Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Vos contributions    > Une étude de la Bible > Page 3/3



Une étude de la Bible


(Page 3 / 3)

Par Georges Timmermans  -  23 novembre 2003

Voir le début de Une étude de la bible





Les textes publiés dans Votre espace, en rouge foncé, ne représentent que l'opinion de leurs auteurs.



Quelques faits

1°/ Les Hébreux n'ont pas fui l'Égypte

Seules quelques familles avaient émigré en Égypte, où elles n'étaient pas en esclavage ! De ce fait, les Hébreux n'ont pas pu errer dans le désert sous la direction de Moise et conquérir le Canaan, puisque la majorité d'entre eux s'y trouvaient déjà ! Ce qui remet indirectement en question l'épisode de la remise à Moise des Tables de la loi...

2°/ La majorité des Hébreux vivaient sur place en Palestine depuis de générations.

C'étaient des bergers venus des montagnes de la région à la fin de l'âge du bronze. A cette époque, on a retrouvé leurs tombes mais pas leurs villages (peut-être s'agissait-il de nomades)
Au début de l'âge du fer, il s'est constitué dans la région des centaines de petites agglomérations où habitaient des paysans éleveurs (chèvres, moutons) On n'a pas trouvé de traces archéologiques d'une conquête militaire, on suppose donc que les ancêtres des Hébreux qui étaient des nomades, ont dû se sédentariser et se sont alors mélangés aux agriculteurs sédentaires indigènes.

3°/ Josué et Jéricho

Josué ne s'est pas emparé de la cité au XII siècle av. J.-C. comme le laisse entendre l'Ancien Testament, puisqu'elle était abandonnée à cette époque. Exit donc l'épisode des fameuses trompettes. Par contre on a retrouvé une porte fortifiée encadrée de deux tours hautes de 7 m. le tout daté du II° millénaire, et de nombreuses habitations du I° millénaire. Les fouilles ont aussi mis en évidence l'attaque et l'incendie de cette ville vers - 1520 par le pharaon Amosis. Les rédacteurs de la Bible ont-ils attribué à Josué les destructions d'Amosis ?

4°/ La mine de cuivre égyptien de Tinna

Les Midianites sont cités dans la Bible, un de leur grand prêtre (Jethro) donne sa fille en mariage à Moïse. Vers 4000 avant J.-C., les Midianites exploitent un gisement de malachite dans le désert du Neguev et exportent le minerai de cuivre brut en Egypte.
500 ans plus tard, l'Egypte met la région sous protectorat et installe une colonie minière à Tinna pour rationaliser la production. La malachite est transformée sur place en cuivre brut, probablement par des artisans métallurgistes d'origine égyptienne, mais la main-d’œuvre locale reste utilisée pour le ramassage du minerai, son triage, lavage et concassage (à la meule de pierre, comme du grain). Il ne semble pas s'agir d'esclavage mais de main-d’œuvre rémunérée.
Vers 1300 avant J.C. de nombreux bâtiments en dur sont construits, dont un temple dédié à la déesse Hathor. Le site est protégé par un réseau de fortifications et une garnison militaire. Dans le temple d'Hathor, on a retrouvé une statue de cette divinité ainsi qu'une amulette en forme de bélier, le tout réalisé dans le cuivre local. Plus tard, lorsque l'Egypte tombera en décadence, la mine de Tinna sera abandonnée : les pierres du temple d'Hator serviront à caler une tente midianite, le minerai, ramassé irrégulièrement, ne sera plus traité sur place mais exporté, comme au début de l'exploitation.
Le même processus est constaté dans d'autres mines de la région (aigue-marine, turquoise, lapis-lazuli) exploitées irrégulièrement par l'Egypte.

5°/ David, Salomon et le royaume d'Israël

Le royaume unifié par David (et son fils Salomon) décrit dans la Bible ne correspond pas à celui révélé par les fouilles archéologiques. Ce n'était, dans le meilleur des cas, qu'un minuscule royaume mal unifié et divisé en tribus mal soumises, il était par ailleurs étouffé et écrasé par ses puissants voisins (Égypte, Mésopotamie, Hittites, Phénicie, Mitani, etc.)

Le roi David n'a pas fondé Jérusalem car les fouilles n'ont trouvé aucun objet de cette époque, exception faite de quelques poteries. Jérusalem devant alors être une petite ville sans grande importance. On pense d'ailleurs que le roi David n'y résidait pas, lui préférant une petite forteresse entre Hébron et Jérusalem. Ceux qui ont rédigé la Bible ont projeté dans le passé la Jérusalem telle qu'elle était au VIII° siècle avant notre ère, avec ses murailles et sa culture. Le roi David a cependant existé. On a trouvé en 1993, dans la ville biblique de Dan (dans le nord d'Israël) une inscription "Beth David" (la maison de David - voir introduction)

6° / L'apparition du monothéisme mosaïque

Le monothéisme en tant que culte officiel du royaume d'Israël n'est affecté qu'en - 722 et non en - 1500 comme le prétend la Bible, date supposée de la révélation faite par Dieu à Moïse au mont Sinaï.
Il apparaît en réalité bien plus tard que ne le prétend la Bible. Plusieurs inscriptions prouvent que les Hébreux adoraient le couple divin Jéhovah/Ashera (sa compagne) dans un culte commun. On comprend mieux, dans ce cadre, l'histoire du culte du "Veau d'or" ou des "serpents d'airain". Ce devaient être soit des cultes païens indigènes, soit des influences étrangères (Égypte, Phénicie etc.).

"Les fils ramassent du bois, les pères allument le feu, les femmes pétrissent de la pâte pour faire des gâteaux à la reine du ciel, et répandent des libations à d'autres dieux, afin de m'offenser (dixit Yaweh)
Livre de Jérémie chap. VII-17 et 18.

Les commentaires du chanoine Crampon sont éloquents : La reine du ciel l'Astarté assyrienne (ou Ashera, ou Ishtar, etc.). Les gâteaux qu'on lui offrait, ronds et petits, représentaient le disque lunaire. Les précisions de la Bible de Jérusalem vont dans le même sens : Ishtar (Astarté) déesse de la fécondité dans le panthéon mésopotamien ou de la fécondité on l'identifiait à la planète Vénus.

Un extrait du Livre des Rois - Chap. XVII,7-23 - Règne de Manassé (687-642) démontre que le polythéisme est loin d'être vaincu. A la mort de son père le roi Ezechias Manassé rétablit le culte de Baal et la bible précise". Il pratique les incantations et la divination, installa des nécromants et des devins,... il plaça l'idole d'Ashéra dans le Temple (de Yavhé)
Son fils Amon, poursuivit le culte polythéiste de son père et fut tué suite à une conspiration, mais le peuple vengea sa mort. Son fils Jonas rétablit le culte monothéiste.
Il détruisit tous les objets du culte de Baal et d'Ashera. "Il brisa aussi les stèles, coupa les pieux sacrés et combla leurs emplacements avec des ossements humains"
Il fit disparaître "Tous les temples des hauts lieux qui étaient dans les villes de la Samarie, et que les rois d'Israël avaient bâtis... tous les prêtres des hauts lieux qui étaient là furent immolés par lui sur les autels et il y brûla des ossements humains."

Concluons avec un extrait du Deutéronome : XVI, 21 "... Si un homme ou une femme... qui aille à d'autres dieux pour les servir et se prosterner devant eux, devant le soleil, ou la lune...si le bruit est vrai et le fait bien établi...alors tu feras conduire aux portes de ta ville l'homme ou la femme coupable et tu les lapideras jusqu'à ce qu'ils meurent. "


Remarque

La Bible reste toujours une des sources d'informations historiques irremplaçables sur l'âge du fer en Palestine, la question est de savoir comment corriger les ajouts et déformations que les différentes religions "bibliques" lui ont apportés à toutes les époques (depuis l'antiquité jusqu'à nos jours) pour adapter le récit historique de départ aux miracles, prophéties etc. "La Bible est composée de différentes sources, plusieurs fois retravaillées et réécrites, mais moi-même je considère que des portions du matériel biblique sont historiques, mais {lesquelles} c'est ce que nous devons déterminer" (Israël Finkelstein)


En conclusion

En Israël le grand public se désintéresse de ces faits connus et reconnus depuis des dizaines d'années. Plutôt que de tenter de les remettre en question par d'autres recherches, la politique officielle semble être d'oublier, d'étouffer ces résultats gênants. Cependant, certains extrémistes ont contraint certains savants à se réfugier en Amérique et à garder l'anonymat même si, la majorité des archéologues, qu'ils soient étrangers ou israéliens souscrivent officieusement aux conclusions publiées par Herzog dans le journal Ha'arezt (et qui ont servi de base à cet article) Des éléments de l'article de Ha'aretz Daily Newspaper ont aussi été édités sous la forme d'un livre ("Que la Bible disparaisse d'une bibliothèque juive") par le professeur N 'Ne'eman. Mais ce livre est passé presque inaperçu.
Il faut dire que la Bible n'a pas qu'un caractère religieux, elle constitue aussi une des bases historiques de l'identité israélienne. "Les gens sont ici à la recherche de leurs racines" a déclaré ainsi Israël Finkelstein et "l'archéologie sert de lunettes qui leur permettent de regarder vers le passé".
Nous espérons que cette prise de conscience des mensonges de la Bible finira par s'imposer. Ce refus de voir la réalité n'est pas spécifique à Israël et aux monothéistes, les Celtomanes des siècles derniers ont aussi eu en leur temps leurs dogmes, souvent curieusement inspirées d'une vision biblique du monde. Que dire par exemple des "Druides galiléens", du "Graal chrétien" et de ces autres manipulations historiques que l'Eglise a créés au Moyen Age pour essayer de conserver son emprise sociale ?


Georges Timmermans



>>>   Retour au début de   Une étude de la Bible

Voir la page d'accueil sur la Bible


Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Vos contributions    Haut de page    Contactcontact   Copyright ©