Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Vos contributions    > Critiquer les religions !


Critiquer les religions !


Voilà le grand dilemme actuel


par Salvatore Pertutti  -  21/01/2007




Les textes publiés dans Vos contributions (rouge foncé) ne représentent que l'opinion de leurs auteurs.




La question ne serait-elle pas plutôt :

Les doctrines religieuses sont-elles compatibles avec les idéaux humanistes d'égalité des sexes et de tolérance, défendus par l'ensemble des pays démocratiques ?

Comment peut-on tout mettre en œuvre (dans nos sociétés) pour lutter contre le sexisme et l'homophobie et permettre aux religions de nous expliquer que la femme doit être soumise ou que l'homosexualité est une maladie…

Il ne s'agit pas là de raisonner sur le bien-fondé ou pas de la foi…Mais de suivre le bon sens et la loi.

En effet, le droit français interdit la commercialisation d'ouvrages qui appellent à la discrimination envers n'importe quelle minorité (loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse).

A ce titre j'ai porté plainte, au tribunal de Thionville, contre l'un des éditeurs de la Bible (Edition Cerf) et l'un des éditeurs du Coran (Edition Maisonneuve et Larose), pour diffusion d'ouvrage à caractère sexiste, homophobe et sectaire.

Je vous cite quelques uns des passages de la Bible et du Coran que j'ai utilisé lors de mon dépôt de plainte :


La Bible Ancien Testament

Le Lévitique . chapitre 20. Châtiments.
13 - "l'homme qui couche avec un homme comme on couche avec une femme : c'est une abomination qu'ils ont tous deux commise, ils devront mourir, leur sang retombera sur eux."


La Bible Nouveau Testament

Première épître a Timothée. Chapitre 2 .
tenue des femmes.
11 - "pendant l'instruction, la femme doit garder le silence, en toute soumission."
12 - "je ne permets pas à la femme d'enseigner ni de faire la loi à l'homme. Qu'elle garde le silence."


Le Coran

Sourate IX
5 - "quand les mois sacrés seront expirés, tuez les infidèles quelque part que vous les trouviez&nbp;!"

124/123 "O vous qui croyez ! combattez ceux des infidèles qui sont dans votre voisinage ! qu'ils trouvent en vous de la dureté ! sachez qu'Allah est avec les pieux les musulmans) !"


La procédure remonte au 6 janvier 2005 . D'auditions, en appel, elle suit son cours, je suis à nouveau convoqué devant le tribunal de Metz le 25 janvier.

Je ne suis ni fou, ni farfelu...

Simple citoyen (démocrate et athée), mon souhait n'est pas d'interdire ces livres ou de provoquer qui que ce soit, mais de créer un vaste débat et de transformer une action individuelle en un mouvement de réflexion collectif.

Je souhaite que les non-croyants, les croyants, les politiques, les intellectuel(les), les associations... participent à cette réflexion.

J'ai tout à fait conscience que parler de la Bible et du Coran en des termes juridiques n'est pas chose facile, et que cela risque d'exacerber les passions…

Néanmoins, je pense que s'interdire la critique des religions, sous prétexte que cela envenimerai encore plus la situation, est une erreur.

La France, pays de la déclaration des droits de l'homme, doit rester, pour le reste du monde, un exemple en matière de liberté de pensée.

Reculer aujourd'hui, c'est céder demain.


Salvatore Pertutti


Mes coordonnées :
   Salvatore.pertutti@laposte.net
   www.le-monde-pluriel.eu
   Salvatore.pertutti
   B.P 30444
   57105 Thionville cedex.



Suite

25/01/2007

Objet: suivi de plainte

Bonjour

Je suis passé (avec mon avocat) aujourd'hui à 11 heures au tribunal de Metz devant la cour d'appel.

L'accueil fut à nouveau glacial.
Les magistrats ont axés l'ensemble des débats autour du fait que, dans le cadre de loi du 29 juillet 1881, seul l'Etat pouvait porter plainte pour propos à caractère sectaire selon l'article 48.

Article 48
6° Dans le cas de diffamation envers les particuliers prévu par l'article 32 et dans le cas d'injure prévu par l'article 33, paragraphe 2, la poursuite n'aura lieu que sur la plainte de la personne diffamée ou injuriée. Toutefois, la poursuite, pourra être exercée d'office par le ministère public lorsque la diffamation ou l'injure aura été commise envers une personne ou un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée ;

Nous avons donc demandés à la cour pourquoi aucune démarche publique n'avait été prise à l'encontre de la bible et du coran.

La cour nous a répondu que mon action en justice visait la Bible et le Coran (leurs éditeurs plus exactement), et qu'en aucun cas je n'ai mentionné une possible faute de l'Etat... C'est exact, pour que je puisse avancer un manquement de l'Etat il faut pouvoir le constater!!!

Nous connaîtrons la décision de la cour sous quinzaine.

Mon avocat pense que les magistrats vont se retrancher derrière l'article 48.

Si tel est le cas nous demanderons des comptes à l'Etat pour non respect de la législation.

La procédure continue.

Bien sûr rien n'est facile. Je ne baisse pas les bras. Je reçois chaque jour des mails d'encouragement.
On parle, sur le net, de plus en plus de ce dépôt de plainte.
Peut être que d'autres à leur tour vont intenter une action en justice contre la Bible et le Coran.

Amicalement.


Salva Pertutti



Suite

03/03/2007

Bonjour.

Nous venons de recevoir, mon avocat et moi, la décision du tribunal concernant ma plainte.
La cour la déclare irrecevable en s'alignant sur la position du juge d'instruction de Thionville (prise en septembre 2006).
C'est-à-dire:
Plainte irrecevable au motif que la bible et le coran ne me visent pas directement par leurs propos discriminatoires, mais s'attaque à des communautés et des minorités.

Ce n'est pas Salvatore Pertutti que ces religions veulent voir soumise, battue ou tuée, mais des femmes, des homosexuel(les), des non-croyants…et dans ce cas l'article 48 de cette loi stipule que le ministère public se réservent le droit de poursuivre directement les fautifs dés lors qu'ils s'attaquent à des groupes d'individus.

Nous prenons acte de cette décision de justice ...et continuons bien sur la procédure.
Nous allons, en premier lieu, demander une audience auprès du médiateur de la république.
Nous souhaitons qu'il nous explique la logique de la justice, qui consiste à établir une loi contre les discriminations et à en interdire l'usage...

Parallèlement un dossier va être déposé auprès de la cour européenne des droits de l'homme.

Nous allons saisir, la dite cour, au motif que la France ne respecte pas ses engagements européens afin de lutter contres les discriminations.

Partout en Europe un embryon d'action juridique, destiné à contrer les religions, voit le jour.

Je réitère régulièrement mon appel afin que d'autres rejoignent ce mouvement citoyen.


Salva Pertutti



Voir la suite de l'affaire : Dépot de plainte



Voir la page d'accueil sur la justice


Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Vos contributions    Haut de page    Contactcontact   Copyright ©