Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Revue de Presse  >  Cinéma > Religolo

Cinéma : "Religolo"

Revue de presse



En quelques lignes, l'essentiel d'une sélection* d'articles de la presse écrite
(*) L'exhaustivité n'est pas recherchée.
Si un article qui vous paraît important a été omis, signalez-le



Codes couleur :
En noir : synthèse la plus objective possible des articles ou des points paraissant importants.
En rouge foncé : citation ou extrait de l'article. Titre en gras.
En mauve : commentaire ou appréciation particulière de "atheisme.free.fr"


Amérique : la foi prend sa pâtée (Philippe Garnier)
Libération – 21 janvier 2009 (1/4 de page)

"Brûlot. "Religolo" part en croisade contre la religiosité des Etats-Unis.
L’affiche américaine du film de Larry Charles et du comique télé Bill Maher annonce bien la couleur, montrant trois chimpanzés arborant chacun leurs articles de foi, qui le chapeau ourlé fourrure et la croix de David, qui la mitre et la croix, qui la calotte et l’emblème de l’Islam. Le titre américain, Religulous, amalgame pas très heureux, met l’emphase sur le ridicule de la religion, plus que sur le rigolo. Comme tous les films de Larry Charles (Borat, etc.), celui-ci n’en a que le nom et il convient de le prendre sur son terrain de guérillero agit-prop.
"Bless you. Filmé en deux mois, ce brûlot paraît si bâclé qu’on pourrait en oublier le caractère culotté et surtout éminemment nécessaire. Il s’agit de se replacer dans le contexte d’un pays, les Etats-Unis, où les athées ne représentent qu’une minorité silencieuse de 26 %, où chaque ouverture des assemblées législatives commence par une prière et où les gens, du sans-abri mendiant au caissier de banque, vous disent "bless you" par réflexe. C’est donc comme film militant qu’il faut prendre ce qui se présente comme une pochade. Un film qui a eu beaucoup de succès dans les grandes villes, et pratiquement aucune distribution dans l’arrière-pays américain. Rel igolo, au-delà des gags et des coups faciles, montre pourquoi. Il suffit de faire la visite d’un parc à thème en Floride nommé The Holy Land Experience, où un Mel Gibson autochtone en fait des tonnes sur sa croix, pour prendre la mesure des attardés qui, pour être minoritaires eux aussi dans le pays, n’en ont pas moins fait basculer le vote pour Bush en novembre 2004. [...]
Pour une nation dont les pères fondateurs étaient surtout des athées (ou, au pire, des déistes), il semble curieux qu’on soit arrivé à un pays si bondieusard dans lequel la séparation de l’Eglise et de l’Etat n’est qu’une sinistre plaisanterie. Mais c’est un état de fait si ancré dans les têtes et les mœurs qu’aucun politicien n’oserait s’y frotter et qu’on ne voit aucun parti politique pouvant structurer la minorité athée. Maher admet que cet aspect de la question a été escamoté, arguant seulement le manque de place et de temps. Ce qui n’enlève rien aux vérités assénées par Religolo, et à son utilité. ?"
[...]
http://www.liberation.fr/cinema/0101313576-amerique-la-foi-prend-sa-patee




Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Accueil Revue de presse    Haut de page    Contact   Copyright ©