Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Vos contributions    > Solidarité entre athées


Pour une solidarité entre athées


par Un athée parmi tant d'autre  -  15/11/2007




Les textes publiés dans Vos contributions (rouge foncé) ne représentent que l'opinion de leurs auteurs.




En réponse à Foufou de Bassan quant à sa réponse à mon texte : "Enrichissons l’athéisme".


Tout d’abord, merci à vous d’avoir bien voulu donner votre opinion sur mon texte.
Je tiens à mon tour à donner mon avis quand à ce que vous avez dit.

Vous dîtes : (en me citant) :
    "Le texte sur "Enrichissons l'athéisme" est intéressant mais je trouve qu'il indique une fausse direction. Je reprends en italique certains arguments développés dans ce document avec mes commentaires.
    "Ce qui me fait peur c'est que l'athéisme reste avec les mêmes arguments de bases et ne fasse bientôt plus le poids fasse aux nouvelles façons de penser de certains experts chrétiens ou d'autres religions".
    "C'est justement ce que nous devrions développer, un athéisme plus poussé, connaisseur de ce qui se dit dans les milieux religieux, et plus développé dans ses analyses."

    Il serait dangereux de calquer notre raisonnement athée en opposition aux arguments des croyants. Nous n'avons pas à justifier notre athéisme, nous n'avons pas à prouver que Dieu n'existe pas ! Effectivement, si nous essayions de le prouver nous tomberions dans le piège car on serait alors obligé d'utiliser, pour les démonter, des arguments théologiques, domaine dans lequel certains croyants sont de grands connaisseurs.
    Donc nous n'avons pas à "faire le poids" dans un combat où les règles seraient fixées par les croyants."
Je réponds :
Je ne pense pas qu’il faille justifier notre athéisme, mais quand on voit que l’argumentation la plus fréquemment utilisée par les personnes souhaitant dire pourquoi elles sont athées n’est autre que : "Il y a du malheur dans le monde, donc Dieu qui est censé être omnipotent et bon n’existe pas", et que d’un autre côté on voit que de plus en plus de croyants ont rejeté l’idée d’un Dieu tout puissant, omniscient et j’en passe, cela montre bien un décalage entre les convictions des croyants ou des "ayant la foi" et nos arguments dans une discussion avec ces gens là.
Nous ne pouvons quand même pas, quand nous parlons à un ami croyant, lui dire "Je ne vais pas te dire pourquoi je suis athée ça ne te regarde pas." Il se montre curieux, la moindre des politesses est de répondre. Mais avec autre chose que l’argumentation basique idéale au début du siècle dernier.
S'il répond que Dieu n’est pas tout puissant, et que les athées ne savent pas quoi répondre à cela car "Il y a du malheur dans le monde, donc Dieu qui est censé être omnipotent et bon n’existe pas" est leur seule argumentation, l’athéisme risque de connaître une chute "démographique" si j’ose dire, car même si certains athées ont une argumentation plus poussée, ce n’est pas le cas de tous.
C’est pourquoi je pense qu’il faille développer la culture religieuse des athées pour mieux actualiser nos critiques.

Vous dîtes : (en me citant) :
    "A ce que j'ai lu certains de ces experts ne croient même pas en un Dieu créateur mais plus en une divinité présente en tout, dans nos sentiments, etc... et que Jésus serait une des voies à suivre pour s'approcher de la relation avec Dieu."
    Cette forme de croyance panthéiste n'est pas nouvelle, c'est de l'animisme. Et je ne vois pas comment la croyance en Jésus au sens religieux peut conduire à l'animisme.
Je réponds :
C’est justement là que l’on voit que ce que je dis n’est pas forcément bête. Ces intellectuels religieux se définissent comme des penseurs panenthéistes (et non panthéistes), l’un étant Dieu est Tout, Tout est Dieu, l’autre étant Dieu est dans tout, Tout est en Dieu (à ce que je m’en souviens, à vérifier donc).
Comment concilier, non pas la croyance, mais la foi (parce qu’il y a une distinction entre croyance et foi chez les intellectuels religieux) en Jésus, avec des modes de pensée panthéiste, panenthéiste, etc. etc. ???? A quoi correspond donc leur foi ????
Attention, je ne dis pas que leur raisonnement est bon et qu’ils vont prouver l’existence de Dieu, loin de là. Mais nous nous trompons en "croyant" que la seule vision possible de Dieu pour une personne se revendiquant du christianisme est une vision théiste traditionaliste.
Encore une fois je ne dis pas qu’il faille justifier notre athéisme, mais si nous n’avons qu’une argumentation de base d’un athéisme à son tour traditionaliste, refuse t-on tout débat avec un ami qui aurait de bonnes connaissances religieuses ????
Se contente-t-on de dire que le débat ne nous intéresse pas ? Va-t-on faire comme certains autres athées qui refusent de s’instruire sur ce qui est dit dans ces milieux intellectuels religieux et continuer de voir les "croyants" que comme des traditionalistes, ne critiquer que leurs pensées à eux et fuir les intellectuels religieux (philosophes et scientifiques croyants, ou même théologiens) ?

Nous n’avons pas à justifier notre athéisme mais nous devons quand même critiquer toutes théologies, des plus traditionalistes aux plus "scientifiques".
Pour nous ? Pas forcément. A quoi sert ce site ? Pour l’auteur ? Est-ce que l’auteur du site atheisme.free.fr l’a fait pour justifier son athéisme ? Non, il l’a fait pour faire découvrir l’athéisme à des personnes de toute conviction, mais aussi pour apporter un soutien à des athées qui ont du mal à trouver une cohérence dans leur foi athée. Les aider à porter un jugement critique envers toutes formes de croyances, en proposant des textes soit de l’auteur, soit d’autres athées s’étant exprimés auparavant.
Malheureusement, il existe encore quelques lacunes sur ce site pourtant génial. Quel athée connaît par exemple la théologie du Process d’Alfred North Whitehead, John B. Cobb, Charles Hartshorne, et Paul Tillich ??
Imaginez plusieurs athées curieux cherchant de quoi il s’agit. J’ai passé des jours pour ne pas dire des semaines à chercher la moindre critique de cette théologie, qui se base, non seulement sur une philosophie très poussée, mais aussi sur la cosmologie, sur la théorie de la relativité et sur la mécanique quantique (et peut-être que j’en oublie).
Beaucoup d’athées comme moi n’ont ni les connaissances philosophiques, ni théologiques et encore moins les connaissances scientifiques pour effectuer la moindre critique de cette théologie complexe.
Est-ce que sous prétexte que l’on n’a pas à justifier son athéisme on doit ne pas chercher à critiquer les théologies complexes et ne s’occuper que des traditionalistes, ou par solidarité entre athées on va enfin se décider à tout analyser afin de composer une base de données complète, pour aider justement les athées qui ont fait le pas d’aller voir ailleurs ce qui se disait mais qui après, non seulement se trouvent troublés par un manque de connaissance face à ces pensées très poussées, mais en plus, à force de recherche, ne trouvent absolument aucune critique, remarque, texte pertinent pouvant les aider à garder leurs convictions (car beaucoup d’athées n’apprécient pas d’avoir un doute sur leur athéisme, cherchant à conserver leur athéisme étant à leur yeux comme aux votre "un grand souffle de liberté et d'Humanité (avec H majuscule…)".

Il arrive que des croyants ou des personnes ayant une foi religieuse se trouvent troublées justement dans leurs pensées, certaines paniquent de peur de devenir athée, mais eux ont toujours un soutien, que ce soit dans les Eglises (pour les adeptes d’une Eglise), auprès de philosophes, théologiens ou certains scientifiques croyants ou ayant la foi. Ils trouvent en général toujours une personne qui s’est posé les mêmes questions et qui, par solidarité avec les autres "croyants" ou "ayant la foi", a fait partager ses analyses, pour que ces personnes retrouvent leur sérénité spirituelle.
Mais du côté athée, pour peu que l’on pousse la recherche au-delà des argumentations traditionalistes, et que l’on va voir ce qui se dit dans les milieux intellectuels religieux, il arrive que certains se trouvent désemparé, ne sachant quoi répondre.
Et si certains souffrent de leur athéisme, d’autres s'y plaisent beaucoup et souhaiteraient conserver leur "foi athée".

Mais où peuvent-ils trouver une aide quand leur argumentation de base s’écroule ??
Plus le temps passe, plus j’ai l’impression que dans le milieu athée, chacun a son argumentation, refuse de la partager avec d’autres athées et aussi de la confronter aux réponses apportées par les intellectuels religieux aux argumentations basiques que l’on a parfois.
Dans mon texte "Enrichissons l’athéisme", mon objectif est donc de faire comprendre que le monde religieux ne se limite pas à des croyances traditionalistes, qu’il faut donc chercher à connaître ce qui se dit dans les milieux intellectuels religieux et trouver quoi y répondre, déjà pour montrer que notre pensée ne s’est pas arrêté aux critiques des XVIIIème-XIXème siècles, et surtout pour apporter des éléments de réponses à ceux qui ont fait le pas d’aller voir ces théologies complexes mais qui, se trouvant désemparés face à celles-ci à causes d’une incapacité de trouver quoi y opposer, et surtout ne trouvant absolument aucun élément de critique sur les sites athées, finissent par angoisser ne sachant ni quoi répondre, ni quoi croire. Ce n’est pas à nous de dire quoi croire, mais à chaque argument formulé par un croyant, il doit y avoir un contre argument.
C’est ensuite à la personne qui lit l’argument et la réponse que nous y ferions de trancher selon ce qu’elle considère comme étant juste.

Cela me fait penser aussi au créationnisme. Aujourd’hui la plupart des scientifiques français sont évolutionnistes.
Maintenant prenez un athée non scientifique, montrez lui un ouvrage créationniste, ou laissez le face à tous ces pseudos scientifiques créationnistes, il est plus que probable que :
1) il ne saura pas quoi répondre ;
2) il se fera convaincre que l’évolutionnisme n’est qu’une supercherie athée, et voilà qu’il va retourner à la religion (rappelons au passage que l’évolutionnisme n’est pas défendu que par des athées, il y a des croyants aussi).
Vous ne me croyez pas ? Pourtant récemment un grand philosophe américain connu pour son athéisme et sa critique des religions, a été confronté à l’occasion d’une émission si je me souviens bien à des pseudos scientifiques créationnistes comme Harun Yahya (je ne me souviens pas de l’orthographe de ce dernier, ni du nom de ce philosophe athée connu, mais je sais qu’on en parle sur internet chez les créationnistes). Que s’est-il passé ?

Le philosophe, tout seul, sans un grand bagage scientifique, s’est laissé persuader que la complexité de l’A.D.N. ne pouvait qu’être le résultat d’une volonté divine.
Voilà que quelques jours après il affirme qu’il se convertit à je ne sais plus quelle religion, et voilà donc comment un athée, sans visiblement un bagage scientifique très grand, sans s’être tenu auparavant au courant de ce qui se disait dans les milieux religieux (ici fondamentalistes et créationnistes), arrivent sûr de lui face à ces croyants là, mais ne connaissant pas les arguments de ces derniers, n’a donc pas pu savoir quoi y répondre précisément, et notre athée rationaliste se convertit à une religion, en plus dans sa variante créationniste.
Désormais les créationnistes se vantent de cette "victoire" et, dans les milieux athées, on semble taire l’affaire quand on la connaît.
Pensez-vous que des scientifiques athées viendraient voir ce philosophe pour tenter de le convaincre de la véracité de l’évolutionnisme ?
Eh bien non, chacun ses arguments, il se convertit c’est son problème.
Ce n’est pas tant le fait qu’il se convertisse à une variante créationniste que le fait qu’il n’y a aucune solidarité entre athées qui me désole.
C’est vraiment le chacun pour soi j’ai l’impression par moment.

Combien de scientifiques athées luttent contre les Intrusions spiritualistes et impostures intellectuelles en sciences ? (remarquez que ce que j’ai souligné est le titre d’un ouvrage où une rare poignée de scientifiques a le courage d’organiser cette lutte, malheureusement ils sont minoritaires).
Combien de temps va-t-il falloir attendre avant que toute la communauté scientifique réagisse contre le développement du créationnisme ?

Si maintenant un athée typique ne peut pas faire le poids face à certains fondamentalistes créationnistes, imaginez face à des théologiens non fondamentalistes et très intellectuels. Va-t-on encore faire longtemps la politique de l’autruche ?
Nous n’avons pas à nous tenir au courant des théologies développées comme par exemple La Théologie du Process (le Dynamisme créateur de Dieu) et si un athée tombe sur ces textes et en ressort troublé car ne sait quoi y répondre nous devons le laisser seul se débrouiller alors qu’il nous demande de l’aide pour conserver sa foi athée ?
Pour ma part j’ai passé des semaines sur cette Théologie du Process d’Alfred North Whitehead, John B. Cobb, Charles Hartshorne, et Paul Tillich.
Il est vrai qu’avec tout le bagage scientifique, philosophique et théologique développé dans cette théologie, je l’ai trouvé particulièrement troublante pour ma foi athée.
Je n’ai pas reculé pour autant et à force de recherche personnelle je me suis dit que cela me faisait penser au "Dieu des trous" (= quelque chose ne s’explique pas scientifiquement, alors c’est du divin), et que donc cette théologie ne faisait que se former sur les lacunes actuelles de nos connaissances scientifiques.
Pourtant j’ai cherché pendant des jours et des jours la moindre critique. En ai-je trouvé une ? Non. Pas la moindre. Aucune. Pendant des jours je me suis retrouvé avec une foi vacillante, et surtout avec une incapacité à trancher entre mon esprit athée et cette théologie qui se développe sur la science. Imaginez l’horreur quand vous êtes seul et sans grandes connaissances pour émettre la moindre bonne critique, et que vous êtes dans cet état d’incertitude.
C’est mon esprit athée qui l’a emporté, trouvant finalement donc comme je l’ai dit que cette théologie ne se formait que sur les lacunes actuelles de la science, j’y reviendrais plus tard dans ce texte.

J’ai demandé de l’aide à nombre de personnes dont je connaissais leurs critiques des religions et leurs connaissances scientifiques et/ou philosophiques.
Une seule de ces personnes m’a répondu (c’est vous dire si la solidarité dans le milieu athée est quelque chose de rare). Une seule personne m’a répondu donc, et pas des moindre, Jean Bricmont en personne (scientifique connu, entre autre, pour sa critique des religions et pour sa lutte contre les intrusions spiritualistes, dont certains textes sont sur ce site), que je remercie encore chaleureusement pour son soutien. Je n’avais cette fois là pas osé demander l’avis du webmaster d’atheisme.free.fr, l’ayant sollicité à maintes reprises auparavant et m’ayant toujours aidé, je ne voulais pas abuser de sa disponibilité.
Ayant des qualifications de loin très supérieures aux miennes il se trouve donc qu’il est plus compétent que moi pour émettre des critiques sur cette théologie.
Bien que reconnaissant ne pas bien connaître cette théologie ni de critiques formulées contre celle-ci, il en vint à me dire qu’après s’être informé sur celle-ci avec les textes et liens internet que je lui avais auparavant fourni, cela lui faisait penser, à lui aussi, au "Dieu des trous".
Il lui aura fallu le temps de lire tous ce que je lui avais envoyé pour parvenir à une conclusion que moi j’ai mis des semaines à faire, et encore moi il m’a fallu demander l’aide de ce scientifique fameux.
C’est cette solidarité qui serait intéressante auprès des athées. Qu’un athée seul cherchant des réponses et sans une grande culture religieuse, philosophique et scientifique puisse les trouver, notamment dans tous ces sites athées.
C’est pour cela que dans mon précédent texte je demandais que l’on développe la culture religieuse, philosophique et scientifique dans le milieu athée. Pas pour nous justifier forcément, mais pour nous entraider. Pour que tous les athées curieux mais parfois désemparés puissent obtenir des éléments de réponses de la part d’autres athées les ayant précédés et s’étant parfois trouvés dans leur situation.
Un peu comme par exemple un chrétien aiderait toujours à retrouver la foi un autre chrétien qui peu à peu a l’impression que Dieu (quel qu’il soit) n’existe pas mais que cette idée lui serait insupportable, les athées devraient soutenir les autres athées qui perdent la foi en leur mode de pensée et que le retour à la foi en une divinité leur serait déplaisant.

Combien d’athées sont heureux d’être athée ? Beaucoup je pense (moi y compris). Mais combien d’entre eux se sentent parfois seuls face à toutes ces intrusions dans les sciences de la part des religions, et que les critiques face à ces tendances cherchant à rapprocher science et religions sont de plus en plus rares ?
Combien d’athées qui chercheraient à se renseigner sur les théologies sophistiquées mais qui finiraient par se sentir désemparés souhaiteraient trouver de bonnes critiques sur l’objet de sa recherche afin de trancher par lui-même en ayant des arguments pour et contre sur le bien fondé de telle ou telle pensée ? Beaucoup aussi, il me semble.
Mais combien d’athées trouveraient justement ces critiques qu’ils jugeraient utiles pour trancher, ou pour retrouver leur sérénité d’athée (s'ils se plaisent dans l’athéisme) ?? Les critiques des théologies sophistiquées sont rares voire inexistantes.
L’athée curieux se retrouve donc seul. Si ses connaissances ne sont pas grandes, ses convictions peuvent vite se trouver troublées.
D’où l’intérêt que nous développions donc des critiques sur toutes les théologies, et sur leur utilisation de la science comme la théologie du Process.

Vous dites : (en me citant) :
    "Un autre exemple de mauvais argument serait la non existence de Jésus, comme cela est toujours soutenu par Michel Onfray qui se fonde sur les thèses d'Alfaric je crois. Si son historicité n'est pas à 100% prouvée, tout le monde ou presque est d'accord pour dire qu'il a existé"
    L'historicité de Jésus serait prouvée ? Ah bon !
    Il est possible qu'il y ait eu un dénommé Jésus, qui se croyait fils de Dieu mais actuellement les asiles psychiatriques sont remplis de milliers de personnes qui se prétendent fils de Dieu ou, du moins, envoyés par lui. Il est possible que ce Jésus avait un baratin facile comme les prédicateurs de nos sectes actuelles, qu'il était un peu guérisseur, donc on a brodé tout plein d'histoires sur lui.
    Donc, on ne peut pas dire que "tout le monde ou presque est d'accord pour dire qu'il a existé" dans sa dimension telle qu'exposée dans les évangiles. Si on dit cela c'est qu'on est croyant ! Mais un athée ne peut pas dire cela, que Jésus est fils de Dieu, né d'une vierge, sinon ce n'est plus un athée !!!!
Je réponds :
Je ne dis pas que l’historicité de Jésus est prouvée, mais que toutes les thèses consistant à dire que Jésus n’a pas existé ont jusqu’à présent été détruites. Même les plus récentes car en général elles se fondent en grande partie sur ce qui est dit dans les anciennes thèses mythistes.
J’ai mis des liens dans mon précédent texte, l’un d’entre eux concernent justement la critique de thèses mythistes.
Les théologiens du Jésus Seminar ont fait des recherches sur la Bible et exposent, comme on peut le lire sur http://castelg.club.fr/ang5.htm , que Jésus n’a pas ressuscité physiquement, qu’il n’a pas accompli de miracles, et aussi il me semble, qu’il ne serait pas le fils de Dieu au sens où on l’entend.
Mais comment garde t-il la foi ? Quelle est leur conception de Dieu et de Jésus ? Sur le site en question vous pourrez trouver toutes les réponses sur ces questions les concernant. Regardez là aussi. http://castelg.club.fr/js.htm
Je ne dis donc pas que Jésus a existé sous la forme que l’on nous l’expose traditionnellement, mais des chrétiens intellectuelles ne le conçoivent pas non plus sous cette forme.
Pas de miracles, pas de résurrection physique, etc. etc.

Vous dites : (en me citant) :
    "un athéisme scientifique, à savoir chercher et montrer qu'il y a de nombreux scientifiques athées et sollicités leur vision de l'univers afin d'apporter une culture scientifique plus développée à nous autres athées, en montrant des modèles explicatifs de la création de l'univers jusqu'à l'apparition de la vie puis de l'homme."
    Mais justement, cela est la caractéristique de l'athéisme et de son pendant, le rationalisme. Les théories de la création de l'univers et de l'évolution ont été utiles pour l'athéisme à tel point que, ne pouvant être réfutées, les croyants ont inventé cette connerie du "dessein intelligent" pour essayer que Dieu ne soit pas totalement hors-jeu.
Je réponds :
Je suis d’accord, mais pas tous les croyants ont inventé cette connerie du "dessein intelligent". Certain sont tout à fait évolutionnistes.

Vous dites : (en me citant) :
    "Des gens comme Onfray sont des athées qui, malgré leur bonne foi, ne connaissent rien des religions et des recherches qui y sont faites, et font passer dès lors le monde athée comme un ramassis d'ignares dogmatiques à la réflexion peu développée."
    C'est un peu vache pour Michel Onfray ! Et puis il n'y a pas besoin d'être super calé en théologie pour être athée. Je suis athée, mais je ne me considère pas comme un "ignare dogmatique" mais simplement j'estime qu'il est inutile de se battre avec des croyants que je ne pourrai convaincre de mon athéisme pas plus qu'ils ne pourront me convaincre de leur croyance. Ils ont la foi en un Dieu, c'est leur affaire, moi je ne l'ai pas, c'est mon affaire ! Par contre je me bats pour qu'ils ne viennent pas m'em… en m'imposant des règles morales dictées par leur religion.
Je réponds :
Effectivement j’ai été un peu vache avec Onfray et je m’en excuse, mais il faut bien reconnaître qu’en reprenant les thèses mythistes d’Alfaric comme quoi Jésus n’aurait même pas existé (maintes fois réfutées), et en considérant que l’on connaît tout du christianisme quand on a lu … (je ne sais plus de quel ouvrage il parle, mais un seul ouvrage de critique du christianisme traditionnel ne peut suffire à faire connaître tout le christianisme et donc à tout y critiquer).
Il ne faut pas être "super calé" en théologie pour être athée. Mais s’y connaître un peu mieux déjà pourrait être intéressant, et développer des critiques contre ces théologies complexes, non pas forcément pour nous, mais pour aider tous les athées désemparés face à celles-ci. D’où l’intérêt d’enrichir l’athéisme, le rendre plus intelligent, plus connaisseur, et surtout plus soudé. Il faut une meilleure organisation, une meilleure solidarité.
Arrêtons de faire nos recherches dans nos coins et ne pas faire partager ce que l’on trouve.
Que les scientifiques et les philosophes athées aident les athées qui n’ont pas la chance d’avoir leurs connaissances, que ce soit face aux intrusions spiritualistes en sciences comme le font les créationnistes et les fondamentalistes de tout poil, mais aussi face à ces théologies progressistes et très intellectuelles qui piochent dans la théorie de la relativité, dans la mécanique quantique et la cosmologie, matière à soutenir l’existence d’un Dieu, théiste, déiste, panthéiste, panenthéiste et probablement d’autres, comme par exemple la Théologie du Process et sa propre vision de Dieu.

Vous dites :
    En conclusion, je reprendrai l'argument de Michel Onfray qui regrette à juste titre que le mot "athée" se définisse en opposition à Dieu : a (absence) + thée (Dieu). Michel Onfray regrette qu'il n'y ait pas un mot positif et non par opposition pour remplacer "athée". Comme lui, je plaide pour un athéisme indépendant de Dieu et indépendant des religions car; quand on est en opposition; on est dépendant.
    Donc vivons notre athéisme de façon positive comme un grand souffle de liberté et d'Humanité (avec H majuscule…) et comme je disais plus haut, surtout, surtout, surtout, ne tombons pas dans le piège tendu par les croyants qui nous mettraient dans l'obligation de justifier notre athéisme.
Je réponds :
Un athéisme indépendant de "Dieu" je suis bien d’accord, mais n’abandonnons pas pour autant la critique des religions et de toutes ces intrusions théologiques dans la science.
Et un athéisme sans Dieu ne veut pas dire un athéisme sans athée. Ce que je veux dire, ne restons pas seuls dans notre coin, serrons nous les coudes tous ensemble.
Renseignons nous, critiquons, débattons si nécessaire, mais de grâce arrêtons de nous laisser les uns les autres seuls face à nos doutes, questionnements, angoisses et j’en passe.
Je vous remercie donc d’avoir pris le temps de me lire et de m’avoir répondu, et je m’excuse que cette réponse que je vous ai faite soit si longue.
Je tenais à bien clarifier mon mode de pensée.

Je voudrais rajouter deux choses encore :

La première : Paul Tillich, l’un des principaux piliers de la théologie du process (le dynamisme créateur de Dieu) est considéré par certains athées comme un athée.
C’est totalement faux et cela montre pleinement à quel point beaucoup d’athées souffrent de ce manque de connaissance sur le milieu religieux.
Tillich est non-théiste, mais certainement pas athée. C'est-à-dire qu’il rejette l’idée d’un Dieu créateur tout puissant, celui des dogmes traditionalistes, mais cependant il a la foi en un Dieu bien différent, qui change au fil du temps, qui n’est pas tout puissant mais qui propose plutôt qu’impose des développement dans l’univers, etc. etc., il s’agit donc de la théologie du process assez complexe.

La deuxième chose, voici le message que j’avais envoyé à Jean Bricmont : (message auquel il a répondu, merci encore à lui) :
    Le 31 oct. 07, à 15:52,
    Pour le professeur Jean Bricmont.

    Je suis sincèrement désolé de vous déranger pour un problème qui peut ne pas vous intéresser.

    J'ai pu voir sur divers sites athées certains de vos textes, notamment des extraits d'Impostures Intellectuelles et votre texte Science et religion : l'irréductible antagonisme.

    J'ignore si tout comme moi vous êtes athée, (même si vous ne l'êtes pas vous semblez accorder une grande importance aux critiques que cette philosophie fait de la religion entre autre), ce que je sais c'est que contrairement à vous je n'ai pas un bagage scientifique extraordinaire.

    Du haut de mes 20 ans, il m'est difficile d'être une lumière.

    Par curiosité j'ai passé ces deux-trois dernières semaines à reparcourir quelques sites athées, mais aussi quelques sites religieux.
    C'est sur un de ces sites religieux que j'ai appris l'existence de la théologie du Process.

    Pour le cas où vous ne la connaitriez pas, je me permets donc de vous montrer ce que j'ai pu en trouver.
    http://www.museeprotestant.org/Pages/Notices.php?scatid=150¬iceid=812&lev=1&Lget=FR

    Rapide extrait : "Whitehead a acquis la conviction qu'on ne peut rationnellement expliquer le monde sans faire appel à Dieu : c'est Lui qui injecte des possibles sans lesquels le monde ne pourrait que se répéter et se dégrader en vertu du principe de déperdition de l'énergie."

    Vous vous doutez bien que le principe de déperdition de l'énergie m'est totalement inconnu. D'où mon impossibilité de savoir si sa théologie et sa philosophie peuvent être vraies.

    Whitehead fait parti des fondateurs de la théologie du process, il est à ce qui est dit un bon scientifique de son époque.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Alfred_North_Whitehead

    Quelques textes sur la théologie du process que j'ai trouvé assez explicatifs :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9ologie_du_Process
    Extrait : "Bien que la théologie du Process s'enracine dans la philosophie antique, celle du VIe siècle avant l'ère courante, en particulier dans celle, grecque, d'Héraclite, l'intérêt qu'elle présente a été stimulé, au XIXe siècle par la mécanique quantique."
    http://www.protestantismeliberal.be/reflexions_gounel.html

    Extrait : "L'hypothèse théiste: Whitehead a progressivement acquis la conviction qu'on ne peut pas parvenir à une explication du monde rationnellement solide sans faire appel à un principe transcendant et actif. Ce principe qui répond à une exigence logique, qui s'impose pour des raisons philosophiques et scientifiques, Whitehead l'appelle "Dieu". Il l'assimile ainsi à celui dont la religion témoigne, et qu'elle nous fait rencontrer sur un autre plan que celui de la rationalité. La nécessité rationnelle d'un principe transcendant ne suscite pas la foi, mais rend crédible le Dieu de la religion. En dehors et en faisant abstraction de toute foi religieuse, Whitehead estime que dans l'état actuel de nos connaissances, aucune hypothèse ne rend mieux compte des faits et n'en donnent une meilleure explication que celle du théisme. Pour Hartshorne, le positivisme et l'athéisme manquent de cohérence, et se heurtent à des difficultés telles qu'ils s'effondrent dès qu'on essaie de les penser en profondeur. L'univers apparaît incompréhensible sans Dieu."

    Un livre sur la philosophie de la physique quantique, qui d'après les commentaires que j'en ai lu, a pour objectif de démontrer que la philosophie de Whitehead serait bonne.

    http://www.amazon.fr/philosophie-pour-physique-quantique-non-s%C3%A9parabilit%C3%A9/dp/2747597822

    Pour ce que j'ai pu lire des extraits vous concernant lors de mes visites sur des sites athées, vous rejetez pleinement une compatibilité entre religion et science, et dans votre livre
    Impostures Intellectuelles vous rejetez aussi la philosophie de la mécanique quantique.
    Ce sont vos interventions qui m'ont incité à vous contacter sur le sujet de la théologie du process.

    Quand on voit le scientifique Whitehead qui ne conçoit pas que l'univers, étant donné le principe de déperdition de l'énergie, la mécanique quantique (et une histoire de relativité restreinte aussi il me semble dont s'inspirerait sa cosmologie), je ne me m'empêcher de penser à ce que vous avez écrits, notamment :

    "La peur d’admettre qu’il existe des limites à la raison est facile à comprendre ; très souvent le discours religieux procède de la façon suivante : on part de problèmes qui ne sont pas résolus par la science, mettons l’origine de la conscience ou les fondements de la mécanique quantique et on en "déduit" qu’il y a du transcendant (6).
    C’est ce que les anglo-saxons appellent le "dieu des trous". Il y a des trous dans nos connaissances, donc il y a du divin. Mais c’est justement ce saut qu’il faut refuser, plutôt que de tenter de nier notre ignorance. La démarche religieuse revient à réifier l’ignorance. Une fois que cette démarche est mise au clair, son illogisme est flagrant."

    6) L’Université Interdisciplinaire de Paris s’est spécialisée dans ce genre de démarche.
    S'agit-il donc d'une autre apparition du Dieu des trous ?

    Je me suis laissé dire que beaucoup de scientifiques, notamment dans les sciences dites dures, seraient agnostiques ou athées. Je pense que ces philosophies doivent passer par une bonne connaissance des philosophies et des théologies des milieux intellectuels religieux. S'il y a beaucoup de scientifiques athées et agnostiques, je me suis dis qu'il y en avait donc beaucoup qui sauraient réfuter les argumentations de la philosophie et de la théologie du process.

    La théologie du Process semble à première vue et pour quelqu'un qui n'a pas une grande culture scientifique être une théologie redoutablement efficace pour prouver l'existence d'une divinité.

    Mais mon esprit d'athée ne cesse de me remémorer qu'il s'agirait plutôt du "Dieu des trous", et que plutôt que d'accepter une possible preuve de l'existence de Dieu, il faudrait plutôt se dire que c'est nous l'Etre humain qui ne comprend rien. Mais je suis incapable de réfuter cette théologie, cette philosophie, ces arguments scientifiques.

    Tout cela me fait penser à encore deux de vos citations :

    "Le meilleur remède psychologique contre les dérives métaphysiques liées aux limites des sciences est de changer de perspective et de se dire que ce n’est pas le monde qui est magique, mais nous qui sommes bêtes."

    "Le simple fait qu'une opinion ne peut pas être réfutée n'implique nullement qu'il y ait la moindre raison de croire qu'elle est vraie."
    (Alan Sokal et Jean Bricmont / Impostures intellectuelles / 1997)

    Je viens donc de passer des journées entières à essayer de trouver une critique quelque part de cette philosophie et théologie.
    Malheureusement, absolument rien.

    Devant m'absenter pendant plusieurs jours afin de voir mes grands parents dans le Sud de la France, je ne puis poursuivre mes recherches, et cette histoire me tracasse toujours tant il m'est insupportable de ne pas savoir à quoi m'en tenir.

    C'est donc pour cela que je souhaitais disposer de l'avis d'un scientifique connu et reconnu et qui s'est intéressé auparavant aux intrusions religieuses dans le domaine de la science.
    Seul je ne peux y arriver.

    Il est étrange de remarquer que si l'athéisme est répandu chez les scientifiques (l'un des sites athées est ma source, mais peut-être y a t-il erreur), peu de scientifiques semblent prendre à coeur de critiquer les religions et superstitions.

    Les athées se retrouvent donc souvent avec les mêmes arguments pour critiquer les religions, n'ayant pas tous accès à la culture scientifique, philosophique et parfois religieuse qui pourrait les aider.

    Je tiens à vous remercier de l'attention que vous porterez à ma demande d'aide. Merci par avance de votre éventuelle réponse, devant m'absenter quelques jours je ne pourrais donc pas vous remercier dès réception d'un éventuel message.

    Cordialement.
Monsieur Bricmont répondra quelques jours après que, pour lui, il s’agit bien là du "Dieu des trous".
Encore merci à lui de m'avoir répondu.


Un athée parmi tant d'autre.



Voir la page d'accueil sur l'athéisme


Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Vos contributions    Haut de page    Contactcontact   Copyright ©