Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Revue de Presse  >  L'Eglise catholique > France > 2008

L'Eglise catholique en France

2008

Revue de presse


En quelques lignes, l'essentiel d'une sélection* d'articles de la presse écrite
(*) L'exhaustivité n'est pas recherchée.
Si un article qui vous paraît important a été omis, signalez-le

Voir également les rubriques : L'Eglise catholique, Benoît XVI, Jean Paul II


Codes couleur :
En noir : synthèse la plus objective possible des articles ou des points paraissant importants.
En rouge foncé : citation ou extrait de l'article. Titre en gras.
En mauve : commentaire ou appréciation particulière de "atheisme.free.fr"


Des homélies de Noël sur fond de crise (Jean-Marie Guénois)
Le Figaro – 25 décembre 2008 (1/4 de page)

Extrait : "À côté des homélies, réservées à la messe, beaucoup d'évêques écrivent aussi des «messages de Noël» destinés à un public qui n'entre jamais à l'église. Homélies ou messages, les pasteurs cherchent toujours à adapter «le» message de la crèche au contexte de l'actualité.
Cette année, les commentaires sur la crise mondiale dominent évidemment sans pour autant couvrir l'essentiel. Ainsi Mgr Yves Patenôtre, archevêque de Sens-Auxerre et prélat de la Mission de France, écrit dans son message : «Étymologiquement, dans le mot “crise”, il y a l'idée de trier ou de discerner. C'est le moment de s'asseoir et de faire le tri entre ce qui est vanité et ce qui tient bon. Nous voilà donc invités à nous enraciner en ce qui ne passera jamais.» Il ajoute que «le mystère de l'Incarnation nous révèle, selon la belle expression de Péguy, que le spirituel lui-même est charnel. Notre contemplation nous poussera à l'action»."
[...]
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2008/12/25/01016-20081225ARTFIG00002-des-
homelies-de-noel-sur-fond-de-crise-.php


Des catholiques plaident pour "un nouveau dialogue" (Stéphanie Le Bars)
Le Monde – 25 novembre 2008 (1/8 de page)

"Pas assez "identitaires" pour les uns, trop peu "contestataires" pour les autres, ils incarnent le centre-gauche social de l'Eglise catholique ; ces laïcs vieillissants se retrouvent chaque année lors des Semaines sociales, une session de conférences et de débats créée en 1904. Plus de 3 000 d'entre eux se sont réunis du 21 au 23 novembre, à Lyon, pour réfléchir à la place des religions dans la société et tenter de la promouvoir. Le message rendu public à l'issue de ces rencontres insiste clairement sur la possibilité d'un "nouveau dialogue" entre les religions et la société. "Le moment est propice" pour se faire entendre dans les débats, explique Jérôme Vignon, président des Semaines sociales." [...]
http://www.lemonde.fr/cgi-bin/ACHATS/acheter.cgi?offre=ARCHIVES&type_item=ART_ARCH_30J
&objet_id=1059720


Les contre-apôtres du travail dominical (Yves de Kerdrel)
Le Figaro – 18 novembre 2008 (1/4 de page)

"Les évêques de France sont des gens admirables. D'abord plus de deux siècles après la Révolution, ils se font toujours sacrer, sans avoir besoin d'aller à Reims, comme les premiers secrétaires du Parti socialiste. Ensuite, malgré la séparation de l'Église de l'État, ils ne peuvent toujours pas être nommés à la tête d'un diocèse sans que le ministre de l'Intérieur leur accorde sa bénédiction. Enfin, ils ont toujours un avis sur tout, et ils ont un certain talent pour le faire partager.
Il y a une trentaine d'années, ils avaient jugé utile de s'élever contre les efforts faits par la France pour sécuriser le pays en se dotant d'une force de dissuasion nucléaire. Et ils étaient montés au créneau - plus qu'en chaire - pour dénoncer cette course aux armements. Heureusement le chef d'état-major de la Marine de l'époque, l'amiral de Joybert, avait assez rapidement clos cette polémique en les invitant, dans une lettre ouverte publiée par Le Figaro, à remplir leurs églises désertées plutôt que les colonnes des journaux, par des propos naïfs sur l'horreur de l'arme atomique."
[...]
Extrait : " Sans doute désinhibés par un président de la République qui parle avec facilité de religion, voici nos apôtres d'aujourd'hui démangés à nouveau par la volonté de donner leur opinion sur la crise financière, la précarité de l'emploi et sur un sujet par lequel ils se sentent particulièrement concernés : le travail dominical. Mgr Vingt-Trois, le cardinal-archevêque de Paris et président de la conférence des évêques de France, a récemment affirmé lors d'un discours solennel : "Si des dispositions législatives généralisaient le champ du travail dominical, les dommages humains et sociaux qui en découleraient seraient sans commune mesure avec le profit économique qui peut en résulter. Ce serait une mesure supplémentaire dans la déstructuration de notre vie collective qui ne toucherait pas seulement les chrétiens."" [...]
Il s'ensuit un vibrant plaidoyer pour le libéralisme.
Conclusion : "Au moment où le Secours catholique vient de rappeler la détresse cachée en France, donc la nécessité de créer plus de richesse pour tous, nos évêques devraient faire preuve de plus de discernement dans leurs propos. Et de se rappeler les limites que leur fixent les Évangiles : "Rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui lui appartient."
http://www.lefigaro.fr/debats/2008/11/18/01005-20081118ARTFIG00290-les-contre-apotres-du-travail-dominical-.php


22, voilà Vingt-Trois !
Le Canard Enchaîné – 12 novembre 2008 (25 lignes)

"Jeudi dernier, 6 novembre, le cardinal-archevêque de Paris, André Vingt-Trois, était, de 17 à 18 heures, l'invité de "Face aux chrétiens", une émission conjointement organisée par le quotidien "La Croix", RCF et Radio Notre-Dame, elle-même station de l'archevêché de Paris. Question de l'un des quatre interviewers à propos des évêques qui souhaitent que des femmes puissent lire l'Evangile pendant la messe.
Réponse de Vingt-Trois : "Les femmes lisent l'Ecriture tant qu'elles le veulent, je ne pense pas que ce soit une question très difficile (…). Ce qui est plus difficile, c'est d'avoir des femmes qui soient formées : le tout, ce n'est pas d'avoir une jupe, c'est d'avoir quelque chose dans la tête" (rires gras).
Benoît XVI tient sont Bigard en soutane."



Les évêques veulent peser sur la révision des lois bioéthiques (Stéphanie Le Bars)
Le Monde – 9 novembre 2008 (1/2 page)

"Les évêques français veulent "donner à penser" sur les questions bioéthiques. Réunis du 4 au 9 novembre à Lourdes pour leur assemblée générale annuelle, ils devaient en repartir munis d'éléments leur permettant de "peser" sur les débats prévus en 2009 dans le cadre des Etats généraux organisés pour la révision des lois bioéthiques. Parmi les sujets abordés : la recherche sur l'embryon, la transplantation d'organes, le diagnostic prénatal et pré-implantatoire, la procréation médicale assistée, l'indisponibilité du corps humain...
Lors de son allocution d'ouverture, mardi 4, le président de la Conférence des évêques de France, le cardinal André Vingt-Trois, avait rappelé les questions que l'Eglise, régulièrement, pose sur ces sujets. "La recherche scientifique et ses applications médicales sont-elles faites pour le bien de l'homme et pour quel modèle d'humanité ? Voulons nous laisser instrumentaliser et commercialiser l'être humain sans aucune mesure ni aucune limite ?", s'était-il interrogé.
Traditionnellement opposée à l'avortement et à l'euthanasie, l'Eglise s'inquiète aussi des "dérives eugénistes" sur lesquelles peuvent déboucher les manipulations génétiques. Ses principales craintes portent sur les recherches engagées sur les cellules souches embryonnaires - les catholiques préconisent plutôt l'utilisation de cellules souches adultes - ainsi que sur la gestation pour autrui (les mères porteuses)."
[...]
http://www.lemonde.fr/archives/article/2008/11/08/les-eveques-veulent-peser-sur-la-revision-des-lois-bioethiques_1116458_0.html


Entre 12.000 et 15.000 catholiques pour une double béatification à Lisieux (AFP)
L'Express – 19 octobre 2008 (1/4 de page)

Entre 12.000 et 15.000 catholiques venus de plusieurs pays ont assisté dimanche à la béatification des parents de Sainte-Thérèse, à qui les croyants attribuent des guérisons miraculeuses d'enfants, à Lisieux (Calvados), deuxième ville sanctuaire de France.
"Nous sommes venus parce que nous nous préoccupons de la santé de nos enfants", explique Anne, une Américaine de 48 ans venue d'Atlanta avec sa fille Julian-Thérèse, âgée de 15 ans.
Les croyants attribuent à Louis (1823-1894) et Zélie (1831-1877) Martin, les parents de Sainte-Thérèse, la capacité d'intercéder auprès de Dieu pour la guérison miraculeuse des enfants."
[...]
http://www.lexpress.fr/actualite/depeches/infojour/afp.asp?id=19235


Jean Paul II, Benoît XVI et la France (Henri Tincq)
Le Monde – 10 septembre 2008 (1/8 de page)

"Jean Paul II avait un rapport charnel à la France. Jeune prêtre polonais, il était venu dans l'Hexagone pour étudier l'expérience des prêtres-ouvriers qui le fascinait. Hanté par la déperdition de la foi dans un pays de martyrs, de missionnaires et de saints, il était venu à sept reprises en France, pays le plus visité par lui après la Pologne. Il éprouvait pour elle une sorte d'amour contrarié. "France, qu'as-tu fait des promesses de ton baptême ?" : dès son premier voyage, en 1980 à Paris, la distance sautait aux yeux entre la "fille aînée", devenue la belle endormie de l'Eglise, et ce pape de culture slave, héraut d'un catholicisme populaire et traditionnel. […].
Benoît XVI a un rapport plus intellectuel que charnel avec la France. Lui aussi est francophone et francophile, mais plus proche d'un Paul VI pétri de culture française, familier des Maritain, Guitton, Daniélou, que Jean Paul II nourri plutôt de culture allemande. Il connaît ses auteurs (Claudel, Mauriac, Bernanos, Péguy), compte en France des réseaux intellectuels, s'est servi de tribunes aussi prestigieuses que Notre-Dame de Paris, la Sorbonne, l'Académie des sciences morales et politiques dont il est membre associé. Le choix qu'il a fait - outre le passage obligé à Lourdes - de recevoir à Paris, le 12 septembre, 700 intellectuels et de se rendre sous la Coupole ne laisse pas de doute sur le sens premier de son voyage : interpeller la France sur la crise de la foi dans la culture sécularisée."
[...]
http://www.lemonde.fr/archives/article/2008/09/09/jean-paul-ii-benoit-xvi-
et-la-france-par-henri-tincq_1093098_0.html


Mgr Vingt-Trois : "Nous ne sommes pas une Eglise de décombres, mais une Eglise en mutation" (Mgr Vingt-Trois)
Le Monde – 7 septembre 2008 (1/2 page)

Propos recueillis par Stéphanie Le Bars et Henri Tincq
"Quel est pour vous l'état de la France à la veille de la visite du pape ?
La France est traversée par des courants que je qualifierais de paradoxaux. On sent monter une aspiration à une qualité de vie toujours meilleure, et en même temps une perception toujours plus grande de la menace de précarité. Les fluctuations de l'emploi et des revenus ont créé un climat d'insécurité qui s'exprime, par exemple, par la peur des déséquilibres écologiques, par la peur devant de nouveaux flux d'immigrés. La France vit une sorte de désenchantement et, dans le même temps, si j'en juge par les chiffres plutôt optimistes de la natalité, elle éprouve une sorte d'attente positive et d'espérance pour l'avenir."
[...]
http://www.lemonde.fr/archives/article/2008/09/06/mgr-vingt-trois-nous-ne-sommes-pas-une-
eglise-de-decombres-mais-une-eglise-en-mutation_1092247_0.html


Mgr Vingt-Trois : "L'Église de France vit une transition" (Mgr Vingt-Trois)
Le Figaro – 6 septembre 2008 (1/4 de page)

Propos recueillis par Jean-Marie Guénois
"À une semaine de la visite de Benoît XVI en France, l'archevêque de Paris revient sur les principaux enjeux de ce voyage.
LE FIGARO. Le Pape redoute-t-il ce voyage en France ? Entre l'Église de France et lui notamment quand il fut préfet de la congrégation pour la Doctrine de la foi le climat était plutôt marqué par la défiance.
Mgr André Vingt-Trois. Il connaît très bien la France et prend ce voyage au sérieux. De la même façon qu'il a pris au sérieux ses déplacements aux États-Unis et en Australie. Il n'est pas plus préoccupé par la France qu'il ne l'était par les États-Unis, où la partie n'était pas gagnée. L'enjeu est bien dans cette rencontre réelle du Pape avec les catholiques français. Beaucoup ont en effet une image caricaturale de Benoît XVI.
LE FIGARO. Il arrive au terme de neuf mois, marqués, à la suite du discours du Latran, par une résurgence du débat sur la laïcité. Va-t-il revenir sur ce thème ?
Mgr André Vingt-Trois. Je ne suis pas sûr que cette question de la laïcité ait aujourd'hui toute l'importance que vous lui accordez. Il y a eu quelques déclarations un peu froides sur la visite du Pape mais on ne peut pas appeler cela un combat de laïcité."
[...]
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2008/09/06/01016-20080906ARTFIG00236-mgr-vingt-trois-
l-eglise-de-france-vit-une-transition-.php


Un prêtre de l’Opus Dei nommé à Toulouse
L'Humanité – 7 août 2008 (15 lignes)

" Un prêtre de l’Opus Dei, organisation catholique réputée conservatrice, a été nommé curé d’une paroisse toulousaine par Mgr Le Gall, archevêque du diocèse de Toulouse, ce qui constitue une première en France. L’abbé Franck Touzet, soixante-six ans, membre de l’Opus Dei depuis 1962, sera installé dans ses fonctions de curé de Notre-Dame-dela-Dalbade, au centre de Toulouse, le 19 octobre prochain."
http://www.humanite.fr/2008-08-07_Societe_Dans-l-actualite


Bienheureux parents de sainte Thérèse (Nathalie Castetz)
Libération – 14 juillet 2008 (1/6 de page)

"Reconnus auteurs d’un miracle, le père et la mère de la sainte ont été béatifiés à Lisieux, quatre- vingt-cinq ans après leur fille.
Grands écrans pour transmettre la messe, prières et chants au micro, processions et applaudissements, un cardinal, des évêques et une débauche d’encens. Hier, dans la vaste basilique de Lisieux (Calvados), l’Eglise a voulu une mise en scène grandiose pour la proclamation officielle de la béatification des parents de sainte Thérèse, Zélie et Louis Martin. Le cardinal portugais José Saraiva Martins, préfet émérite de la congrégation pour les causes des saints, au Vatican, avait même été dépêché par Rome. Près de 3 000 personnes ont assisté à la messe pontificale.
[...]
http://www.liberation.fr/actualite/societe/338886.FR.php


L'Eglise catholique veut inciter les fidèles à faire des legs (Stéphanie Le Bars)
Le Monde – 8 mars 2008 (1/6 de page)

"Face à un nombre de fidèles et de donateurs en baisse, l'Eglise catholique peut-elle se contenter du traditionnel denier de l'Eglise pour assurer son fonctionnement ? Comme chaque année à la même époque, les campagnes de collectes battent leur plein dans les diocèses et devraient rapporter quelque 200 millions d'euros au niveau national, un chiffre en légère augmentation grâce à la croissance du don moyen (142 euros)." [...]
Extraits : "Mais l'Eglise souhaite aussi diversifier ses sources de financement et, face au vieillissement de ses ouailles, a décidé d'inciter les fidèles à faire des legs à leur paroisse." [...]
"Cette année, pour financer les Journées mondiales de la jeunesse qui se tiendront en juillet en Australie, certains diocèses ont fait appel à des entreprises privées, sans grand succès." [...]
(Autre solution : apprendre à ne plus vivre au-dessus de ses moyens)


>>> Suite de la revue de presse : l'Eglise catholique en France : 2007

Voir la page d'accueil sur le catholicisme


Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Accueil Revue de presse    Haut de page    Contact   Copyright ©