Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  > Revue de Presse  > Art

Art

Revue de presse


En quelques lignes, l'essentiel d'une sélection* d'articles de la presse écrite
(*) L'exhaustivité n'est pas recherchée.
Si un article qui vous paraît important a été omis, signalez-le



Codes couleur :
En noir : synthèse la plus objective possible des articles ou des points paraissant importants.
En rouge foncé : citation ou extrait de l'article. Titre en gras.
En mauve : commentaire ou appréciation particulière de "atheisme.free.fr"


Télévision. Dieu, les artistes et l'outrage (Caroline Constant)
L'Humanité - 14 décembre 2016

"Les artistes peuvent-ils critiquer la religion, le fait religieux ou les dogmes?? Le documentaire d'Arte tente d'y répondre avec Le Documentaire culturel sur Arte, ce soir à 22 h 45.
Les religions monothéistes, d'où qu'elles viennent, aiment bien garder le contrôle sur leurs ouailles. Elles ont souvent été, par le passé, ou sont encore, aujourd'hui, des instruments de pouvoir politique. Dès lors, nombre de leurs représentants n'aiment pas, détestent même, que l'on vienne contredire leur doxa. Or, les artistes ne s'en privent pas. Le Documentaire culturel, excellente case d'Arte, se demande ce soir si l'on peut outrager Dieu, ou quelque autre entité divine. Le constat est à double tranchant?: oui, dans nos démocraties occidentales, les artistes ne se privent pas de critiquer, ou d'interroger, la croyance et les divinités. Cependant, l'auteur, Werner Köhne, s'inquiète de la montée en puissance des manifestations et des pressions des religions sur toute forme d'expression."
[...]
http://www.humanite.fr/television-dieu-les-artistes-et-loutrage-628482


Au nom du père, du fils et du Piss Christ : Ces oeuvres qui ont fait scandale (Nicolas Dutent)
L'Humanité - 7 août 2014

"Immersion (Piss Christ), d'Andres Serrano, est vandalisée chaque fois qu'elle est montrée. Un geste qui exprime la mésinterprétation totale d'une oeuvre et le climat d'une époque.
"L'écrivain engagé sait que la parole est action. Il sait que les mots, comme dit Brice Parrain, sont des pistolets chargés. S'il parle, il tire", écrit Jean-Paul Sartre, en 1948, dans les Situations II. L'expérience de l'Américain Andres Serrano, auteur d'Immersion (Piss Christ), photographie hautement polémique datée de 1987 et extraite de sa série Body Fluids, semble démontrer que les images peuvent à leur tour, par-delà leurs intentions propres, mettre le feu aux poudres. Et refléter, fût-ce à travers les réactions les plus viles, un certain état du monde. S'il est subversif, Serrano dégaine toujours avec élégance. En représentant un crucifix de fortune qui baigne dans un liquide jaunâtre - dont le titre seul révèle qu'il s'agit de son urine-, l'artiste pouvait s'attendre à un retour de flamme, rien ne laissait cependant présager la violence de l'incendie qui couve depuis vingt ans sitôt que cette ouvre est exposée.
"Je suis persécuté au téléphone. J'ai reçu 30 000 e-mails des intégristes. Cette ignorance, cette intolérance. C'est le Moyen Âge qui revient à grands pas", s'était alors indigné le galeriste et marchand d'art Yvon Lambert. Ironie du sort, plus la polémique enfle, plus la cote de l'ouvre augmente, son prix atteint des sommets chez Christie's."
[...]
http://www.humanite.fr/au-nom-du-pere-du-fils-et-du-piss-christ-549004


L'art hérisse les barbus tunisiens (S. Ch.)
Le Canard Enchaîné - 11 juillet 2012

"Les salafites ne peuvent pas encadrer les artistes tunisiens. Menaces de mort, manipulation, insultes, tout est bon pour casser les crayons, briser les sculptures et décrocher les toiles.
Le 10 juin, au dernier jour de la 10e édition du Printemps des arts, un huissier fait irruption au Palais Abdellia, à Tunis, où se tient l'exposition. Il photographie les ouvres et exige que quatre d'entre elles soient retirées avant 18 heures, notamment des bustes de femmes lapidées et les mots de "Gloire à Dieu" formés par des fourmis. Plus tard dans la journée, les clichés sont exhibés dans une mosquée tenue par des islamistes et présentés comme "blasphématoires"."
[...]


Colère des catholiques ultra espagnols contre des nonnes sexy (AFP)
Libération - 17 février 2012

""Obscenity", une exposition photos à Madrid du spécialiste canadien du film trash et du porno gay Bruce LaBruce, qui montre notamment l'actrice Rossy de Palma en nonne super sexy, a suscité les foudres d'associations ultraconservatrices qui dénoncent un "blasphème".
L'exposition d'une cinquantaine de photos, inaugurée jeudi dans la Fresh Gallery de Madrid, montre aussi la chanteuse Alaska, icône de la movida madrilène, en une sorte de sainte sexy, vêtue d'une robe de skaï moulante noire, la bouche ouverte et une hostie sur la langue. (...)
AES (Apostolado eucaristico) a appelé à une manifestation vendredi soir devant la galerie pour protester "contre le blasphème" et "en défense de nos racines chrétiennes".
"La provocation blasphématoire menace de nouveau", écrit l'organisation HazteOir sur son site internet. Quant à la Fondation Franco, elle dénonce une "exposition de l'injure" et "une attaque virulente et morbide contre la religion catholique"."
[...]
http://next.liberation.fr/sexe/01012390616-colere-des-catholique-ultra-espagnols-contre-bruce-labruce


Le bon Dieu sans concessions (Bernadette Sauvaget)
Libération - 10 décembre 2011

"Lefebvristes, membres de Civitas ou de la Fraternité Saint-Pie X. Les nouveaux croisés ultracatholiques battent le pavé dans la France entière. Rencontre avec un de leurs chefs spirituels, Alain Escada.
Pour lui, c'est la "reconquista" qui commence. Flanqué de ses deux abbés en soutane, Alain Escada est en croisade. Devant les théâtres à la tête de ses troupes, sur les plateaux télé, dans les studios de radio, il pourfend depuis deux mois, la christianophobie des pièces de Roberto Castellucci, Sur le concept du visage du fils de Dieu et de Rodrigo Garcia, Golgota Picnic. En avril, à Avignon, il avait déjà rôdé l'affaire en organisant la manifestation contre l'exposition d'une photographie d'Andres Serrano, Piss Christ. [...]
Pour Manuel Abramowicz, rédacteur en chef du site Resistances.be qui milite contre l'extrême droite en Belgique, Alain Escada est une vieille connaissance. Ce dernier avait intenté, en 2005, un procès en diffamation contre Résistances, perdu en 2007. Le site avait publié un article qui qualifiait de "nid de fascistes", Belgique et Chrétienté, une autre association que préside Alain Escada. "Il n'a pas réellement trouvé sa place dans les milieux d'extrême droite en Belgique", estime Manuel Abramowicz à propos de l'agitateur catholique intégriste. [...]
Une France laïque ? Une abomination pour ceux qui rêvent au retour d'une sorte de chrétienté théocratique. "Ni laïque ni islamiste, une France catholique", revendique, tel un programme, Civitas."
[...]
http://www.liberation.fr/societe/01012376742-le-bon-dieu-sans-concessions


L'art du blasphème (Sabine Cessou)
Libération - 2 janvier 2008 (1/6 de page)

"Sooreh Hera. L'artiste iranienne réfugiée aux Pays-Bas a photographié des homosexuels masqués par le visage de Mahomet ou de son gendre Ali. Depuis, ses œuvres ont été décrochées, et elle est menacée." [...]
Extrait : "Les photos qui fâchent sont celles d'un couple de gays iraniens, réfugiés comme elle aux Pays-Bas, dont les visages sont cachés. "Pas pour s'amuser", explique l'artiste, mais pour ne pas dévoiler leur identité, l'homosexualité étant punie par la peine de mort en Iran. Les masques représentent l’un le prophète Mahomet, l'autre son gendre Ali." [...]
"Après avoir trouvé ce travail "exceptionnel", le 30 novembre, dans le quotidien De Pers, Wim Van Krimpen, le directeur du Musée municipal de La Haye, a demandé le 3 décembre à l’artiste de retirer les pièces blasphématoires. La série Adam & Ewald devait figurer à partir du 15 décembre dans une exposition collective des sept meilleurs diplômés de la KABK. Wim Van Krimpen a estimé les images "insultantes pour une partie de la société", après avoir reçu des plaintes d'Islam Democraten, un mouvement basé à La Haye, affirme Sooreh Hera. Au lieu de s'en expliquer, Wim Van Krimpen a accusé l'artiste de vouloir faire sa promotion sur le dos d’un débat éminemment politique. Le directeur du musée n'a pas non plus apprécié d'avoir appris en lisant De Pers que les fameux masques, sur les photos, représentaient Ali et Mahomet, ni d'entendre Sooreh Hera dénoncer "l'hypocrisie du monde musulman sur l'homosexualité".
La jeune femme se défend : "Nous en avions discuté, il savait très bien que mon travail est anti-islam." Après avoir protesté contre la "censure" dont elle s'estime victime, elle a retiré toutes ses oeuvres de l'exposition à La Haye. Un autre musée, à Gouda, a proposé de les exposer. Depuis, son directeur, Ranti Tjan, est la cible de plaintes et de menaces de mort."
[...]


La montée des tabous : Les intellectuels face aux fanatismes religieux
Courrier International - 4 janvier 2007 (6 pages)


Un curé belge risque la prison pour... blasphème
Marianne - 15 au 21 octobre 2005 - (25 lignes)

Belgique. Pour inciter les fidèles à se poser des questions sur leur foi, le curé de Notre-Dame de Lourdes, à Jette, avait cru bien faire en accueillant l'exposition "Irreligia" (Irreligion) d'un groupe de polonais. Une association catholique a porté plainte pour blasphème. Le curé risque 6 mois de prison. Parmi les oeuvres, on trouvait : "un confessionnal construit en Lego, des reliques ornées de croix gammées, un portrait de la Madone criant "De l'argent !"..." et des femmes fort dévêtues.


Regarder Dieu en face (Sean James Rose)
Libération - 29 août 2005 (1/2 page)

L'exposition "Face à faces", qui a lieu dans les Yvelines (Magny-les-Hameaux, jusqu'au 30 octobre), a pour objet l'histoire du portrait du Christ à l'âge classique. La tradition appelle "véronique" (vera icôn, image vraie) le voile où se dessine un visage du Christ après avoir été essuyé par une femme sur le chemin de croix. Mais c’est le suaire, notamment celui de Turin qui a fixé les canons du visage du Christ : "asymétrie des sourcils, raie médiane, cernes, pommettes, sillon nasal marqué, barbe bifide, légère moustache, zone glabre entre lèvre inférieure et barbe". Le statut de l'image sainte a été réaffirmé, au moment de la Contre-réforme et du concile de Trente, comme support de la foi et de la prière, comme objet de vénération, mais pas d'adoration. "Dans ce haut lieu du jansénisme en vallée de Chevreuse, la balance penche vers la sobriété."


Moscou : procès en iconoclastie
Libération - 18 juin 2004 - (14 lignes)

Un procès pour "incitation à la haine religieuse" vient de s'ouvrir à Moscou contre les organisateurs d'une exposition artistique de janvier 2003, mettant en scène des crucifix (avec, par exemple, une femme à la place du crucifié) et le Christ (avec une bouteille de coca-cola). Il est dénoncé comme une "attaque de l'obscurantisme" par de nombreux défenseurs des droits de l'homme. Six orthodoxes qui avaient saccagé l'exposition avec de la peinture rouge ont été acquittés.


Voir aussi

Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Accueil Revue de presse    Haut de page    Contact   Copyright ©