Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Revue de Presse  >  Athéisme > 2015

Athéisme

2015

Revue de presse


En quelques lignes, l'essentiel d'une sélection* d'articles de la presse écrite
(*) L'exhaustivité n'est pas recherchée.
Si un article qui vous paraît important a été omis, signalez-le



Codes couleur :
En noir : synthèse la plus objective possible des articles ou des points paraissant importants.
En rouge foncé : citation ou extrait de l'article. Titre en gras.
En mauve : commentaire ou appréciation particulière de "atheisme.free.fr"


Mouloud Akkouche. "Dieu est-il complice des attentats ?" (Mouloud Akkouche)
L'Humanité - 17 novembre 2015

Mouloud Akkouche est écrivain.
""Si Dieu existe, j'espère qu'il a une excuse valable !" Woody Allen.
Bien sûr, la majorité des musulmans n'est pas responsable du carnage parisien. Ni des autres crimes barbares sur toute la planète. Même si certains vont amalgamer et "faciesiser" pour tirer des bénéfices du sang coulé. Cependant, force est de constater que Dieu est encore aux premières loges des horreurs. Jamais très loin dans les mauvais coups. Son nom souvent scandé entre deux tirs de kalachnikov. Simple témoin ou complice ?
La religion a toujours été un problème. En ce moment, l'islam fait couler plus de sang que les autres. Crimes alimentés par notamment certains gros clients d'armes de nos démocraties. Une problématique ne datant pas d'aujourd'hui. De tout temps, les religions ont plus plombé la planète qu'elles ne l'ont bonifiée. Combien de morts et de tragédies en leur nom ? Sans oublier les guerres du croisé Bush qui ont largement "contribué" à la folie meurtrière actuelle. Les bureaux de recrutement de Dieu ouverts aux quatre coins du monde. Pas besoin de diplômes. Juste une bonne expérience en haine et frustration.
Parfois, l'athée que je suis essaye le plus objectivement possible (difficile) de lister ce que les religions ont apporté de concret et de positif pour le terrien lambda. À part des monuments et des oeuvres d'art, certes, pas négligeables, et de magnifiques créations agréables à admirer ou visiter. [...]
Pour conclure, chers croyants de toutes les religions, essayer l'athéisme ou l'agnosticisme, c'est l'adopter. Pas besoin de prier, aucune obligation alimentaire ou vestimentaire, personne pour vérifier vos jeux sous la couette... Ce sera tout bénef pour nous tous. Débarrassés de vos fictions mortifères qui ont tué et continuent de tuer. Pourquoi chercher le paradis dans le ciel ou dans vos livres saints ? Alors qu'il vous tend les mains sur terre. Ici et maintenant. Au Bataclan, au Stade de France, dans les bars du XIe à Paris et ailleurs... Le paradis à domicile."

http://www.humanite.fr/mouloud-akkouche-dieu-est-il-complice-des-attentats-589918


Non, élever votre enfant dans la religion ne le rendra pas plus altruiste (express.fr)
L'Express - 6 novembre 2015

"Une étude américaine bat en brèche la croyance selon laquelle les valeurs religieuses iraient de pair avec la générosité. Les enfants d'athées seraient même plus altruistes que les enfants de parents croyants.
La religion favorise-t-elle les comportements "prosociaux" comme l'altruisme ? Non, il ne s'agit pas du sujet du bac de philosophie 2016 en exclusivité, mais de celui d'une étude publiée ce jeudi dans la revue Current Biology. Et sa conclusion est nette : les enfants élevés par des parents "non religieux" sont plus enclins à l'altruisme que ceux élevés dans les valeurs religieuses.
Jean Decety, chercheur français naturalisé américain du Département de psychologie de l'université de Chicago, a sélectionné un échantillon international et mixte pour répondre à cette question. Il a interrogé 1170 enfants de 5 à 12 ans, vivant dans de grandes villes des Etats-Unis, du Canada, de Jordanie, de Turquie, d'Afrique du Sud et de Chine. [...]
Ses résultats "remettent en question le fait que la religion serait vitale pour le développement moral, et appuient l'idée que la sécularisation du discours moral ne va pas diminuer la bonté humaine - en fait, elle fera tout le contraire", conclue cette étude. Pas sûr que cette réponse soit celle qu'attendait la Fondation américaine John Templeton, qui a alloué une bourse à cette enquête.
"D'inspiration chrétienne, celle-ci avait en 2007 remis son prix au philosophe canadien Charles Taylor, qui défend l'idée selon laquelle les sociétés laïques occidentales ne sont pas aptes à satisfaire la quête humaine de sens", rappelle Le Monde."
[...]
http://www.lexpress.fr/actualite/societe/non-elever-votre-enfant-dans-la-religion-ne-le-rendra-pas-plus-altruiste_1733394.html


Chez les enfants, la religion ne rend pas si généreux (L.M.)
L'Obs - 6 novembre 2015

"Une étude américaine montre que les enfants élevés dans des familles non religieuses sont plus sensibilisés à l'injustice que leurs camarades croyants.
Les chercheurs ont appuyé leur enquête sur un dérivé du "jeu du dictateur" mis en place par des économistes.
Sur une planète où 84% des humains se déclarent croyants, les enfants de familles athées sont en fait plus altruistes et généreux que ceux élevés dans des familles croyantes. C'est ce que révèle une étonnante étude américaine publiée dans "Current Biology" et présentée par "Le Monde". [...]
Dans ses conclusions, Jean Decety estime que les observations réalisées pour l'étude "remettent en question le fait que la religion serait vitale pour le développement moral, et appuient l'idée que la sécularisation du discours moral ne va pas diminuer la bonté humaine.""
[...]
http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20151106.OBS8993/chez-les-enfants-la-religion-ne-rend-pas-si-genereux.html


Les enfants non religieux sont plus altruistes que ceux élevés dans une famille de croyants (Hervé Morin)
Le Monde - 5 novembre 2015

"Certains observateurs attentifs de l'actualité des derniers millénaires l'avaient déjà noté : la religion n'est pas toujours un gage de concorde et de fraternité. Une étude publiée jeudi 5 novembre dans la revue Current Biology suggère que le mode de transmission des valeurs et des pratiques religieuses d'une génération à l'autre risque de faire perdurer cette situation. Menée dans six pays auprès de 1 170 enfants de cinq à douze ans, elle montre que l'altruisme n'est pas la chose la mieux partagée chez ceux issus de familles pratiquant une religion. Ils présenteraient aussi une prédilection pour l'application de châtiments plus sévères que les rejetons de familles se définissant comme "non religieuses".
Conduite au Canada, en Chine, en Jordanie, en Turquie, aux Etats-Unis et en Afrique du Sud, cette étude dirigée par Jean Decety (Département de psychologie de l'université de Chicago) avait pour objectif de mesurer si la religion, ainsi qu'on le croit fréquemment, renforce les comportements dits "prosociaux".
L'enquête est financée par une bourse de la Fondation américaine John Templeton. D'inspiration chrétienne, [...]
La fondation risque d'être déçue par la réponse. Les chercheurs réunis par Jean Decety concluent en effet que leurs observations "remettent en question le fait que la religion serait vitale pour le développement moral, et appuient l'idée que la sécularisation du discours moral ne va pas diminuer la bonté humaine - en fait, elle fera tout le contraire". Un manifeste politique, inhabituel dans une revue de biologie. Jean Decety y tient, notamment du fait qu'aux Etats-Unis, où ce Français naturalisé américain est installé depuis 14 ans, il est impossible à quiconque se déclarant non croyant d'espérer accéder à de hautes fonctions, notamment électives, " car il serait suspecté d'être immoral, voire amoral"."
[...]
http://www.lemonde.fr/sciences/article/2015/11/05/les-enfants-d-athees-sont-plus-altruistes-que-ceux-eleves-dans-une-famille-religieuse_4804217_1650684.html


Raoult : sciences, égalité et athéisme (Didier Raoult)
Le Point - 24 avril 2015

Le professeur Didier Raoult est spécialiste des maladies infectieuses tropicales émergentes à la faculté de médecine de Marseille.
"Selon le Pr Didier Raoult, les statistiques montrent que le niveau scientifique et l'égalité dans une société influencent le nombre de croyants et d'athées.
La population mondiale compterait 13 % d'athées, majoritairement situés dans le Sud-Est asiatique. En Europe, ce pourcentage est de 20 %. Mais le nombre d'athées dans un pays n'est pas stable, il colle à l'évolution de certains paramètres comme le niveau scientifique et l'égalité sociale. Concernant le niveau scientifique, 93 % des membres de l'Académie des sciences des Etats-Unis s'estiment athées, contre 15 % de la population générale aux États-Unis. Toutefois, il existe des variations au sein même des domaines scientifiques : les biologistes et les physiciens sont les plus athées, les mathématiciens les plus croyants.
Un travail récent corrèle maintenant l'athéisme avec l'égalité (1). C'est un fait que les pays les plus égalitaires (France, Suède) sont actuellement les plus athées. En particulier en Europe, où la France (selon Eurobaromètre 2005) est la plus athée et la plus égalitaire des nations. [...]
Dans tous les cas, à l'échelle mondiale, il apparaît que l'inégalité, dont la mesure a été relancée récemment en France par Thomas Piketty, soit corrélée à la croyance en un ou plusieurs dieux. Le retour de la pratique de l'islam chez les laissés-pour-compte et la persistante religiosité des Roms y trouvent peut-être un éclairage nouveau. Une certitude, les guerres d'athées sont déclarées par les pays riches, tandis que les guerres des pauvres sont souvent des guerres religieuses."

http://www.lepoint.fr/invites-du-point/didier_raoult/raoult-sciences-egalite-et-
atheisme-24-04-2015-1923870_445.php


Conférence-Débat avec Michel Piquemal à Toulouse, le 5 mars
L'Humanité - 2 mars 2015

"Athée et heureux ?
Michel Piquemal, bien connu pour sa production jeunesse où il aborde notamment la philosophie (Les Philo-fables, Piccolo-philo...), publie un essai sur l'athéisme aux éditions Hugo Doc, Heureux... Sans dieu ni religion.
Dans ce livre Michel Piquemal défend les valeurs de l'athée en démontant un à un les reproches qui souvent lui sont faits. Il explique la différence fondamentale entre croyance et pouvoir religieux, et rêve à un avenir meilleur où croyants et non-croyants défendraient ensemble la laïcité."
[...]
http://www.humanite.fr/conference-debat-avec-michel-piquemal-toulouse-le-5-mars-567053


A, comme Athéisme (conséquent) (communistes-unitaires)
Médiapart - 31 janvier 2015

"La défense de l'athéisme fait un retour brutal dans notre actualité. Mais commençons par un souvenir... Nous étions à Damas juste après la première affaire des caricatures du prophète. On nous a demandé d'exprimer notre position à la télévision. Notre ami, le philosophe Yves Vargas, a alors répondu : "En tant que philosophe, je ne peux avoir de respect pour aucune croyance. Mais je peux avoir du respect pour les croyants." Ce paradoxe apparent définit ce qu'on peut nommer un athéisme conséquent, matérialiste.
Aucune croyance, mais plus généralement aucune idée, ne peut exiger d'être respectée au point d'être intouchable. Toutes les opinions ne se valent pas et aucune ne peut se soustraire à l'examen critique. Voire à la satire, laquelle, pour être efficace, suppose une culture partagée... Une culture à partager, si nous voulons que le rire reste le propre de l'homme. De ce point de vue les dessinateurs de Charlie Hebdo sont des martyrs souriants du combat séculaire contre l'obscurantisme.
Que des convictions, des croyances puissent être sacrées pour certains ne fait pas de doute. Mais elles ne sont sacrées que pour ceux qui y croient. Et le périmètre du sacré change suivant les époques et les lieux. Pour certains, ce peut être Dieu, ou le Prophète, pour d'autres la Patrie ou la Liberté. (Avec une majuscule).
Or la pensée ne progresse que par le sacrilège. "Tout le progrès de l'homme, toute l'histoire des sciences est l'histoire de la lutte de la raison contre le sacré", disait Roger Vailland."
[...]
http://blogs.mediapart.fr/blog/communistes-unitaires/310115/comme-atheisme-consequent


Le curé Meslier doit être mis aux programmes scolaires ! (Elie Arié)
Marianne - 29 janvier 2015

"Jean Meslier, né à Mazerny (Ardennes) le 15 juin 1664, est un prêtre et philosophe des Lumières français, curé d'Étrépigny où il est mort au début de l'été 1729. Son existence n'a été connue qu'à partir de la publication en 1762 par Voltaire, sous le titre de "Testament de J. Meslier", d'un texte qu'il présentait comme un extrait d'un texte beaucoup plus volumineux, retrouvé chez lui et dans lequel un curé professait avec détermination son athéisme et se livrait à une critique radicale des injustices de la société de son temps.
Ce texte, au titre original de "Mémoires des pensées et sentiments de Jean Meslier" est considéré comme le texte fondateur de l'athéisme et de l'anticléricalisme militant en France. La pensée de Meslier annonce la Révolution française et, bien au-delà, le socialisme utopique, le matérialisme, le communisme et l'anarchisme.
Mais pourquoi donc cet auteur ne figure-t-il pas dans les programmes scolaires, contrairement à Fénelon, auteur d'une "Démonstration de l'existence de Dieu" , dont Meslier a entrepris de réfuter toute l'argumentation point par point, et qui sert de trame à tout son ouvrage ?"
[...]
http://www.marianne.net/elie-pense/cure-meslier-doit-etre-mis-aux-programmes-scolaires-290115.html
(Voir la biographie de Jean Meslier)


Religion, laïcité, spiritualité : quelle place pour les athées dans le débat actuel ? (André Comte-Sponville)
francetvinfo - 25 janvier 2015

Propos recueillis par Tatiana Lissitzky
"[...] francetv info : "Quand on est athée, on a aussi des convictions", a rappelé le dessinateur Riss, blessé lors de l'attaque contre Charlie Hebdo. Etre athée n'est pas seulement la négation de Dieu, c'est donc aussi l'affirmation de convictions ?
André Comte-Sponville : Bien sûr. L'athéisme, c'est avant tout être convaincu que Dieu n'existe pas, mais les athées ont d'autres convictions que leur seul athéisme.
L'athéisme n'est ni une philosophie, ni une religion. Certains athées sont humanistes. D'autres non. Certains sont de droite, d'autres de gauche... Les athées n'ont, par principe, pas à être d'accord entre eux sur des convictions positives. Alors que les chrétiens sont d'accord sur les dogmes du christianisme et les musulmans sur les grandes bases de l'islam, la seule chose qui unisse les athées, c'est cette conviction purement négative de ne croire en aucun Dieu.
La question de la laïcité est devenue centrale dans le débat après les attentats. La notion d'athéisme rejoint-elle celle de laïcité ?
L'athéisme et la laïcité sont deux choses totalement différentes. C'est justement parce que la République française est laïque qu'elle n'est pas athée. La laïcité est un type d'organisation de la cité, de la société. Elle interdit à l'Etat de prendre position en matière religieuse.
Un état est laïque quand l'Etat et les Eglises sont séparés, que l'Etat ne prétend pas régenter les Eglises et que les Eglises ne prétendent pas gouverner l'Etat. Un Etat laïque garantit le droit d'avoir la religion que l'on veut, le droit de n'avoir aucune religion ou de changer de religion."
[...]
http://www.francetvinfo.fr/societe/debats/religion-laicite-spiritualite-quelle-place-
pour-les-athees-dans-le-debat-actuel_805105.html#xtor=AL-79-%5Barticle%5D


"Soumission" de Houellebecq : non, très cher Michel, l'athéisme n'a rien de douloureux (Peggy Sastre)
L'Obs - 8 janvier 2015

"[...] C'est ce qu'on appelle un carambolage d'événements. Le jour de la sortie officielle du roman déjà "scandaleux" de Michel Houellebecq et mettant péniblement en scène une France mollement future à la veille et au lendemain de l'accession au pouvoir d'un président islamiste, deux individus se réclamant d'Al Qaida passaient à la kalachnikov les locaux de "Charlie Hebdo" pour "venger" leur "prophète" avant de prendre la fuite et de laisser derrière eux un bain de sang - douze personnes mortes et quatre grièvement blessées.
Par la grâce d'un récipiendaire d'un exemplaire de presse du Houellebecq suffisamment motivé pour passer le roman au scanner et diffuser le tout sur des sites considérés par certains mandarins de l'édition française comme la véritable incarnation numérique de Belzébuth, j'ai lu ce roman la semaine dernière. [...]
Pour le versant personnel, malgré les torrents de larmes et de mucus qui auront émaillé mon mercredi, et qui continueront, sans doute, à piqueter ma semaine, j'ai ressenti, plus que n'importe quel jour, un bonheur véritable à être athée.
Pas religieuse, pas croyante et notamment pas musulmane. Pas "obligée" de passer les prochaines heures à m'excuser à voix haute et basse d'exister, d'assurer que, non non, je n'ai vraiment rien à voir avec les barbares de Richard-Lenoir, que oui, oui, je condamne et me dé-so-li-da-ri-se de leurs actes. Pas incitée, peut-être, non plus, à dire adieu à mes amis imaginaires décidément trop sanguinaires. [...]
Ce qui importe, c'est que l'analyse de Houellebecq est factuellement fausse : l'athéisme et l'agnosticisme ne cessent de progresser dans le monde. Je ne suis pas psychologue, mais il y a fort à penser que si de plus en plus de gens se défont du religieux, c'est soit parce que la non-religion leur est agréable soit, a minima, parce que la religion leur est pénible.
Idem pour les pays où la violence religieuse est aujourd'hui la pire : les populations concernées n'ont jamais autant été favorables aux Lumières que Houellebecq estime en échec du haut de son vilain doigt mouillé. Les valeurs que sont la laïcité, l'égalité entre hommes et femmes, l'éducation, le pluralisme politique, la séparation des pouvoirs, la représentation démocratique, et j'en passe, n'ont jamais autant été prisées depuis qu'existent des outils mesurant leur taux de pénétration populaire.
Et c'est justement ce que prouvent le fanatisme religieux et le terrorisme. Quand vous n'avez que la menace et le recours au sang pour faire adopter votre mode de pensée et de vie, c'est que vous n'êtes qu'un gros babouin acculé, très malade et qui, dans un réflexe désespéré, montre les dents pour essayer de se persuader qu'il ne va pas crever à court ou moyen terme. "Acculé" et "très malade" sont les deux termes à retenir ici. [...]
Et avoir un mode de pensée et de vie non-religieux, c'est aussi posséder autrement plus de moyens pour les voir adopter par le plus grand nombre que ceux qui tirent sur des caricaturistes en pleine tête. Un constat qui n'a rien de triste ou de désespéré, au contraire. Bien au contraire."

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1303479-soumission-de-houellebecq-non-tres-cher-michel-l-atheisme-n-a-rien-de-douloureux.html


Suite de la revue de presse : Athéisme


Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Accueil Revue de presse    Haut de page    Contact   Copyright ©