Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Revue de Presse  >  L'Eglise catholique > France > 2005

L'Eglise catholique en France

2005

Revue de presse


En quelques lignes, l'essentiel d'une sélection* d'articles de la presse écrite
(*) L'exhaustivité n'est pas recherchée.
Si un article qui vous paraît important a été omis, signalez-le

Voir également les rubriques : L'Eglise catholique, Benoît XVI, Jean Paul II


Codes couleur :
En noir : synthèse la plus objective possible des articles ou des points paraissant importants.
En rouge foncé : citation ou extrait de l'article. Titre en gras.
En mauve : commentaire ou appréciation particulière de "atheisme.free.fr"


Une église neuve pour les Chinois de Paris (Catherine Coroller)
Libération - 19 décembre 2005 (1/2 page)

Hier, Mgr Vingt-Trois, archevêque de Paris, a consacré l'Eglise Notre-Dame-de-Chine située dans le XIIIe arrondissement. Prévue pour recevoir 200 personnes, elle sera le premier lieu d'accueil pour les deux à trois mille catholiques sur les 250 à 300 000 chinois de la région parisienne. Cependant, "face au bouddhisme traditionnel et au prosélytisme agressif des protestants évangéliques, le catholicisme a du mal à décoller" au sein de cette communauté. Il y aurait déjà 19 églises chinoises protestantes selon la Fédération Protestante de France.


La première paroisse chinoise de France consacrée (Sophie de Ravinel)
Le Figaro - 17 décembre 2005 (1/8 de page)

Située au pied des tours du XIIIe arrondissement de Paris, l’Eglise Notre-Dame-de-Chine ouvrira demain pour accueillir à la fois les résidents et les étudiants de passage. Elle montre toute "l'attention que porte l'Eglise catholique en France à l'évangélisation de cette communauté."


22, v’la Vingt-Trois
Le Canard enchaîné - 30 novembre 2005 - (36 lignes)

Lorsqu’un journaliste de VSD interroge Mgr Vingt-Trois à propos du livre de l’abbé Pierre où il avoue avoir succombé au péché de la chair, l’archevêque de Paris parle d’"exhibitionnisme" et de "pactole éditorial". Heureusement pour l’Eglise, précise-t-il, "un pompier pyromane ne discrédite pas pour autant le corps des pompiers".
Quant aux allégations scandaleuses de l’abbé Pierre sur le désir sexuel de Jésus, il affirme : "Qu’est-ce qu’il en sait l’abbé Pierre, si Jésus était habité du désir sexuel ? Il était avec lui, à cette époque ?". Comme le fait judicieusement remarquer le Canard enchaîné, Mgr Vingt-Trois "n’était pas là non plus pour prouver le contraire".


Homosexualité : l'interdit romain fait débat (Sophie de Ravinel)
Le Figaro - 29 novembre 2005 - (1/8 de page)

"Dans l'Eglise de France, des voix isolées redoutent que la position du Vatican suscite un sentiment d'exclusion."
C'est ainsi que le père Gérard Bénéteau, s'exprimera jeudi soir, avec son habituelle "liberté de parole et d'action", sur Pink TV. A son initiative, à l'église Saint-Eustache de Paris, "l'artiste Christophe Huysman proposera une "installation" sonore sous les voûtes de l'église parisienne, dédiée à la souffrance de huit mères dont les enfants sont morts du sida". "Inquiet" de l'amalgame entre homosexualité et pédophilie, le père s'interroge sur l'instruction du Saint-Siège interdisant l'accès des séminaristes homosexuels à la prêtrise. "Que veut-on dire au monde au travers de ce texte-barrage ?"
L'article continue avec deux ou trois autres exemples non résumés.


"Vade retro", Sarkotanas ! (Dominique Durand)
Le Canard enchaîné - 9 novembre 2005 - (1/8 de page)

"Emoustillé" par le parterre des évêques de France réunis à Lourdes pour leur assemblée plénière, Nicolas Sarkosy a fait savoir qu'il s'y rendrait volontiers s'il y était invité. Il lui fut répondu par la négative, même pour une courte apparition. L'évêque de Lourdes, Jacques Perrier a déclaré que leur assemblée était "un lieu de travail, pas un barnum ! Vous rendez-vous compte du bazar que cela provoquerait et des interprétations possibles ?" Dans le contexte des émeutes dans les banlieues, Sarko aurait été capable "d'enflammer les saintes huiles", ironise le Canard enchaîné. Pour l’évêque, même si une église a reçu des jets d'essence, cette conférence entre évêques, "ne se prête pas à ce genre de rencontre". D'ailleurs, une réunion est prévue le 28 novembre entre le ministre de l'Intérieur et Mgr Ricard pour parler du rapport Eglise-Etat à l'occasion du centenaire de la loi de 1905.


La nouvelle catéchèse soumise au suffrage des évêques (Sophie de Ravinel)
Le Figaro - 7 novembre 2005 - (1/3 de page)

Les prélats français, qui se sont réunis à Lourdes, voteront à partir de demain "un texte donnant de grandes orientations pour la catéchèse, en gestation depuis 2002". Face à une déchristianisation de la société française, "nombre d'évêques s'inquiètent d'une baisse parfois drastique du nombre d'enfants catéchisés. Une des raisons provient de la sécularisation de la société, qui ne cesse de croître." Cette catéchèse qui est une application locale du "directoire" romain de 1997, a fait l'objet d'un débat. Pour l'un des évêques, "la difficulté consiste à savoir transmettre notre enthousiasme, à être missionnaire de manière concrète et crédible". Les évêques ont paru "plus fraternels et unis face au creux de la vague et aux églises vides".


Les évêques de France achèvent leur réorganisation (Sophie de Ravinel)
Le Figaro - 4 novembre 2005 - (1/8 de page)

Réunis à Lourdes pour leur assemblée biannuelle, les évêques français travaillent à la "simplification des structures" pour être "plus réactifs" et plus "plus missionnaires". Ils vont également démarrer le comité "Etudes et projets", officiellement constitué au printemps 2005. "Mais inutile de s'attendre à une pluie de déclarations fracassantes sur l'homoparentalité, les déclarations de l'abbé Pierre sur la sexualité de Jésus ou les banlieues..." car l’Eglise ne veut pas que son discours soit caricaturé.


Copulons !... Pourquoi ? (Bernard Thomas)
Le Canard enchaîné - 2 novembre 2005 - (1/6 de page)

Grâce à l’abbé Pierre, l’éducation sexuelle a fait un "grand bond en avant" à la télévision. Reçu par Marc-Olivier Fogiel à l’occasion de la sortie de son livre "Mon Dieu, pourquoi ?", le fondateur des Chiffonniers d’Emmaüs a révélé "qu’il a donné quelques coups de canif au pacte de chasteté qui l’unissait à Dieu". Il a semblé étouffé de remords dans cette "relation adultérine qui faisait le Très-Haut cocu". Quant à sa partenaire, elle était réduite à un simple objet de convoitise, "alors l’abbé, macho ?"
Sur les autres sujets, l’abbé Pierre s’est montré favorable à ce qui hérisse les "poils du Vatican" : l’ordination des femmes, les unions homosexuelles ("pas besoin de sacrement ni de célébration, le mot alliance conviendrait"). Il n’est pas choqué non plus par l’homoparentalité et ne serait pas surpris que "Jésus ait eu des relations avec Marie-Madeleine". Quant à son éventuelle canonisation que ses prises de position pourraient compromettre, elle le fait rigoler doucement : "J’ai d’autres chats à fouetter".
La question du pape est un sujet qui le rendrait "presque violent". Il souhaiterait que les papes remettent leur démission à l’âge de 75 ans (Benoît XVI a 76 ans). En ce qui concerne Jean-Paul II, "j’ai regretté qu’il n’ait pas indiqué qu’en Afrique le préservatif était le seul moyen de se protéger du sida".


L'abbé Pierre lui aussi est monté au septième ciel (Ludovic Blecher)
Libération - 28 octobre 2005 - (1/4 de page)

Dans son dernier livre, "Mon Dieu... pourquoi?" (Plon), l'abbé Pierre avoue avoir cédé "de manière passagère" au désir charnel. "Mais je n'ai jamais eu de liaison régulière", précise le Français préféré des Français.
Coécrit avec Frédéric Lenoir, son livre, un recueil de méditation, "aborde, de façon pas très catholique, des thèmes comme le pêché, l'enfer ou le bonheur". Il pense qu'autoriser l'ordination des prêtres mariés pourrait relancer les vocations. N'ayant "jamais compris pourquoi Jean Paul II et le cardinal Ratzinger avaient affirmé que jamais l'Eglise n'ordonnerait des femmes", l'abbé Pierre est aussi un partisan de l'ouverture de la prêtrise aux femmes.
Comprenant que les couples homosexuels veuillent faire reconnaître leur amour par la société, il préfère parler d'"alliance" homosexuelle, terminologie moins traumatisante, plutôt que de "mariage". En outre, il "laisse la porte ouverte à l'adoption d'enfants par des homosexuels" dans la mesure où les enfants ne subissent pas de préjudices psychologique ou social.


L'évêque aux armées doit faire face à de fortes critiques (Xavier Ternisien)
Le Monde - 20 octobre 2005 - (1/4 de page)

La gestion de l'aumônerie catholique aux armées, dont Mgr Patrick Le Gal, l'évêque aux armées, 52 ans (l'un des plus jeunes évêques de France), à la charge, est remise en question. "Des aumôniers qui démissionnent, des prêtres qui vont se plaindre dans le bureau du nonce apostolique, représentant du Saint-Siège en France..." Une pétition d'une centaine de signatures réclame son départ. L'intéressé n'accorde pas de crédit à ces rumeurs.
On lui reproche, entre autres choses, d'"incardiner" les séminaristes qu'il recrute, "c'est-à-dire de rattacher définitivement des prêtres à son diocèse. Jusqu'ici, il était d'usage de faire appel à des prêtres mis à disposition par d'autres diocèses." L'intéressé l'explique par la professionnalisation de l'armée et la nécessité de "projeter" les aumôniers sur les théâtres d'opérations. "Là où le bât blesse, c'est quand Mgr Le Gal recrute des candidats au sacerdoce refusés ailleurs car jugés inaptes à la prêtrise." D'autant que les fidèles ne se bousculent pas. Un pèlerinage de militaires en Ile-de-France, en septembre, n'a rassemblé que ... cinq militaires.
Les responsables des autres cultes lui reprochent d'avoir fait adopter sans les concerter le report de 58 à 64 ans de la limite d'âge pour les aumôniers, lors de la réforme du statut général des militaires. "Il a des problèmes d'effectifs parce qu'il manque de prêtres, estime l'un d'eux. C'est pourquoi il a voulu prolonger la durée de l'engagement. Mais nous n'avons pas ce genre de difficulté."
En principe, le contrat de Mgr Le Gal avec l'armée devrait être reconduit pour six ans en mai 2006. En attendant, "les plaintes s'accumulent sur le bureau du nonce apostolique".


Châsse, péché et tradition
Le Canard enchaîné - 19 octobre 2005 - (27 lignes)

Des reliques de Sainte Thérèse de Lisieux ont été "admises" à l'hôpital paroissien de Pitié-Salpêtrière. Les fragments de vertèbre seront exposés jusqu'à fin octobre et vont provoquer un "grand ramdam mystique". La lecture de textes de Thérèse elle-même, par des personnalités comme Michaël Lonsdale et Robert Hossein, ravit en extase l'aumônier de la Pitié.
"Adorer un bout de sainte vertèbre, c'est vrai qu'il n'y a pas mieux pour animer la galerie !"


A l'Institut catholique de Paris, la crise perdure malgré l'élection d'un nouveau recteur (Henri Tincq)
Le Monde - 1er octobre 2005 - (1/4 de page)

Pierre Cahné, 63 ans, ancien professeur de l'université Paris-IV, a été choisi par les évêques fondateurs de l'Institut catholique de Paris pour en être le nouveau recteur. Il n’est pas certain que cette nomination mette un terme à la crise provoquée par la démission de Joseph Maïla, le 14 juin dernier, démission qui avait été exigée par Mgr André Vingt-Trois, archevêque et chancelier de l'Institut catholique de Paris.
Le conseil d'établissement "s'interroge aujourd'hui sur la capacité de gestion et de direction de Pierre Cahné et soupçonne que "des critères idéologiques" ont présidé à son élection". Le conflit entre l’établissement catholique et sa "tutelle extérieure" n’est donc pas réglé. Outre des rivalités personnelles et une "guerre de chefs", les raisons de la crise sont liées "à une interrogation sur la vocation propre d'un établissement universitaire catholique". Déjà avec le cardinal Lustiger, l’archevêché n’envoyait plus ses séminaristes à la "Catho" au profit d’autres établissements (Rome, Bruxelles), "jugés doctrinalement plus sûrs".
En outre, l’ouverture en 1999 "d'un studium de théologie à l'Ecole cathédrale du diocèse de Paris a été considérée à l'Institut comme une concurrence déloyale". Le nouveau recteur devra faire preuve de beaucoup de patience et de diplomatie pour apaiser la crise.


Rumeur confirmée pour deux curés pères de famille (Florence Moreau)
Le Monde - 7 septembre 2005 - (1/4 de page)

Les fidèles des églises de Sainte-Catherine de Villeneuve-sur-Lot et de Port-Sainte-Marie (Lot-et-Garonne) ont eu la confirmation "que les "pères" qui officiaient dans ces paroisses depuis plusieurs années étaient aussi... papas". Il s’ensuit stupeur et incompréhension. Mgr Hubert Herbreteau, évêque d'Agen, admet que "le diocèse est dans un temps d'épreuve".


L’ordination sauvage prêtre à rire
Le Canard enchaîné - 6 juillet 2005 - (1/8 de page)

Depuis l’affaire Jacques Gaillot, la France se fait discrète vis à vis de l'orthodoxie catholique. Les femmes candidates à la prêtrise sont peu nombreuses. En effet, le "mouvement d’"ordinations sauvages", naturellement condamné par le Vatican, peine à percer en dehors des pays anglo-saxons". La première en France, Geneviève Beney, la "star apeurée d’un jour", dont le mari est protestant, a été ordonnée prêtre par trois femmes évêques venues d’Allemagne. Celles-ci assurent avoir été ordonnées par un évêque catholique toujours en exercice, sans préciser son identité. "Cela a été constaté par huissier", ont-elles précisé. Neufs Américaines et Canadiennes deviendront prêtres le 24 juillet et "une soixantaine de femmes seraient en cours de formation" pour le devenir, mais aucune Française. Le mouvement catholique dissident souhaiterait en trouver d’autres en France, "tête de pont vers les pays latins de vieille chrétienté".


Mon curé chez les puristes
Le Canard enchaîné - 6 juillet 2005 - (40 lignes)

La Française Geneviève Beney a été excommuniée pour avoir été ordonnée prêtre (Voir l'article ci-dessus). Elle avait été prévenue.
"Cela se passe comme cela, à Rome : tout se fait en temps réelle. "Santo subito" pour Jean-Paul II, "ejecto subito" pour les hérétiques."
Geneviève Beney ne s’en tire pas si mal si l’on compare son sort à celui de la nonne roumaine Matricica Comici, qui est morte crucifiée dans un monastère de Tanacu. Ni le pope Daniel qui a "fixé" la malheureuse, ni les autres nonnes qui l’ont "tabassée" ne regrettent ce qu’ils ont fait. "Le pope a été viré de l’Eglise" orthodoxe.


La première femme prêtre en France a été excommuniée (Henri Tincq)
Le Monde - 5 juillet 2005 - (1/2 page)

Geneviève Beney, mariée, 56 ans et militante associative, a été ordonnée prêtre samedi à Lyon. Pour elle, il s'agit de répondre de manière "légitime" à une situation "obsolète".
Le premier paradoxe de cette cérémonie qui a eu lieu sur une péniche, est qu'il y avait "plus de caméras et de micros que de fidèles". Cependant, seul le directeur de la revue "Golias" était autorisé à monter à bord de la péniche, avec une soixantaine de fidèles venus des différents pays d'Europe pour témoigner de leur combat contre l'Eglise de Rome pour la "fin des discriminations" et contre "l'oppression sexiste".
Pour l'archevêque de Lyon, le cardinal Barbarin, "un tel passage à l'acte signifie une rupture avec l'Eglise" et donc l'excommunication d'office de Geneviève Beney. L'intéressée, quant à elle, se considère toujours dans "la communion spirituelle avec la communauté universelle". Les trois femmes évêques qui l'ont ordonnée considèrent que "l'un des moyens de changer une loi injuste est de la violer". 65 femmes catholiques seraient en train de se préparer au sacerdoce. Est-ce la naissance d'une nouvelle "Eglise des catacombes", comme au début du christianisme ?


L’archevêché de Lyon dénonce l’ordination d’une femme
Le Figaro - 1er juillet 2005 - (12 lignes)

L'ordination de Geneviève Beney, qui aura lieu samedi sur une péniche navigant sur la Saône et le Rhône, sera réalisée par deux femmes prêtres qui se trouvent sous l’autorité d’un "pseudo-évêque" argentin. Pour l’évêché, "cet acte relève de l’effet d’annonce" et "ne remplit aucune des conditions requises par l’Eglise catholique"... "Une telle cérémonie constituera un acte grave de rupture à l’égard de l’Eglise catholique."


"Les églises ne sont pas vides, la pratique a changé" (propos de Mgr André Vingt-Trois, archevêque de Paris, recueillis par Catherine Coroller)
Libération - 13 juin 2005 - (1 page)


Une Française ordonnée prêtre par deux "évêques" excommuniées
Libération - 27 mai 2005 (15 lignes)

Diacre à Passau en Allemagne, Geneviève Beney, 55 ans, habitante du Gard, sera ordonnée prêtre à Lyon le 2 juillet prochain par deux femmes évêques que le Cardinal Joseph Ratzinger a excommuniées en 2004 [voir article du Monde ci-dessous]. "Je risque l’excommunication mais je souhaitais poser une action symbolique pour faire avancer l’égalité homme-femme dans l’Eglise catholique." a précisé la future première femme prêtre en France.


Bientôt, la première ordination "sauvage" d’une femme prêtre à Lyon (Henri Tincq)
Le Monde - 27 mai 2005 (1/6 de page)

Geneviève Beney, 56 ans, mariée et sans enfant sera prochainement la première femme ordonnée prêtre en France. La cérémonie "sauvage" aura lieu le 2 juillet, sur une péniche navigant sur le Rhône et la Saône près de Lyon ("capitale des premiers martyrs chrétiens"). Ce sont deux "femmes évêques", l’une allemande, l’autre autrichienne, qui procèderont à l’ordination. Ces deux femmes ont été "consacrées" en 2004 "par un évêque schismatique dont le nom est tenu secret".
Ancienne professeur d’éducation physique et animatrice culturelle, Geneviève Beney se situe "à la marge" de mouvements contestataires (Mouvement pour l’ordination des femmes, Nous sommes aussi l’Eglise). Avant de devenir diacre à Passau, elle a suivi un "séminaire clandestin", ce qui lui a valu une mise en garde par écrit de l’évêque de Nîmes. Elle risque l’excommunication pour ce qu’elle considère comme un "acte prophétique de rupture". Son ordination "jette déjà le trouble dans les associations féministes et dans les mouvements de contestation catholiques, partagés entre fidélité au combat qu’ils mènent depuis longtemps, contre le refus de l’Eglise d’ordonner des femmes et le risque de rejet de la communion catholique."


Parvis vaut bien une messe (P.L.)
Le Canard enchaîné - 18 mai 2005 - (1/8 de page)

Sous la pression populaire, et "en violation des règlements même de l’Eglise, qui imposent un délai, sinon de décence, disons de sérénité de cinq ans", le pape Benoît XVI a ouvert "subito" le procès en béatification de Jean-Paul II, lui-même champion toute catégorie en fabrication de saints (482 au total et 1300 bienheureux). Quant aux miracles (au moins un est nécessaire à la béatification), leur recensement sera bientôt ouvert. L'ancien secrétaire du défunt pape affirme que celui-ci "aurait guéri d’une tumeur au cerveau un milliardaire juif américain". On ne pourra sans doute pas contester non plus la guérison miraculeuse du cardinal Francesco Marchisano, pour les "séquelles d’une opération à la gorge lors d’une messe pour le pape défunt" au lendemain de ses funérailles.
Patience, bientôt une nouvelle idole à adorer dans les chaumières. L’Eglise catholique : la fille aînée du paganisme.
En France, l’archevêque de Paris, André Vingt-Trois, et le maire de Paris Bertrand Delanoë, socialiste, "mais pas vraiment sectaire", se seraient mis d’accord pour enrichir prochainement le Parvis de Notre-Dame du nom de l’ancien pape. On ne sait pas encore si ce sera "Parvis Jean-Paul II-Notre-Dame" ou tout simplement"Parvis Jean-Paul II".


Mgr Vingt-Trois, le messie de Paris (Daniel Licht)
Libération - 7 mars 2005 - (1/2 page)

Pas moins de 4000 personnes, 620 prêtres et 32 évêques pour la cérémonie officielle d'investiture du nouvel Archevêque de Paris. Son arrivée était très attendue. Une fidèle estime qu'il continuera à faire comme il a fait à Tours : "Dire ce qu'il pense parce qu'il ne pratique pas la langue de bois.". On attend également de lui qu'il traite le problème des vocations sacerdotales et la question de la famille, "cellule de base" du christianisme.
Des catholiques attendent également de lui une plus grande réactivité de l'Eglise : "Les fidèles doivent être informés plus rapidement des problèmes sans avoir l'impression que l'Eglise est dans l'attente d'un signal de Rome."
C'est dans l'enthousiasme que les catholiques parisiens ont accueilli leur nouveau guide qui a expliqué que "nous devons avancer dans l'existence en sachant où nous allons". Ce qui est effectivement préférable.


André Vingt-Trois, nouvel archevêque de Paris (D.L.)
Libération - 11 février 2005 - (15 lignes)

L'archevêque de Tours, âgé de 62 ans, doit être nommé aujourd'hui par le pape pour succéder au cardinal Jean-Marie Lustiger, 78 ans, dont il fut un proche. Pour le Vatican, ce "fils spirituel" du cardinal représente une "forme de continuité". La cérémonie d'investiture est prévue à Notre-Dame, au mois de mars.


Mgr Vingt-Trois succède à Jean-Marie Lustiger
France Soir - 11 février 2005 - (24 lignes)

C’est aujourd’hui que le Vatican devrait accepter officiellement la démission de Jean-Marie Lustiger, pour raison d’âge. Son successeur, l’Archevêque de Tours, est présenté comme son fils spirituel et est connu pour son "franc-parler".


Les cathos intégristes crucifient l'islam et la laïcité (Catherine Coroller)
Libération – 7 février 2005 – (1/3 de page)

Sous-titre : Réunis hier, ils réclamaient la reconnaissance officielle de la prééminence du catholicisme
Les Cercles de tradition, "émanations" de la Fraternité de Saint-Pie X ont réuni hier un Congrès à l'occasion du centenaire de la loi de 1905 sur la Laïcité. "Laïcisme et islam étant tous deux fondamentalistes, l'un exclut l'autre. Mais le laïcisme ne survivra pas à l'islam", a déclaré Daniel Hamiche, rédacteur du journal "Légitimiste". Pour lui, l'affrontement a déjà commencé et il espère bien que les catholiques arbitreront le conflit. Devant un millier de catholiques intégristes, il a stigmatisé l'islam considéré comme une catastrophe : "J'ai cinq petits-enfants et je leur dis qu'ils doivent s'attendre au martyre" (Je plains ces enfants élevés dans la haine de l'autre). Le "laïcisme" prônant "l'égalité des toutes les religions" est l'autre ennemi des Cercles de tradition qui voudraient faire reconnaître que la France est chrétienne et que l'on admette "une sorte de prépondérance historique à la culture chrétienne". L'orateur s'en est pris à la fois au "conservatisme laïque" de Jacques Chirac et à la "pêche aux voix" de Nicolas Sarkosy qui voudrait une plus grande reconnaissance de "l'identité religieuse musulmane". L'Amérique du très croyant Georges W. Bush, qui a montré dans les grands débats de la campagne présidentielle son attachement aux valeurs chrétiennes, est devenue pour lui un modèle.


>>> Suite de la revue de presse : l'Eglise catholique (France + international) : 2004

Voir la page d'accueil sur le catholicisme


Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Accueil Revue de presse    Haut de page    Contact   Copyright ©