Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Vos contributions    > Mensonges de l'Eglise (compléments)


Mensonges de l'Eglise

Rappel et compléments du premier volet


par Gral  -  27/09/2008




Les textes publiés dans Vos contributions (rouge foncé) ne représentent que l'opinion de leurs auteurs.




Avertissement :

Nous n’avons aucune intention malsaine de choquer notre lectorat mais il peut apparaître à la lecture une certaine violence verbale dont nous vous prions de nous excuser.
Nous allons, ici, vous présentez quelques réflexions personnelles sur ce que nous avions précédemment trouvé. Le but recherché est avant tout une comparaison entre le christianisme et une religion solaire et n’a aucun désir de nuisance. Nous en profitons pour mettre des points sur les "i" pour un internaute qui aurait mal lu ce que nous avons précédemment écrit…


Introduction

Révolution néolithique [1] :

Voici tout d’abord une hypothèse séduisante défendue par quelques chercheurs : Il semblerait que nos ancêtres vivaient initialement au bord de la mer qui leur fournissait toute nourriture, poissons et mollusques qu’ils capturaient ou pêchaient ainsi que les coquillages qui servirent à parer les femmes et ultérieurement de monnaie. Puis devant la fureur des éléments, tempêtes, raz-de-marée, déferlantes voire tsunamis, ils se sont réfugiés à l’intérieur des terres [2]. Ce qui a entraîné un profond changement, nos ancêtres sont devenus chasseurs-cueilleurs. Puis éprouvant le besoin de cesser leur errance, nos ancêtres se sont sédentarisés ils sont donc devenus cultivateurs pour se nourrir eux-mêmes et leur famille. Vers -15 000, ils ont commencé à défricher les forêts pour cultiver.

Cette sédentarisation les a conduits à l’observation des cycles naturels des éléments qui les entouraient et qui régissaient tout autour d’eux le soleil pour la vie diurne, le travail de la terre, la chasse, la vie animale. Ils ont observé (en vrac) les levés et couchés solaires ou lunaire, les solstices d’été et d’hiver et la lune pour les cycles féminins ainsi que tous les autres cycles saisonniers et ce qui semblaient, pour eux, les régir et leur action sur l’environnement. Comme ces cycles étaient reproductifs dans le temps (merci Lapsus), ils donnèrent les calendriers… Le plus fréquemment lunaire, voir certains travaux sur les sites mégalithiques de Stonehenge ou des cromlechs.
Devant la cyclicité de ce qu’ils observaient les hommes ont cru voir des divinités partout et pour tout ce qu’ils n’avaient pas les moyens d’expliquer comme la création du monde, leur propre création, celle des animaux, les orages, les montagnes… Voir la Bible traduite par André Chouraqui, 1er dieu serait Nué, puis les deux frères Tohu et bohu (Chari & Vari)

Pour les civilisations méditerranéennes, et se basant plus sur sa famille, son environnement devenu moins hostile, l’homme a créé des familles de dieu avec père, mère, enfants, frères et sœurs, maris et femmes… Initialement, la mère qui donnait la vie était devenue la déesse principale avec un culte qui lui était rendu, le culte de la déesse-mère. Culte essentiellement lié au calendrier lunaire qui donna le courant des sociétés matriarcales. Peu à peu, l’homme qui se sentait évincé de sa position principale de chef de famille et de cette nécessité de se battre pour affirmer sa force et défendre sa famille a éteint ce culte pour imposer celui d’un dieu le père, paternel et qui prodiguait tout. Quel modèle a-t-il pris ? Le soleil qui brillait au firmament, l’éclairant et le chauffant de ses rayons. Le culte solaire était naissant. L’un d’eux deviendra le culte de Mithra. Ce culte s’est répandu chez pratiquement tous les peuples autour de la Méditerranée. Il précéda le christianisme d’environ six cent ans et était très populaire. Mithra était le dieu-soleil de Perse.

Le soleil a été divinisé et personnifié. Si, au commencement, il n’a pas pu détrôner les anciens dieux, il y a eu des tâtonnements dans différentes contrées d’Asie. En Assyrie, berceau de l’humanité, un peuple sans terre donc errant, les sémites et plus particulièrement les hébreux a enregistré cette idée. Ces régions méditerranéennes qui étaient très riches et bien irriguées, donnaient des jardins luxuriants, des récoltes abondantes et des fruits, du gibier pour nourrir tout ce monde qui travaillera la terre pour vivre.

Cette idée de dieu unique, le peuple sémite la retrouva en Égypte au cours des pérégrinations dues à son errance à la recherche d’une "terre promise". Moïse la fit sienne ou la consolida.
En Égypte, le culte du dieu unique, dieu solaire, s’est heurté à l’Intelligentsia en place, celle qui vivait des mannes que lui rapportaient ses temples et les offrandes faites par les fidèles aux différents dieux et qui servaient surtout à nourrir tous les prêtres et leurs serviteurs. Et pourquoi adorer un seul dieu quand on en a toujours adoré plusieurs ? Nous pourrions résumer la lutte entre Akhenaton [3] et ses partisans du culte solaire contre le système en place, une lutte entre les deux temples Amon /Rê ou Ra. Akhenaton était porté par un temple nouveau mais pas encore assez puissant, la lune contre le soleil !!!

Les Egyptiens, peuple adorant le soleil, avaient orienté le Naos de leurs temples vers le levant, face à l’est, point où le soleil se levait, ce qui entraînait que les prêtres étaient les premiers à être baignés par la lumière solaire ou divine. Ils adoraient une kyrielle de dieu, puis, comme le pharaon était le représentant héritier du principal dieu, il est lui-même devenu un dieu-vivant. De là et peu après, une certaine idée de monothéisme est née avec Akhenaton. Avec l’apparition du monothéisme, était né le dieu unique qui était le soleil [4].

Les Sémites hébreux en quittant l’Égypte ont emporté avec eux l’idée d’un dieu unique [5]. Cela peut paraître surprenant mais il semblerait que Moïse (dont il n’y a aucune preuve historique de l’existence) et Akhenaton soient contemporains et les légendes bibliques ou autres semblent même faire croire que Moïse aurait reçu une éducation l’initiant à l’histoire égyptienne.
Les dernières découvertes semblent invalider l’idée de travailleurs esclaves pour celle d’artisans libres et rémunérés. Nous savons qu’il faut trois générations pour oublier un fait à moins que celui-ci ne soit entretenu sous une version quelconque dans les mémoires.

Cependant cette idée à fait son chemin et les peuples sémites l’ont gardée la faisant leur. Possédant l’écriture, ce peuple a consigné par écrit, bien des siècles plus tard, dans un livre ce qu’il savait de son histoire et de son dieu unique. Car un seul dieu permettait d’unifier un peuple et d’orienter sa pensée, de le contrôler en lui imposant les mêmes prières et les mêmes gestes rituels sans dérogations possibles pour les hommes. La femme étant considérée comme impure lors de ses menstrues ou quand elle était gravide avait des permissions d’absence de pratiquer le culte publiquement (le sang est source de vie chez les hébreux.). Ce livre qui fut appelé la Thora fut nommé l’ancien testament dans la Bible.
Le changement dans la continuité, déjà. Chez les hébreux, le temple de l’adoration divine est orienté face au soleil levant. Il permet de mettre le parvis à l’ouest, face au couchant, en respectant la course de l’astre solaire. De ceci découle que l’homme est au sud donc à droite et la femme à gauche au nord. Le côté gauche devient négatif. La gauche sera malsaine et les justes s’assiéront à la droite de dieu. Le temple de Salomon en est le vivant exemple perpétré dans les constructions suivantes.
Dans les synagogues la femme était semi-cachée des hommes par des sortes de claustras qui la séparent du lieu de prière des hommes pour ne pas distraire ceux-ci de leur concentration. Plus tard, l’Eglise romaine reprendra la séparation gauche droite et l’idée de droite (dextra) comme bon, juste, vert… et gauche (sinistra) mauvais, malhabile…
La femme étant considérée comme la première pécheresse, doit-on implicitement lui considérer un rôle plus important qu’a l’homme ?


Première partie :

I-1 : dès - 50, les romains envahirent la méditerranée, correspondance que l’on pourrait relier tardivement au nouveau mouvement philosophique dit chrétien. Ensuite, les romains sont arrivés et leurs césars ont voulu unifier le monde sous le joug romain. Leurs armées ont déferlées sur le monde méditerranéen, pour lui imposer la vision romaine des choses. "Le pacte" de commerce avec Rome, entendez par là : La pacification de la zone barbare.
Mais le monde s’est révolté après le génocide et ce que les césars n’ont pas réussi à instaurer, un autre empereur, Constantin, romain aussi celui-là, s’entourera de sages et de lettrés et profitera d’un obscur fait-divers pour établir une nouvelle religion qui unifiera le monde, toujours sous la houlette romaine et son système décimal qui facilitait le prélèvement d’impôts. Il s’est donc imprégné de ce qui plaisait aux peuples, régit par les cycles agraires afin d’amadouer le maximum de gens et pour les unifier pacifiquement a donc instauré une religion d’amour et de paix récupérant et introduisant ce que les conquêtes romaines avaient ramené de partout où elles étaient allées.
C'est-à-dire le culte solaire, les cycles agraires avec le ferme désir de tout remplacer par une nouveauté qui prendrait lieu et place de ce qui existait auparavant… mais en récupérant les lieux de culte, les fêtes païennes et en "christianisant" le tout pour ne pas heurter les habitudes populaires.

Donc, cet empereur reprend l’idée de vie éternelle après la mort chez les égyptiens qui préparaient leurs morts dans ce but. Il a associé la résurrection chère à ce peuple en ressuscitation d’un homme, fils de dieu, car descendant de la lignée davidique et de par ce fait, prétendant au trône d’Israël sujet du fait-divers précité. Sa mise à mort dont les romains étaient responsables sous l’égide de la tribu des Lévi, prêtres alors chez les hébreux, qui ne voulaient pas perdre leur influence et leur manne en rendant le pouvoir à un descendant davidique légitime (la filiation de Jésus est là pour nous le prouver).
Ce fils de dieu et donc dieu lui-même est mort et ressuscité trois jours après sa mort terrestre ce que d’autres dieux, égyptiens ou autres avaient réussi avant lui mais ayant certainement compris dans quelle impasse il se fourvoyait s’il restait parmi les humains, il est remonté chez son père lors de l’ascension soit quarante jours après pâques ; à moins qu’on l’y ait renvoyé pour une raison similaire. Le christ ressuscité sur terre, le seul cas, ce qui a fait dire que la religion chrétienne sans la réincarnation du christ serait une religion quelconque.

I-2 : Un rapide mot sur la religion solaire dite "culte de Mithra" [6] : C’est une religion, initialement originaire de Perse, qui des bords de la Méditerranée s’est répandue dans tout le Moyen-Orient et plus particulièrement chez les soldats romains [7] et l’empire romain entre les troisième et second siècles avant JC. Mithra, dieu de la lumière, symbolisait la pureté, la chasteté. Il combattait contre les forces obscures. Il a perduré jusqu’au III° et IV° siècle de notre ère où il s’est heurté et a été supplanté par "l’Eglise du christianisme" qui l’a déclaré en 390 religion incompatible avec le christianisme... Période au cours de laquelle l’Eglise romaine aurait assassiné ou fait assassiner tous les membres ou descendants de la famille de Jésus ou de Josuha l’araméen –Yehohuah dit Jésus de Nazareth– [8] (certainement par prémonition des tests ADN, du moins faire disparaître cette église naissante et concurrente).

I-3 : Parmi les cycles régissant le monde l’homme avait remarqué la position des étoiles au firmament, ce sont les phénomènes astrologiques qui ont donné les calendriers lunaires et solaires. Il a voulu interpréter les signes cachés pour connaître son avenir et ce que dieu lui réservait. Il a alors représenté le ciel selon un cercle divisé en huit maisons puis en 12. La base de huit s’explique aisément avec les deux solstices en opposition et les deux équinoxes, elles aussi en opposition. L’ensemble équinoxes, solstices crucifie le monde autour du soleil toujours rond, ajoutez à cela les bissectrices des quadrants et vous obtenez huit. Douze est plus tardif et émanerait certainement des grecs vers le milieu de second siècle de notre ère et serait certainement une reprise du ciel circulaire des Babyloniens qui utilisaient pour leurs mesures astrales un cercle gradué de 360°, divisé en 12 parties égales de 30° chacune, autrement dit un Zodiaque. Cela correspondait avec leur calendrier solaire de 12 mois de 30 jours pour une année. Les 12 compagnons-disciples des dieux seraient les maisons semblant être parcourues par un soleil tournant religieusement autour de la terre et toujours rond alors que la lune visible de la terre change de forme.


Seconde partie :

II-1 : Petit tableau récapitulatif des comparaisons entre christianisme et autre :

Culte de Mithra Christianisme Horus Bouddha
Né le 25 décembre d’une vierge dans une grotte Né le 25 décembre dans une grotte d’une vierge Marie de lignée royale Né le 25 décembre dans une grotte d’une vierge Isis de lignée royale Né d’une vierge Maya, reine du ciel ; de lignée royale
  Représenté enfant avec sa mère la vierge ou la madone Représenté enfant avec sa mère. Origine certaine de la vierge noire  
  Etoile annonciatrice, trois rois mages Etoile annonciatrice, trois sages  
  Transfiguration Transfiguration  
Eut 12 compagnons Eut 12 disciples Eut 12 disciples  
Enterré et ressuscité le troisième jour mi-avril correspond à sa résurrection Mis au tombeau et ressuscité le troisième jour à Pâques Enterré dans un tombeau et ressuscité  
Son jour sacré le dimanche jour du soleil Jour des offices religieux, dimanche jour du soleil    
  Le mystère de la trinité Lui et son père ne faisait qu’un  
Fit des miracles - Fit des miracles
- Nourriture de foule avec du pain et des poissons
- Guérison de malades
- Fit des miracles

- Guérison de malades
- Fit des miracles
- Nourriture de foule avec des gâteaux
- Guérison de malades
  Marcha sur les eaux   Marcha sur les eaux
  Vainqueur du serpent   Vainqueur du serpent
  Lutte contre l’idolâtrie   Lutte contre l’idolâtrie
Grand maitre et professeur Prêche d’un royaume de justice divine   Prêche d’un royaume de justice
Nommé : "Sol Invictus" : dieu invaincu Nommé l’oint, le "Sol Invictus" Nommé l’oint, le KRST [9]  
Nommé le bon berger ; considéré comme la voie, la lumière ; la vérité ; rédempteur ; sauveur Appelé sauveur du monde ; lumière du monde Appelé sauveur du monde ; lumière du monde  
Rite de l’eucharistie ou diner du seigneur la communion était le partage de la viande de taureau et de son sang ou du pain et de l’eau pour les plus démunis Rite de l’hostie, repas du corps divin
La communion sera le partage du pain et du vin respectivement corps et sang du christ et rappel de la Cène
Gâteaux ronds offerts aux dieux  
Importance des sources sacrées L’eau bénite L’eau bénite  

Nous pourrions reprendre en tableau tous les points de comparaison soulevés dans notre première étude sur les mensonges de l’église et l’étendre à Krishna en Inde et bien d’autres mais nous pensons le lecteur apte à faire lui-même ce travail. Nous n’avons fait que suivre les travaux de David Ike dans notre première étude mais de nombreux auteurs tels Massey et Graves trouvent aussi de cent à trois cent points de similitude entre Jésus et Krishna mais le mouvement philosophique -pas encore religieux– dont jésus est un disciple est, semble-t-il, beaucoup trop important. Tout les peuples y participent autour de la Méditerranée, partage de science et de médecine, etc., les grecs le font aller jusqu’en Indus)…
Nous pensions hors-sujet cette comparaison car à notre connaissance, les légions romaines n’avaient jamais été en Inde mais nous devrions certainement revoir notre copie et ne plus trop croire en ces écrits romains falsifiés car n’oublions pas que ce sont les vainqueurs qui écrivent l’histoire et que toutes les sources de l’époque concernant Jésus ont été "bricolées" pour être standardisées et unifiées. En effet, parmi les conseillers de l’empereur, il y en avait sûrement certains qui connaissaient bien l’histoire religieuse de ce pays… il y a trop de similitudes pour que ce soit des coïncidences (qui n’en sont pas d’après nous !).

II-2 : Tableau récapitulatif entre fêtes dites païennes et christianisme :

Fête païenne Christianisme
22 ou nuit du 21 décembre, point le plus bas du soleil. Solstice d’hiver. De nombreux feux étaient allumés pour aider la lumière à vaincre l’obscurité… Fête de saint Jean le baptiste cousin de Jésus et annonciateur de son arrivée
25 décembre, après trois jours de mort, le soleil-dieu remonte dans la constellation de la vierge. Naissance de Mithra d’une vierge Date fixée en 395 par le pape Libère.
Naissance officielle de Jésus d’une vierge
  1° janvier circoncision du christ ; solennité sainte Marie mère de dieu
Fin des Saturnales Le 6 janvier : Fête des rois, était la date de naissance de Jésus qui est restée chez les arméniens et les orthodoxes le 7 janvier
Chandeleur ; Parentalia romaines ; fête des morts pendant lesquelles on s’éclairait à la bougie (chandelle) Le 2 février : Relevailles de Marie 40 jours après la naissance de Jésus fête des crêpes qui rappellent le soleil (rondes et jaunes) fête des enfants ; roue solaire chez les celtes.
Le soleil est dans le signe du zodiaque de la vierge qu’il quitte pour naître, au quadrant suivant, pour l’équinoxe de printemps au 21 mars lever du soleil exactement à l’Est, c’est le point vernal. Début de l’enseignement de Jésus pour une durée de trois ans. Le 25 mars correspond à la conception de Jésus, l’annonciation faite à Marie.
Solstice d’été. Les païens sautaient sur des flemmes qui rappelaient la chaleur du soleil. Fête de la lumière Le 21 juin : Fête de sait Jean le préféré de Jésus, feux de la Saint-Jean n’est pas une fête religieuse mais patronnée par l'Eglise
  6 août : transfiguration
  15 août : assomption de Marie
Endormissement de la vierge
21 septembre, équinoxe d’automne
21 septembre fête des vendanges
Saint Mathieu
Les équinoxes et les solstices qui marquent les saisons crucifient le monde terrestre d’où la croix du christ, où les quatre coins du monde ! [10]  
Halloween, veille de toussaint fête celtique de Samain ; elle annonce la fin des récolte et prépare pour l’hiver 31 octobre fin de l’année celte…
Fête des morts chez les païens 1 novembre la toussaint, c’est la fête de tous les saints. C’est aussi la sainte Marie des martyrs
2 novembre fête des défunts. et c’est le jour où l’on prie pour ses morts.
Fête des lumières (Hanoucca, chez les hébreux dure 8 jours dès le 25 du mois de Kislev >> novembre décembre). 8 décembre immaculée conception.
Religion réservée aux hommes Les femmes y sont assez souvent dégradées ; Chasse aux sorcières…

Les fêtes sont généralement fixes étant reliées au calendrier civil, solaire, qui régit nos dates actuellement mais leur position dans le temps peut varier de une à quelques journées tandis que d’autres sont mobiles (pâques), car dépendantes du calendrier lunaire. Nous rappelons que le calendrier des hébreux est lunaire… certaines dates sont semi-mobiles car dépendantes d’un jour régit par une date, comme pour l’Islam.


Troisième partie :

III-1 : Continuons sur le décorum : Jésus et les saints sont représentés dans l’iconographie populaire avec un halo ou aura sur la tête que nous retrouvons comme étant le disque solaire d’Horus. Ce disque représentait le rayonnement du soleil. Cette représentation avait aussi cours chez les habitants de l’Inde et du Japon. Elle émane de la réalisation personnelle, le contrôle sur le serpent qu’est la Kundalini et sur les énergies de l’homme. Lorsque l’homme se réalise, il se solarise, il rayonne de lumière divine ou christique et est accompli voire abouti.
Ce qui précède émane des rites hindouistes ou bouddhistes d’autoréalisation de soi. Elle peut aussi émaner de l’aura royale des rois perses. Le christ roi des hommes était un moyen pour l’Eglise d’avoir les rois et les riches de son coté. Théoriquement tout est calculé en politique.
Les statues des églises étaient peintes de couleurs vives et le rôle peu glorieux de l’aura était de protéger ces statues des déjections d’oiseaux.
Dans l’iconographie, ce disque évoluera de sur la tête des saints pour flotter au dessus et se changera parfois en étoile ou flemme ou colombe pour représenter l’esprit-saint. –Il faut savoir que les artistes peignant des scènes religieuses ne faisaient qu’obéir à leurs commanditaires et ne représentaient que ce que ceux-ci désiraient–.
Le baptême pour laver les péchés semble être une gageure. La transmigration des âmes n’étant pas acceptée dans la religion, nous voudrions savoir comment des enfants ont-ils à endosser les fautes de parents d’une humanité, faussée, d’une religion différente de la leur ? À moins que ce ne soit pour les assujettir à un dieu et les responsabiliser d’une faute qu’ils n’ont pas commise, eux ou leurs "parrains" !
Autre point, l’onction par l’huile ou le chrême voire saint-chrême qui sert pour les baptêmes, les communions et l’ordination est une survivance d’un rite solaire et reliait l’homme au dieu-soleil, l’onction par l’huile donnait l’oint.

III-2 : Continuons : à la mort de Jésus, le soleil s’assombrit comme mort –la mort d’un dieu– et la résurrection de celui-ci correspond à la renaissance du soleil. Fait qui n’est pas mentionné historiquement mais apparaît à l’intérieur du mythe, comme pour la destruction du temple. On retrouve les mots son ou sun signifiant fils ou soleil chez nos voisins.
Le parvis des églises et cathédrales orienté à l’ouest, face au soleil couchant, permettait à la lumière de celui-ci d’illuminer les vitaux et rosaces pour faire des maisons de dieu des temples de lumière. Le but des cathédrales n’était-il pas de faire entrer le maximum de lumière ? La lumière étant la présence divine manifestée.
Chez les égyptiens l’or était le sang des dieux. Actuellement, il est le sang voire le fluide vital de l’économie.


Quatrième partie :

IV-1 : Quelques points qui n’engagent que nous sur le choix du nom de jésus :
Nous avons vu précédemment KRST pour Horus, il y a aussi Krishna à qui ses disciples donnèrent le titre de "Jezeus", ce qui signifie "pure essence".
JC ne sont-elles pas les initiales de Jules César ?, hommage qui lui serait rendu par un autre empereur !
Par ailleurs, nous avons Ésus qui semble avoir été l'un des dieux les plus importants du panthéon celtique gaulois. N’oublions pas qu’un des buts des empereurs romains était d’asservir les gaulois et peuples celtiques chez qui nous pourrions observer un dieu, sa parèdre et leur fils, peu éloigné d’une trinité la parèdre ayant eu, elle aussi, une conception virginale.

IV-2 : Le christ aurait raté sa mission en partant trop tôt. N’ayant pas assis le royaume des Hébreux sur terre, il n’était donc pas un dieu pour eux et ce crucifié élu roi INRI aurait manqué à leur vocation espérée d’un dieu. Sa mission sur terre en n’assumant pas sa filiation divine leur semblait caduque. Mais elle a été embellie et racontée par ses congénères et nous connaissons la suite.
Petite preuve supplémentaire, s’il en fallait, que le christianisme ne serait qu’une vaste blague dont la faute en incombe aux créateurs de religion et non pas au mouvement philosophique méditerranéen dont le signe de reconnaissance était le poisson ou ICHTUS en grec.
Déjà, les esséniens pratiquaient un baptême par l’eau pour se laver de la corruption du rabbinat. Constantin, ce créateur d’une Eglise de récupération, l’Eglise catholique romaine qui a extrait le martyr de Joshua/Jésus, ce juif de Nazareth dont nous ne mettons pas en doute l’existence, pour donner son nom au christianisme.

IV-3 : L’idée de baptême pour entrer dans une nouvelle vie n’est pas récente. La naissance d’un dieu dans une grotte est récurrente à tous les mythes religieux de type lunaire ou solaire. Nous avons vu que le soleil quittait l’espace de la vierge et la grotte pour revenir à la lumière. Nous avions les rites chamanique effectués la nuit ou dans des grottes avec une transfiguration à sortie de la grotte par la révélation. Nous avons la représentation imagée du Christ dans une mandorle qui rappelle à son tour la sortie du ventre maternel ou sortie du dieu du ventre de la mère des dieux et le franchissement des lèvres comparable à la sortie de la grotte. Le baptême est là pour justifier l’appartenance à une société. Et nous retrouvons l’idée de naissance en renaissance après la mort avec l’idée de résurrection des dieux comme le soleil qui renait après sa "mort" nocturne. Pour les dieux et seulement pour eux car actuellement toujours inaccessible aux hommes mais on peut les bluffer avec l’espoir.

IV-4 : petites précisions, Jésus et Horus ont en commun de ne faire qu’un avec leur père.
Le Mithracisme et le christianisme sont des cultes à mystères. Le premier l’était par initiation orale alors que le second avait un fondement écrit intransgressible.
- Mithra ou Mithras est souvent représenté avec le soleil pour montrer qu’il lui est supérieur en tant que dieu ou qu’il efface celui-ci par sa propre brillance ;
Une des preuves de la non-existence d’un dieu est qu’il est dit qu’il a laissé son libre-arbitre à l’homme mais qu’il se réserve le droit de le punir par des séismes ou autres. Ceci permet la licence des religieux et le fanatisme. Où serait donc son amour de l’homme ?
- Le religieux voire le politicien qui veut unifier et standardiser la pensée unique de son troupeau ne sait pas expliquer pourquoi dieu n’a-t-il pas créé les hommes et les femmes sans distinctions entre eux et sur un modèle unique pour les gouverner. Alors que la nature les a tous créés différents. La nature et l’évolution auraient-elles aussi échappé au créateur ?
- la religion, quelle qu’elle soit, s’est toujours opposée à l’éducation des peuples et à la science qu’elle craint ;
- pour qu’il y ait renaissance, il faut qu’il y ait mort. Le but de la vie est de bien mourir ;
- nommer dieu et ses qualités est réductif ;
- la réincarnation à la fin des temps laisse peu d’espoir.
- un des deux commandements qui auraient disparu des douze commandements initiaux qui devinrent dix est : "Tu ne mentiras pas". Il a disparut car le clergé voulait protéger ses arrières en cas de découverte de la vérité mais cela a donné une pléthore de péchés pour le nouveau testament…


Additif :

"Dieu t’a créé à son image mais tu ne le représenteras pas". Précepte de nombreuses religions. Il y a deux raisons à cela, la première : on ne peut pas représenter l’ineffable, l’inénarrable, l’inconcevable tant cela nous dépasse. La seconde, puisque dieu n’existe pas, on ne représente pas le néant. Certaines castes de l’ancien testament disent qu’il n’a pas de nom, elles se le représentent comme une entité, ensuite la traduction de la vulgate a repris le nom de dieu. Nous ne serions que le produit d’une évolution non aboutie.

Pour ne pas accepter la loi de l’évolution de Darwin, la plupart des écoles américaines parlent de la nature et enseignent la création comme le fruit d’une intelligence supérieure (les créationnistes !). Les hominiens marchent debout et leur céphalée se développe contrairement à celle des lézards de toutes tailles (quoi que les hommes-lézard…).

Nous avons quelque peu abusé du vin de messe, ce qui nous permet de continuer notre delirium tremens. Maintenant que le pape a fait dire qu’il acceptait l’idée que les extraterrestres pouvaient exister, nous allons soulever une autre genèse de l’homme.
Une intelligence supérieure incommensurable et inimaginable donc irreprésentable avec les pauvres moyens humains dont nous disposons a créé la vie et les mammifères sur un modèle identique avec une différence très faible de l’un à l’autre mais en respectant un schéma évolutif vers ?

La terre est devenue ou était un vaste vivier qui aurait pu servir une ou plusieurs fois à des expériences ou des expérimentations diverses. Les êtres humains ont été créés "cobayes" avec des souvenirs et des lois dépassants l’entendement. La loi générale : naître, être nourri, vivre se nourrir, se reproduire, mourir, servir de nourriture à d’autres essences nommées dieux. Au singulier ou au pluriel !!!
Ces êtres se nourrissent certainement d’énergie psychique fournie par nos âmes, nos pensées voire même nos propres fluides vitaux puisque l’on appréhende maintenant l’idée que tout est ondes. Quelle claque pour ceux qui se prennent pour des marionnettistes de penser qu’ils ne sont que des marionnettes animées dans un vaste théâtre-guignol, à notre échelle. Et surtout de penser que le but final inavoué est de servir de repas. Là réside toute la beauté de leur dieu… car tous les systèmes philosophiques, quels qu’ils soient, conseillent de ne pas penser négativement voire même certains, sans être politiques, de ne pas penser du tout.

La date de Noël le 25 décembre pour la naissance du Christ sera fixée en l’an 354 par le pape Libère (Liberus) mais avant, elle fut variable les : 6 janvier ou 28 mars ou encre 19 avril et enfin 29 mai.

Le 6 décembre était la saint Nicholas/Nicolas qui disparut des calendriers chrétiens en 1970 à la surprise des croyants et en 1972 ses reliques sont transférées aux USA. Seul cas à notre connaissance. Elle fut réhabilitée peu après. (http://www.france-secret.com/fetes_art1.htm)

Compléments :

Nous nous apprêtions à omettre dans notre dossier la stèle discale[11] : c'est un disque dressé sur un pied-support vertical qui est la parfaite représentation de la finalité du mort dans le soleil-dieu représenté par le disque toujours rond avec son halo-aura que rappelleraient ceux du Christ ou des saints, saintes et anges mais pas judas qui a pourtant été béatifié par l'Eglise… le soleil est toujours rond alors que la lune passe par des quartiers avant de disparaître en lune noire et réapparaître en quartiers pour atteindre de nouveau la peine-lune. Il y a aussi le disque de métal sur les sculptures romaines en forme de nimbe pour protéger celles-ci des fientes d'oiseaux

Le Christianisme est l'adoration d'un dieu solaire. Nous en avons pour preuve l'Ostensoir dans lequel figure l'hostie qui représente le corps du Christ. Il a la forme d'un soleil rayonnant (de gloire !).

Le Christ au milieu de ses douze apôtres, c'est le soleil resplendissant au milieu des douze signes zodiacaux. Nous savons maintenant qu'il y a treize constellations dans le plan de l'écliptique. Or, treize plus un égale quatorze. Curieux n'est-il pas ?


Conclusion :

De tout ce qui précède, une réflexion du pape Léon X nous revient à l’esprit : "Quel bénéfice cette fable du Christ ne nous a-t-elle pas apporté !" La parole d’un pape étant vérité absolue, nous vous laissons réfléchir…
Effectivement, adorer un astre solaire-dieu qui est avant tout un objet peut paraître absurde et l’idée abstraite d’un dieu semblerait meilleure à cela près qu’une imagerie paraitrait nécessaire comme support et là est la dangerosité d’une image car si elle impressionne le peuple, elle l’oriente aussi.
Le Christ en fuyant trop tôt le monde terrestre pour retourner chez son père, que l’imagerie représente sous les traits de Zeus, a raté sa mission mais n’était-il pas lui-même un Raté ?
Nous avons profités des derniers moments de fausse liberté de pensée pour vous soumettre notre réflexion mais nombreux sont les auteurs à avoir déjà relevés ces similitudes ou comparaisons. Certains l’ont payé de leur vie notamment les gnostiques qui respectaient la dualité et ont été éradiqués par la religion naissante. D’autres ont vu leurs œuvres interdites, mises au pilori ou brûlées quand ils n’étaient pas brûlé eux-mêmes.
Nous laissons la curiosité du lecteur le mener à réaliser par lui-même le complément de cette étude et d’en tirer les conclusions.

Par ailleurs, pendant la dernière guerre, les SS allemands crucifièrent plus de vingt mille personnes. Peut être dieu était-il parmi elles ! Seul un héritier du trône de saint-Pierre pourrait nous répondre mais le ferait-il ?


Quelques unes de nos sources :

Nos lectures :
L’encyclopédie libre en ligne Wikipédia ;
http://www.france-secret.com/fetes_art1.htm site sur Noël ;
http://www.clio.fr/BIBLIOTHEQUE/akhenaton_precurseur_du_monotheisme_.asp site très intéressant sur Akhenaton ;
http://fr.wikipedia.org/wiki/Calendrier_liturgique_catholique site sur le calendrier liturgique ;
http://www.unites.uqam.ca/religiologiques/no8/morel.pdf site d’information sur les fêtes religieuses.
http://www.truthbeknown.com/francais.htm site intéressant !
L’excellent site Racines et Traditions.
http://www.bibliographe.com/html/famille_de_jesus.html site pour la famille de Jésus, ne pas oublier les livres de Robert Amblain.


Note :

1 – Si la littérature a souvent utilisé le terme de "révolution néolithique"*, c'était pour exprimer le changement profond des habitudes, des techniques et du mode de vie des hommes préhistoriques il y a 10 000 ans.
Plus qu'une révolution c'est une évolution lente et géographiquement disparate qui s'est installée de par le monde. De plus, suivant les régions, ces changements ne se sont pas tous déroulés dans le même ordre.
Les premières traces de sédentarisation dans le croissant fertile sont principalement dues à la "richesse" de la région :
- un climat propice
- des céréales sauvages comme l'engrain, des légumineuses poussant à profusion (lentilles, pois...) - de nombreux ongulés (chèvres, mouton...) faciles à chasser
Les hominidés ne sont plus obligés de se déplacer car ils trouvent suffisamment de nourriture à proximité de leurs campements.
Dans le Moyen-Orient, la sédentarisation a donc précédé l'agriculture et l'élevage, alors qu'en Europe, ces évolutions ont été simultanées.
On trouve les premières traces de village à Aïn Mallaha ou Eynane (Israël). La vingtaine de "maisons" est datée de 12 000 ans et ses habitants, les Natoufiens, ne pratiquent pas encore l'agriculture. Ils vivent de chasse, de pêche et de cueillette.

2 – il semblerait que nos ancêtres aient choisi la facilité. Nous tirons nos remarques d'un documentaire visionné sur la cinq ou sur ARTE et la grotte Cosquer en est un exemple vivant, l'eau est montée de plus de 100 mètres (110/112) depuis son niveau lors de la dernière glaciation. On retrouve effectivement des pointes de flèches et autres pierres taillées, à une certaine profondeur, sur la côte Est du Canada, route possible des migrations par le détroit de Béring.

3 – le souvenir d’Akhenaton (l’horizon d’Aton) a été partiellement détruit pour abroger l’idée du culte monothéiste. Il mourut dans des conditions peu claires et son fils Toutankhamon fut assassiné après restauration du culte ancien d’Amon. Aton d’El-Amarna serait le prototype du dieu d’Israël Yahvé (YHWH) que Moïse emmena avec lui au sortir de l’Égypte. Amon était le dieu principal du panthéon égyptien, dieu aux multiples noms. Les avis divergent comme quoi, le monothéisme serait né à Babylone d’où les hébreux l’ont plagié en particulier Abraham de Our qui a quitté sa terre natale…

4 – culte qui s’est heurté au système en place et qui a disparu avec la mort de son "père".

5 – il est assez aisé de comprendre le but de l’instigateur du monothéisme, le roi David, de réunir tout son troupeau –peuple– sous la bannière d’un seul dieu. Un seul dieu, unité de pensée et de rite religieux d’où unité des tribus d’Israël, peuple docile, obéissant aveuglément, aisément manipulable …

6 – encore nommé culte des mystères ; mithriacisme ou mithracisme. Ne pas commettre de confusion entre ce dieu et le dieu indien Mithras

7 – Le premier faux de la religion chrétienne est d’avoir fait courir le bruit que c’étaient les soldats romains qui avaient ramené et diffusé le christianisme en Gaule !!!

8 – Hélas, il ne semble pas y avoir de preuves mais il n'y a pas de fumée sans feu. La plupart des églises protestantes acceptent l'idée de frères et sœurs de jésus ayant eu une influence dans l'église naissante.
Voir http://www.logon.org/french/s/p232.html ; La Vierge Mariam et la Famille de Jésus Christ [232] (Édition 1.0 19971220-19971220).
Contrairement à la croyance populaire, la mère de Jésus Christ ne s'appelait pas Marie. Elle n'est pas restée une vierge. Elle a eu beaucoup d'autres enfants qui sont venus à jouer un rôle significatif dans le développement de la première Église. Christ avait aussi d'autres parents de sang qui, avec ses frères et neveux, ont également joué des rôles importants dans la première Église. Ce qui leur est arrivé est une condamnation surprenante de la religion Chrétienne. Christian Churches of God PO Box 369, WODEN ACT 2606, AUSTRALIA]

9 – ce mot grec, peut surprendre chez les égyptiens

10 – rappelons que l’offertoire était du genre féminin et avait une forme de croix avant de devenir un soleil éclatant d’or pour une hostie ronde et passer au genre masculin… la terre était pour Rome le centre du monde. Puisque la science et la culture, ennemies héréditaires des religions, ont prouvé que le soleil n’est que le centre du système solaire d’où l’imagerie d’un dieu "paternel". Chose déjà connue des anciens, le soleil a repris sa place redevenant un soleil héliocentrique, centre du grand TOUT mais nous savons maintenant que le soleil est lui-même un élément qui se déplace dans l’univers.
La pomme fruit de l’arbre de la connaissance que dieu avait interdite à Adam et Ève au paradis l’a surtout été par les religieux qui voulaient maintenir le peuple dans l’ignorance tant il est facile de régner sur des êtres incultes et surtout la connaissance supprimait l’intercession des prêtres entre dieu et les hommes.

11 – Le disque plein était souvent cantonné par une croix qui rappelait la croix des équinoxes et des solstices. Les quatre cantons pouvant être subdivisés en deux parts égales. La fertilité de l'imagination a donné toutes les formes possibles à ces croix. Les cantons ont même été subdivisés en trois donnant les douze maisons de l'astrologie…
Ces représentations furent nommées croix discales dont les croix basques sont un exemple avec une croix représentée sur une des faces, voire les deux, mais ce n'est pas la croix ankh égyptienne dont le symbole était la représentation de l'homme par le tau "le sexe et les génitoires et la femme par le rond, creux de la vulve", la croix ankh serait certainement la première croix anthropomorphe cependant elle sort de notre étude. Nous avons connaissance d'une croix discale figurant sur une face la croix ankh surmontant un "U" inversé qui lui donnerait une silhouette humaine simplifiée.
La croix dite giratoire représente un crucifié "le Christ" sur une face et sur l'autre une femme les mains jointes sur sa ceinture ou son giron debout et adossée à la croix.
Il y a enfin la croix triple ou croix papale qui dépeint l'union des trois ordres (spirituel ou céleste; psychique ou intermédiaire; physique ou terrestre) représentée par la verticale. Elle est associée au Pontife, c'est-à-dire à celui qui est et qui fait le pont entre les trois mondes. A ce titre, il est le véritable médiateur entre les mondes d'en haut et d'en bas, les principes divins et le physique.


Gral



Voir la page d'accueil sur le christianisme


Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Vos contributions    Haut de page    Contactcontact   Copyright ©