Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Revue de Presse  >  L'Eglise catholique > France > 2006 2ème semestre

L'Eglise catholique en France

2006 - 2ème semestre

Revue de presse


En quelques lignes, l'essentiel d'une sélection* d'articles de la presse écrite
(*) L'exhaustivité n'est pas recherchée.
Si un article qui vous paraît important a été omis, signalez-le

Voir également les rubriques : L'Eglise catholique, Benoît XVI, Jean Paul II


Codes couleur :
En noir : synthèse la plus objective possible des articles ou des points paraissant importants.
En rouge foncé : citation ou extrait de l'article. Titre en gras.
En mauve : commentaire ou appréciation particulière de "atheisme.free.fr"


Les grandes écoles et la soutane (A.J.)
Le Figaro - 11 décembre 2006 (1/10 de page)

"Les séminaristes sont plutôt surdiplômés par rapport à leur classe d'âge", constate le responsable du service national des vocations, le père Anelli. Certains sortent de Polytechnique, de Saint-Cyr, L'Ecole Centrale, HEC.
"Actuellement, plus de 50 % des séminaristes qui rentrent en première année sont issus des classes moyennes supérieures ou intermédiaires. Il est donc logique qu'ils soient souvent diplômés de grandes écoles ou même titulaires de thèses."


Attention au catho-intégrisme (Alexis Ridray)
Libération - 7 décembre 2006 (1/6 de page)

Alexis Ridray est étudiant en droit à la Sorbonne. "En appelant au boycottage du Téléthon, l'Eglise s'immisce gravement dans la vie publique. Les médias et la société civile doivent réagir."
Extrait :
"Pourquoi les médias accordent-ils tant d'importance à un courant clérical fondamentaliste, au risque de provoquer, lors du prochain Téléthon, l'effondrement de l'édifice construit depuis vingt ans par des familles isolées et sans espoir, et qui n'ont pas trouvé meilleur moyen que cette fête de la générosité pour combattre l'injustice qui les touche ? Aujourd'hui, pour de nombreuses raisons, les gens cherchent des repères, un discours simple où le cap est fixé et surtout où relativiser est interdit. L'Eglise l'a bien compris. Avec son «non au Téléthon», elle répond à la demande d'un peuple déboussolé. Les «anti-Téléthon» justifient leur position par le fait qu'ils se placent dans la droite ligne du Saint-Siège sur la bioéthique. Et il ne faut effectivement pas trop compter sur le pape nouvellement élu pour rapprocher l'Eglise de la société contemporaine."


Les évêques et le Téléthon - La Foire du tronc (Patrice Lestrohan)
Le Canard Enchaîné - 6 décembre 2006 (1/3 de page)

"Ça grenouille dans les bénitiers. Les attaques à coups de crosse de plusieurs évêques contre le Téléthon annoncent d'autres interventions du même type."
En effet, après les attaques de la commission bioéthique de l'Observatoire [catholique] de la vie civile (de Mgr Rey) contre l'utilisation de l'argent du Téléthon pour de la recherche sur l'embryon, tout laisse à penser que, dans les prochaines campagnes électorales, l'Eglise catholique interviendra par des sermons contre le mariage homosexuel.


Les évêques se divisent sur l'affirmation de l'identité chrétienne dans les écoles privées (Xavier Ternisien)
Le Monde - 10 novembre 2006 (1/8 de page)

"L'archevêque d'Avignon, Mgr Jean-Pierre Cattenoz, a lancé le débat en annonçant, fin septembre, qu'il s'apprêtait à publier une "charte de l'enseignement catholique", visant à "replacer le Christ au centre" des établissements privés de son diocèse. Dans un entretien à l'hebdomadaire France catholique, à paraître le 10 novembre, il détaille le fond de sa pensée : "Mon rôle d'évêque m'a amené à constater que l'enseignement catholique défend des "valeurs" et non plus la personne de Jésus Christ. Et qu'à force de défendre des valeurs humanitaristes on est en train de s'éloigner de la foi catholique." Pour l'archevêque d'Avignon, le principal objectif de l'équipe pédagogique dans un établissement catholique devrait être de "proclamer les merveilles de Dieu"."
Mais les avis des évêques catholiques divergent sur cette question. Certains se défendent d'une quelconque reprise en main. D'autres plus pragmatiques veulent avant tout des enfants bien formés et de bons enseignants ou bien mettent l'accent sur la dimension sociale.
"Cependant, l'annonce explicite de la foi chrétienne souhaitée par beaucoup d'évêques se heurte à une réalité sociologique : dans de nombreux établissements, les catholiques sont minoritaires."


Benoît XVI pourrait se faire sonner les cloches (Catherine Coroller)
Libération - 4 novembre 2006 (1/8 de page)

"La volonté du pape de réintroduire la messe en latin pour satisfaire des traditionalistes suscite de vifs mécontentements au sein de l'épiscopat français."
La main tendue aux traditionalistes par Benoît XVI a semé la consternation dans l'Eglise catholique de France. Même si la question n'est pas à l'ordre du jour, l'assemblée plénière des évêques de France qui commence samedi à Lourdes ne manquera pas d'y consacrer l'essentiel de ses travaux.
"Plusieurs évêques ont pris la parole pour contester tout à la fois la réintégration de Laguérie [abbé intégriste] et le biritualisme. "Cela faisait bien quinze, vingt ans qu'ils n'avaient rien dit sur l'institution romaine", observe Noël Bouttier, rédacteur en chef de Témoignage chrétien."
La politique du Vatican pourrait "susciter des vocations, en attirant les fidèles vers l'aile la plus réactionnaire de l'Eglise".


Mgr André Vingt-Trois : "70 % des Français se disent catholiques" (Propos recueillis par Gérard Bonos)
Le Monde - 16 août 2006 (1/8 de page)

Mgr André Vingt-Trois est l'archevêque de Paris.
Avec ces 70%, les catholiques "occupent donc tout naturellement une place plus importante que d'autres religions. En dehors de cet aspect statistique, il existe aussi une question de principe, à savoir que la République, en ne reconnaissant aucun culte, s'engage aussi à les favoriser tous. L'esprit de la laïcité positive, telle qu'elle a été comprise par un certain nombre de ses théoriciens, c'est de permettre à toutes les religions d'avoir droit de cité pourvu qu'elles respectent les lois de la République." (On connaissait déjà la laïcité ouverte, la voici maintenant devenue positive. Par définition, la laïcité n'est ni ouverte, ni fermée, ni positive, ni négative, elle est neutre.)


La "famille jésuite" française réunit ses forces à Lourdes (Henri Tincq)
Le Monde - 1er août 2006 (1/6 de page)

Cette année, les nombreux mouvements jésuites fêtent le 450e anniversaire de la mort de leur fondateur, Ignace de Loyola (1491-1556).
"Ce "jubilé" jésuite est le prétexte au premier rassemblement, du 27 juillet au 5 août à Lourdes, de toute la "famille ignatienne" de France : une quarantaine de congrégations féminines, les Communautés laïques de vie chrétienne (CVX), le Mouvement des cadres et dirigeants (MCC), le Réseau jeunesse ignatien (RJI), la Communauté du chemin neuf, etc., venus se répéter des convictions souvent puisées dans les écoles d'ingénieurs ou les grands collèges jésuites. Tous engagés selon la double intuition d'Ignace de Loyola : "Contempler le monde pour mieux agir" et "agir dans le monde pour mieux le contempler"."
Dans ce grand rassemblement de 10 000 personnes, on y a vu de "jeunes élus socialistes, UMP et UDF venus aussi à ce rassemblement de Lourdes dire comment leur foi, puisée à la spiritualité de saint Ignace ("discernement" des esprits face aux turbulences du monde), reste le moteur de leur engagement." La séparation des Eglises et de l'Etat paraît bien lointaine. Il faut dire que les échéances électorales approchent.


>>> Suite de la revue de presse : l'Eglise catholique en France : 2006 1er semestre

Voir la page d'accueil sur le catholicisme


Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Accueil Revue de presse    Haut de page    Contact   Copyright ©