de scandales a incité le Pasok (socialiste), principal parti d'opposition, à demander pour la première fois la séparation de l'Eglise et de l'Etat. L'Eglise orthodoxe s'indigne : "Ils veulent à présent imposer le mariage civil pour les fidèles, ridiculisant les liens sacrés du mariage. Ils demandent maintenant la légalisation de la cohabitation des couples homosexuels. Ils posent à nouveau la question de la propriété de l'Eglise. Ils veulent tout à présent !" Le gouvernement, quant à lui, a indiqué qu'il encourageait la "catharsis", mouvement de "purification" de la gestion économique entrepris par l'Eglise.


La dormition de la Vierge à Corfou (Jean-Claude Colosimo)
Le Monde des Religions - Juillet-Août 2004 (2 pages)

Grèce. L’article raconte la fête du 14 août dans un petit village de l’île de Corfou. L’Eglise orthodoxe, qui refuse de dogme de l’Assomption, fête la Dormition de Marie, la Théotokos, la Mère de Dieu, c’est-à-dire son "endormissement dans l’incorruption du corps". L'Eglise orthodoxe refuse également le dogme de "l’Immaculée Conception" et préfère "mettre l’accent sur l’humanité de la "Mère de Dieu", - selon la formule du concile d’Ephèse (431) -, dans sa communauté avec la nôtre".


Moscou : procès en iconoclastie
Libération - 18 juin 2004 - (14 lignes)

Russie.Un procès pour "incitation à la haine religieuse" vient de s'ouvrir à Moscou contre les organisateurs d'une exposition artistique de janvier 2003, mettant en scène des crucifix (avec, par exemple, une femme à la place du crucifié) et le Christ (avec une bouteille de coca-cola). Il est dénoncé comme une "attaque de l'obscurantisme" par de nombreux défenseurs des droits de l'homme. Six orthodoxes qui avaient saccagé l'exposition avec de la peinture rouge ont été acquittés.



Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Accueil Revue de presse    Haut de page    Contact   Copyright ©