Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Vos contributions    > Les fustigations... > Page 2


Les fustigations de la conscience humaine

... et autres textes - Page 2


par Laine Gebel  -  envoi du 07/10/2010




Les textes publiés dans Vos contributions (rouge foncé) ne représentent que l'opinion de leurs auteurs.





Second visage


Un intérieur de porc dans une enveloppe d’agneau.
Tortionnaires de corps et d’âmes.
Créateurs d’angoisses réelles dues à vos fantasmes de l’irréel.
Meneurs de troubles existentiels.
Distributeurs de cerveaux martyrisés.
Façonneurs de coeurs englués.
Vous modelez des âmes insomniaques,
Avec votre extrémisme religieux.


© 2001 Laine Gebel




L'illusionniste


Croyez-vous adorer un dieu de bonté et de sagesse ?

Regardez donc ! Vous priez un parfait illusionniste.

En bourrant votre crâne d'inepties, il vous conduit sur la route de l'ivresse.

Le jeu dont il jubile, est de remplacer votre cerveau par un kyste.

Ce qui rend votre esprit d'une telle mollesse.

Il brouille toutes vos précieuses pistes, de façon à rendre inviolable sa forteresse.

Il y a erreur !

Ce n'est pas un dieu de lumière divine que vous adorez, mais votre propre démon.

Qui vous offre la fortune sans valeur et le sourire du tricheur.

L'amertume se presse de vous rejoindre durant vos sautes d'humeurs.

Afin de vous torturer et vous faire perdre la raison.

Mais vous aimez tant souffrir.


© 1999 Laine Gebel




Les propos subversifs d’une Fourmi sans nom


Travaillant tel que le Rien, le Non-Être, pareil qu’une image oubliée. J’espère !
Ma Foi, en un futur paisible, me permet d’emprisonner le fantasme.
Ce fantasme, qui lui, à mon grand désespoir reste qu’une utopie !

Mais prenez garde, êtres incrédules, tantôt vociférera le volcan des âmes entassées. Le mont des inutiles.
Oui ! Les âmes avec lesquelles vous vous pavanez avec fierté, afin d’acquérir une notoriété.
Une gloire, qui sans avoir eu le temps de prononcer "Moi", c’est évanoui dans les méandres de votre Ego.
Miséricorde, pitié, pour votre "Moi" avide de gigantisme.

Vos semblables, (Même plébéiens), pourraient sans miracle vous permettre de Voir !
Oui, de recouvrer la vue, d’annihiler le platine de vos pupilles rutilantes. Rutilantes, comme l’étonnement d’un être candide, n’ayant connu que l’archétype d’une béatitude illusoire…
Je remarque clairement, que notre Présence, n’est qu’un automatisme.

La Reine, avec le temps, est devenue plus sélective, elle ne perçoit que nos imperfections.
Je commence à croire, qu’elle n’est que le fruit de l’eugénisme !
Bientôt, la Reine des Fourmis, m’enverra dans ce qu’elle appelle, le "Cul-de-sac".
Le terrifiant et légendaire lieu, dont nous connaissons que son nom.
Nous, les Imparfaits, l’avons nommé, le "Cube noir"…
Personne, ne revient de ce fameux "Cul-de-sac ", ou «Cube noir" pour les profanes.
La Reine des Fourmis dit : "Les Inutiles finissent toujours face à ce mur, qui est et sera leur dernier paysage…"
Que ce soit, l’inutile, le vieillard, le cancre, le fauteur de troubles, l’imaginatif, le novateur, le penseur, le rêveur, le gêneur, bref, pour la Reine des Fourmis, tous les éléments faisant partie de sa marge d’erreur.

Dès leur création, les éléments s’échappant du droit chemin, donc, ne répondant plus aux critères de la "Sainte Colonie", sont immédiatement marqués du symbole "Fer rouge". Marque, qui est difficilement camouflable, car placé sur le front ainsi que sur la main avec laquelle le torturé écrit…

Nulle compassion, nulle faveur. La rigueur, l’isolement, la dévotion totale à la Reine.
Cette Reine, qui pour les fidèles sujets, représente l’ultime, l’apogée, le paroxysme de la Raison. Le sceau de la Vérité…

Etant déjà marqué par le feu, je porte sur mon corps d’insecte, la marque que l’on m’a infligé par évidence. La marque qui nous diffère de la colonie !
Je brise la censure ! Car, quoi qu’il en soit, je vais tantôt admirer le "Cube noir". Ma dernière contemplation.

Je meurs le cœur léger, car tous mes semblables, même les plus éloignés, ont remarqué la marque qui différencie les Etres libres des Etres enchaînés…

La marque qui démontre que même la science la plus exacte, ne peut expliquer la complexité de l’Etre.


© 2007 Laine Gebel





Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Vos contributions    Haut de page    Contactcontact   Copyright ©