Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Vos contributions    > Spiritualité athée > Page 2/5


Spiritualité athée

II - En finir avec "Dieu"


par Crovax  -  07/01/2007

Voir le début de l'article : Spiritualité athée




Les textes publiés dans Vos contributions (rouge foncé) ne représentent que l'opinion de leurs auteurs.



II - En finir avec "Dieu"

Mais examinons à présent de plus près les noms, qu'ils soient communs ou propres. On réalisera que lorsque je tente de définir un nom, j'ai trois voies d'investigation disponibles ; soit j'en donne un synonyme, ce qui ne fait que déplacer le problème, puisque se pose alors la question de la définition de ce synonyme, soit je cherche un concept plus général qui contient le concept en question (p.ex. vélo => véhicule), soit je donne l'ensemble des concepts que le concept contient (vélo => cadre avec deux roues et un guidon). Seulement, nous ne pouvons connaître le général que si nous connaissons le particulier, puisque ce dernier est contenu dans le premier. Si le concept de "vélo" est défini comme contenant le concept "roue", comment saurai-je ce qu'est un vélo, si je ne sais pas ce qu'est une roue ? Mais lorsque je vais toujours du particulier vers le plus particulier, comme nous n'avons pas de capacités infinies, il arrive nécessairement un moment où je dois m'arrêter. C'est pourquoi nous ne pouvons connaître par concepts ; ce n'est ni par ma connaissance du mot "vélo", ni par sa seule définition, que je sais ce qu'est un vélo. La seule connaissance qui soit dérive donc de l'expérience sensible, de l'observation.

En conséquence, toute connaissance nous vient du monde des sens. C'est pourquoi la réalité supposée de l'existence ne se trouve que dans la perception que nous avons de sa manifestation, c'est à dire qu'elle est composée de l'ensemble de ce qui est susceptible d'être perçu, que cela soit directement, par mes sens, ou indirectement, à l'aide d'instruments. L'existence n'est donc rien d'autre que l'ensemble des phénomènes perceptibles. Il n'y a pas d'autre monde que celui de nos sens. Certes nous pourrions supposer, et les croyants ne manquent pas de le faire, qu'il existe une réalité indépendante des phénomènes, mais cela resterait un postulat dénué d'intérêt, que l'on ne saurait poser sans se contredire, puisque ce serait accorder aussi bien l'existence à ce dont nous ignorons tout, et donc ce dont l'idée ne devrait même pas nous effleurer, qu'à ce que nous connaissons.

C'est pourquoi aucun nom n'existe indépendamment de l'esprit qui le pense. "L'Homme" ou "le vélo" n'existent pas ; personne n'a jamais vu "l'Homme", ou "le vélo", mais nous ne pouvons voir que cet homme ou ce vélo. Il n'est pas difficile de comprendre que dans ces conditions la croyance en "Dieu" n'est que le fruit d'un simple conditionnement, à moins de supposer que "Dieu" soit perceptible par nos sens, qu'il soit dans le même monde que nous, et que vous l'ayez vu. L'homme est athée de nature, les religions n'existent que par l'endoctrinement.

Il serait bon que nous réalisions dès à présent que "Dieu" n'est qu'un phénomène culturel et politique. Certes, certains hommes semblent prédisposés au mysticisme, et j'en veux pour preuve que différentes civilisations géographiquement isolées aient tour à tour développées des systèmes de croyance qui leur sont propres. Les Etats y ont vu (et à juste titre d'ailleurs) une façon bien commode d'assurer leur pérennité en maintenant la population sous leur joug ; dès lors la croyance s'est vue transmise de père en fils, par le biais de l'éducation et l'effet tentaculaire du conformisme ambiant. Depuis toujours l'Homme s'est construit des idoles, et nous pourrions suivre l'évolution de l'appréhension du "divin" à travers les âges, en fonction du lieu et de l'époque.



Suite   >>>   III - La situation de l'Homme

Voir la page d'accueil sur Dieu



Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Vos contributions    Haut de page    Contactcontact   Copyright ©