Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Vos contributions    > Preuve par les formes d'existence


Réfutation de la preuve par les formes d'existence des choses

Argument cosmologique : Troisième voie de Thomas d'Aquin


par Albert Crispin  -  21/02/2015




Les textes publiés dans Vos contributions (rouge foncé) ne représentent que l'opinion de leurs auteurs.




Argument cosmologique par les formes d'existence des choses

"La troisième voie se prend du possible et du nécessaire, et la voici. Parmi les choses, nous en trouvons qui peuvent être et ne pas être ; la preuve, c'est que certaines choses naissent et disparaissent, et par conséquent, ont la possibilité d'exister et de ne pas exister. Mais il est impossible que tout ce qui est de telle nature existe toujours; car ce qui peut ne pas exister n'existe pas à un certain moment. Si donc tout peut ne pas exister, à un moment donné, rien n'a existé. Or, si c'était vrai, maintenant encore rien n'existerait; car ce qui n'existe pas ne commence à exister que par quelque chose qui existe. Donc, s'il n'y a eu aucun être, il a été impossible que rien commençât d'exister, et ainsi, aujourd'hui, il n'y aurait rien, ce qu'on voit être faux. Donc, tous les êtres ne sont pas seulement possibles, et il y a du nécessaire dans les choses. Or, tout ce qui est nécessaire, ou bien tire sa nécessité d'ailleurs, ou bien non. Et il n'est pas possible d'aller à l'infini dans la série des nécessaires ayant une cause de leur nécessité, pas plus que pour les causes efficientes, comme on vient de le prouver. On est donc contraint d'affirmer l'existence d'un Être nécessaire par lui-même, qui ne tire pas d'ailleurs sa nécessité, mais qui est cause de la nécessité que l'on trouve hors de lui, et que tous appellent Dieu."
Thomas d'Aquin (Somme théologique)


1. L'affirmation "Si donc tout peut ne pas exister, à un moment donné, rien n'a existé" ne tient pas la route.

  1. Thomas d'Aquin commet ici un sophisme de composition en supposant qu'un principe s'appliquant au sein d'un ensemble vaut également pour l'ensemble. Par exemple, si tous les habitants d'un village partent chaque année en vacances dans un autre pays, cela ne signifie pas pour autant que les habitants de ce village s'absentent tous en même temps et laissent le village désert. Ainsi, ce n'est pas parce tout pourrait ne pas exister que forcément rien n'a existé à un moment donné. Dieu pourrait par exemple avoir disparu lors de la création du monde, rendant dès lors son existence non nécessaire.

    Pour être exact, il nous faudrait reformuler la phrase comme suit : "Si donc tout peut ne pas exister, il se pourrait que rien n'a existé", ce qui devient une hypothèse stérile car ne peut être utilisée par la suite pour tenter de prouver l'existence de Dieu. Il est possible que tout puisse ne pas exister.

  2. Un autre hypothèse sur l'origine de l'univers est celle selon laquelle le monde est apparu avec le Big Bang. Autrement dit, sans qu'il n'y ait de "Pré-Big Bang" ou situation antérieure au Big Bang où "rien" existerait. Cette idée, en opposition avec celle avancée Thomas d'Aquin, ne permet pas de considérer son argument comme une preuve.

2. L'idée selon laquelle quelque chose ne peut commencer à exister que si quelque chose d'antérieur existe peut être contestée.

  1. Aucune preuve n'est avancée, si ce ne sont que les faits liés à notre expérience. Par conséquent, nous renvoyons le lecteur à la réfutation de la preuve par le commencement exposant multiples arguments pouvant être repris ici.

  2. L'argument tente également de réfuter la possibilité d'apparition, toutefois comme nous l'avons dit, il ne le fait guère de manière convaincante (il se base sur des faits connus pour expliquer quelque chose qui nous est inconnu). Rien ne nous empêche donc de garder l'hypothèse selon laquelle le Big Bang n'a pas d'état antérieur.

  3. Si le temps a un commencement, il devrait donc avoir une cause antérieure si on suit la logique de Thomas d'Aquin. Or, comme nous l'avons montré, il est impossible qu'il y ait un état antérieur à l'existence du temps.

  4. Thomas d'Aquin ne précise pas quand une chose "commence à exister". Comment distinguer une chose qui "apparaît" de celle qui ne fait que "changer de forme" ? Cela nous amène à nous rediriger vers l'argument par le commencement que nous avons déjà réfuté.

3. Le concept de régression à l'infini n'est pas réfuté par Thomas d'Aquin et donc nous ne sommes pas obligés d'admettre que Dieu doit tirer sa nécessité de lui-même.


4. En conclure que Dieu est une chose tirant sa nécessité d'elle-même est problématique à bien des égards :

  1. Prétendre que Dieu est la chose nécessaire tirant sa nécessité d'elle-même est un appel à l'ignorance (sophisme consistant à affirmer qu'une proposition est vraie car non prouvée fausse plutôt que de démontrer de manière irréfutable sa véracité). En outre, rien ne nous empêche de considérer que l'univers puisse tirer sa nécessité de lui-même, que la chose nécessaire est un principe physique qui nous est inconnu, qu'il s'agit du multivers, etc.

  2. Dieu pourrait très bien être une "chose possible", par exemple il aurait pu disparaître en créant le monde ou être causé par une chose non divine.

  3. Même s'il était certain que Dieu existe, l'argument peinerait toujours à démontrer son existence. En effet Thomas d'Aquin fait une distinction entre deux types de choses : une chose qui tire sa nécessité d'elle-même et les autres choses.

    Si Dieu est une chose faisant partie de la seconde catégorie, l'argument est stérile et ne prouve pas l'existence de Dieu puisqu'il ne s'intéresse qu'à l'existence d'une chose tirant sa nécessité d'elle-même.

    Si Dieu est la chose nécessaire qui tire sa nécessité de lui-même, alors l'argument présume que Dieu est la seule chose qui détient d'elle-même sa propre existence mais ne le prouve pas.


Albert Crispin



Voir aussi : Réfutation de la preuve par le mouvement. Argument cosmologique : première voie de Thomas d'Aquin. Par Albert Crispin, 26/01/2015.

Voir aussi : Réfutation de la preuve par le commencement. Argument cosmologique : Argument du kalam. Par Albert Crispin, 13/02/2015.

Voir aussi : Réfutation de la preuve par le degré (des choses) Quatrième voie de Thomas d'Aquin. Par Albert Crispin, 05/04/2015.

Voir aussi : Réfutation de la preuve par l'ordre et par la finalité. Argument Téléologique : Cinquième voie de Thomas d'Aquin. Par Albert Crispin, 09/04/2015.

Voir la page d'accueil sur Dieu



Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Vos contributions    Haut de page    Contactcontact   Copyright ©