Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Revue de Presse  >  Athéisme

Athéisme

Revue de presse


En quelques lignes, l'essentiel d'une sélection* d'articles de la presse écrite
(*) L'exhaustivité n'est pas recherchée.
Si un article qui vous paraît important a été omis, signalez-le



Codes couleur :
En noir : synthèse la plus objective possible des articles ou des points paraissant importants.
En rouge foncé : citation ou extrait de l'article. Titre en gras.
En mauve : commentaire ou appréciation particulière de "atheisme.free.fr".


Il est temps de tuer Dieu et la patrie (David Vann)
Libération - 23 mars 2017

"Je suis heureux et honoré d'écrire l'éditorial de Libé aujourd'hui, particulièrement parce que mes romans sont existentialistes et que j'ai été très marqué par Sartre. Il n'y a peut-être jamais eu d'époque plus importante pour l'existentialisme que maintenant. Devant l'absurdité récurrente des Trump et autres phénomènes nationalistes de droite tels que le Brexit, les Le Pen, Wilders, Grillo et compagnie, nous avons des raisons de nous sentir effrayés et désorientés. Etant donné que les masses populistes qui votent pour des autoritaristes à peine déguisés et des aspirants dictateurs sont largement influencées par la religion, l'athéisme offre une porte de sortie. C'est sur ces masses-là que je voudrais m'attarder aujourd'hui, et sur notre combat contre Dieu.
Les menaces qui pèsent sur la France et sur l'Amérique, qu'elles soient internes ou viennent de l'extérieur, ont Dieu pour origine. Bien que le respect de la liberté religieuse soit une pierre angulaire de la démocratie occidentale, force est de reconnaître que les religions elles-mêmes n'apportent aucune liberté, mais plutôt l'asservissement et la perspective d'une guerre inéluctable. Dans les universités, nous avons tendance à penser que le débat autour de Dieu s'est achevé au XIXe siècle, aussi sommes-nous devenus complaisants et avons-nous oublié que notre mission première de créer un monde sécularisé demeure. C'est le but même de l'éducation.
La guerre religieuse doit toujours être envisagée sous ses deux angles. De jeunes musulmans attaquent des populations civiles en France et en Amérique ou ailleurs, favorisant l'élection de chefs de guerre chrétiens racistes et anti-immigrants, tels que George W. Bush ou Donald Trump, qui vont en retour châtier le Moyen Orient, suscitant de nouveaux recrutements de jeunes musulmans désireux de tuer des civils. C'est une boucle sans fin."
[...]
http://www.liberation.fr/elections-presidentielle-legislatives-2017/2017/03/22/il-est-temps-de-tuer-dieu-et-la-patrie-par-david-vann_1557655


L'Australie ne cautionne désormais plus la religion des Jedi (AFP)
Le Figaro - 2 août 2016

"À une semaine du recensement religieux en Australie, les athées ont tenu à rappeler à leurs compatriotes de ne pas se signaler comme appartenant à la religion fictive de la saga Star Wars car cela pourrait déstabiliser l'image religieuse du pays.
Les Australiens athées exhortent leurs facétieux compatriotes à ne pas répondre lors du prochain recensement que leur religion est "Jedi" car cette vieille blague a pour conséquence de faire apparaître leur pays plus religieux qu'il ne l'est vraiment.
À une semaine du recensement, la Fondation athée d'Australie rappelle dans une campagne d'affichage aux Australiens qu'ils doivent cocher la case "Sans religion", s'ils considèrent qu'ils n'en ont aucune. [...]
Jedi, comme toute autre religion fictive n'est pas comptabilisé dans la catégorie "Sans religion", mais dans la catégorie "Religion non définie". Cela contribue à présenter l'Australie comme plus religieuse qu'elle ne l'est."
[...]
http://www.lefigaro.fr/cinema/2016/08/02/03002-20160802ARTFIG00144-l-australie-ne-cautionne-desormais-plus-la-religion-des-jedi.php


Le chemin de croix des athées du Kenya (Bruno Meyerfeld)
Le Monde - 16 juin 2016

"Harrison Mumia en est convaincu : cette fois, ce sera la bonne. Après des mois de bataille judiciaire, le président d'Atheists in Kenya (AIK) devrait être fixé sur le sort de son association. Avant la fin juin, il saura si AIK sera (ou non) immatriculée au registre des sociétés, devenant alors la toute première organisation athée reconnue dans le pays.
Début avril, les athées kényans avaient pourtant reçu confirmation de leur enregistrement... avant que la procédure soit suspendue par le procureur général du Kenya. "Aucune raison n'a été avancée, s'offusque Harrison Mumia, fringant trentenaire au costume cravate bien coupé, tout à la fois tête et jambes d'AIK. La vérité, c'est que les groupes religieux se sont mis en colère et que la justice s'est mise à genoux."
Une ultime décision devrait donc être rendue sous peu, mais d'ores et déjà, le combat des athées a fait sensation. Le Kenya, pays très religieux, compte 85 % de chrétiens (en majorité protestants) auxquels s'ajoutent 7 % de musulmans, ainsi que des communautés hindouistes, animistes et quelques juifs.
Créée en 2013, AIK demeure une niche, avec un petit site Web, une constitution, un logo sobre et quelque 120 membres se réunissant au mieux une fois par mois, dans un discret restaurant du centre-ville de Nairobi. Mais les religieux, en particulier évangéliques, ont senti le danger."
[...]
http://www.lemonde.fr/international/article/2016/06/16/le-chemin-de-croix-des-athees-du-kenya_4951556_3210.html?xtmc=religion&xtcr=43


La laïcité, arme de l'athéisme ? (Yvon Quiniou)
Médiapart - 19 mai 2016

"Dans un dossier, pourtant ouvert, sur la laicité du "Monde des religions", Chantal Delsol se livre à une diatribe contre celle-ci à la fois injuste, bornée et haineuse. Alors que la laicité n'est qu'un cadre juridique formel garantissant la libre expression de toutes les croyances dans le domaine religieux, y compris celle de l'athéisme radical, elle en fait un "parti-pris d'athéisme".
Ce propos est injuste (au sens de la non-justesse) et Jean Bauberot a le mérite ici de le lui rappeler. Où a-t-elle lu cela ? Mais il est aussi injuste au sens moral du terme : il revient à la dévaloriser en y introduisant un élément de "haine de la religion" qui n'en fait pas expressément, c'est-à-dire juridiquement, partie. D'où un propos également borné, étroit, et je voudrais dire pourquoi. La laïcité n'implique pas seulement le respect du droit à l'existence des religions, dès lors qu'elles ne portent pas atteinte aux lois du vivre-ensemble; elle implique aussi non seulement le droit mais le devoir de procéder à leur examen critique - ce qui n'est pas de la haine, laquelle est un sentiment négatif ou "passif" (Spinoza), mais une exigence de l'intelligence s'appuyant sur la raison théorique et pratique (ou morale).
Or, manifestement, elle oublie trop facilement, tous les méfaits des religions dans l'histoire et dont l'islam nous offre un dernier et terrible exemple : hostilité à la science, dogmatisme faisant passer la foi pour un savoir, dépréciation de la vie sensible (voir Nietzsche) et répression de celle-ci par des interdits absurdes et arbitraires, soutien massif aux dominants en politique, au point d'alimenter la détresse socio-historique des hommes (voir Marx). [...] Elles ont été un immense facteur de violence! Où est la haine quand on dit tout cela ??"
[...]
https://blogs.mediapart.fr/yvon-quiniou/blog/190516/la-laicite-arme-de-latheisme


Yémen. Forte émotion après l'assassinat d'un blogueur pour athéisme (Philippe Mischkowsky)
Courrier international - 27 avril 2016

""Assassinat du jeune Omar Batawil à Aden à cause de ses critiques de l'extrémisme religieux", titre le site yéménite Shabwaahpress, qui indique que "son cadavre a été retrouvé dans la rue", lundi 25 avril. Il a été tué de deux balles dans la tête.
"Ses critiques de la religion sur Facebook lui avaient déjà valu des menaces de mort", explique un autre site yéménite, Oyoun Al-Khaleej.
"Depuis, il est devenu une figure emblématique pour une jeunesse de plus en plus nombreuse qui en a marre des hommes de religion, non seulement au Yémen, mais aussi en Egypte, en Irak, au Maroc, au Liban et ailleurs. La photo de son cadavre, jeté dans la rue, le sang ruisselant de sa tête, a été largement reprise sur les réseaux sociaux", et notamment sous le mot-dièse à son nom sur Twitter, rapporte le journal libanais Al-Akhbar.
Dans un de ses derniers messages sur son compte Facebook, Omar Batawil avait écrit :
"Nous écrirons jusqu'à détruire ces histoires à dormir debout dans vos têtes, qui rendent nos vies invivables et détruisent nos pays. [...] Nous écrirons jusqu'à ce que nous puissions tous vivre en paix, dans l'amour et en liberté.""
[...]
http://www.courrierinternational.com/article/yemen-forte-emotion-apres-lassassinat-dun-blogueur-pour-atheisme


Dieu n'existe pas, mais chut en Russie ! (Thomas Lemahieu)
L'Humanité - 4 mars 2016

"Ils n'ont pas honte !
"Si je dis que ce recueil de contes juifs appelé la Bible est une vraie connerie, ça veut dire que c'est vrai, au moins pour moi." En octobre 2014, Viktor Krasnov, 38 ans, infirmier au chômage, s'épanche sur un forum de discussion en ligne. "Dieu n'existe pas", ajoute-t-il. L'un des internautes avec lequel il discute porte plainte et l'accuse d'"offenser ses sentiments en tant qu'orthodoxe". Les experts sont mobilisés : d'abord pour déterminer son état psychiatrique - il a été interné un mois l'année dernière pour déterminer s'il était sain d'esprit -, puis mesurer, par une analyse linguistique, sa propension à s'en prendre à la religion chrétienne plutôt qu'aux autres. Après avoir établi que des "offenses" avaient bien été commises, cette expertise a "constaté une attitude négative uniquement envers les fêtes chrétiennes". L'avocat de Viktor Krasnov conteste : "Mais mon client n'est qu'un athée !" Et d'ajouter, non sans susciter un malaise certain : "Il s'en prend également à Halloween et aux fêtes juives, qu'il appelle "fêtes de youpins" dans ce même échange.""
[...]
http://www.humanite.fr/dieu-nexiste-pas-mais-chut-en-russie-601013


Rubrique littérature : à propos du "Traité d'athéologie" de Michel Onfray.


>>> Suite de la revue de presse :

Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Accueil Revue de presse    Haut de page    Contact   Copyright ©