Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Vos contributions    > Contrepèteries > Compléments



Contrepèteries et contrepets

Compléments


Par Gral  -  19 juillet 2006

Page de définition des contrepéteries



Les contrepets démoulent les sages ! (d’après Lalune)
ATTENTION ! Certains jeux de mots peuvent choquer la sensibilité ou la pudibonderie, aussi, déclinons-nous toutes responsabilités dans les interprétations que ferait le lecteur des phrases qui suivent cet avertissement.
Toutes ressemblances de l’énoncé de celles-ci avec une situation concrète autre que celle énoncée dans la phrase, elle-même, ne sauraient être que le fruit de l'imagination ou/et de l'interprétation qu'en ferait le lecteur. En aucun cas, elles ne sauraient être en rapport avec le contenu du texte énoncé par lui-même.



Avant tout, nous tenons à préciser que plusieurs des contrepets commis existaient sous une autre forme dans le langage spécialisé. Nous n’avons fait que les adapter pour répondre aux vues de ce site pour vous montrer que l’on peut faire dire ce que l’on veut aux mots. Un puriste pourrait émettre la remarque que certains de ces contrepets sont des resucées. Ceci nous donne une richesse énorme pour les contrepets, richesse qui peut être amplifiée par les jeux de mots approximatifs car comme nous l’avions déjà signalé : "Plus c’est mauvais, meilleur c’est !". Faire un contrepet sur la religion, c’est faire fleurir la canopée.

Commettre des contrepets est un sport typiquement hexagonal que nous avons essaimé dans plusieurs pays, le calembour, sous sa forme de contrepet, repose sur une similitude de sons sans égards à l’orthographe. N’en déplaise aux puristes bienpensants, un contrepet se doit de transgresser toute éthique, qu’elle soit de correction, de politesse ou de bienséance, en un mot être absolument politiquement incorrect. Il ne doit respecter aucune déontologie. Quitte à faire honte au logis, il se doit d’être parfaitement irrespectueux !!!
De notre côté, nous sommes sûrs que c’est ce fameux côté irrespectueux qui attirerait les "contrepètistes" (1).
En effet, il permet de mentionner sous le couvert du contrepet, un jeu de mot particulièrement salace, frisant la pornographie, dégoûtant voire choquant pour certains, notamment pour tous ceux qui trouvent normal de garder pour la chambre à coucher ce que d’autres exposent au vu et au su de tous.
L’imperfection serait l’invention de mots à laquelle ont recours certains contrepéteurs pour faire un contrepet et c’est dommage car si contrepet il y a, le mot inexistant coupe son charme, même si la rime est là !
Je donnerais deux exemples :
Le premier (normal) est politique, il est précis et tout le monde peut le comprendre. Il a fleuri à une certaine époque : "Il est dit qu’il aurait tapé dans des caisses foreziennes" ;
Le second : "Il a rogné sur les coupettes". On peut aisément comprendre les jeux de mots cependant un puriste pourrait les refuser. Nous nous arrêterons-là dans cette énumération sans aborder les contrepets dont la résolution est dans l’"à peu près"…

Dans le contrepet suivant : "il me tire la botte" ; s’il est normal qu’un ami vous aide à vous déchausser au retour d’une compagnie de jésuite, le sujet du verbe mis au féminin, l’est moins.
Dans bien des cas cet exemple est suivi pour les contrepets dits "osés" à connotation sexuelle dans lesquels le sujet verbal est quasi toujours mis au masculin même si la conversion est préférable au féminin. Cependant, le sujet masculin apporte à la résolution une dimension teintée d’homosexualité.
En français, le genre masculin prime sur le genre féminin mais sous cet angle, cela fait donc un tabou de plus de bousculé ! N’en déplaise aux féministes…

"Il chope la rame et les bascules" ; ce contrepet dénote le racisme déguisé des ratonades policières en 1968. D’autres pourraient relever de la misogynie comme avec cet exemple : "Ce moine mange au relais de Saran", dont on trouve pratiquement l’équivalent à la page 23 des contrepèteries. Aucun domaine n’échappe à la chape du contrepet. Elle recouvre tout de sa "mante de fiel". Les domaines les plus courants sont vilipendés par le contrepet comme la cuisine avec cet exemple : "Puis déglacer l’épaule". Ce même contrepet aurait aussi bien pu se faire dans un exposé scientifique très sérieux : "le trou dans la couche d’ozone risque de déglacer les pôles". D’ailleurs, il est facile de constater que les pôles se déglacent !Nos climatologues préfèrent parler de la fonte des pôles pour éviter le piège. Le contrepet est donc le syncrétisme de tous les travers humains, sans exceptions. Nous l’avons précédemment vu pour un léger antisémitisme teinté de pédophilie avec le contrepet "…sur la berge du ravin"… de J. Oncial. L’auteur ne l’avait, peut-être, pas envisagé sous cet angle mais les qualités du personnage et le plaisir du jeu de mot l’ont emportés. Si on analyse le contrepet, d’autres choses peuvent surgir, chose qui feraient les choux gras des psychologues ou psychiatres…
Nous en avons la preuve avec ce site où les contrepets sont orientés sur les religions. Prenons par exemple : "défèque à la messe !". Ce contrepet un peu "limite" (2) possède phonétiquement trois résolutions dont une parfaitement antireligieuse...

Parmi les visiteurs de ces pages, environ cinq cents par mois, actuellement, il y a une forte proportion de gens d’église, des jésuites et des pasteurs et certainement d’autres... Nous savons aussi que de nombreux étudiants y viennent régulièrement…

Il faut aussi savoir que dans certain milieu, on apprécie de s’encanailler et le contrepet offre la chose élégamment car il permet de lutter contre l’éducation draconienne dans laquelle les "gros mots", insultes, mots orduriers, mots ayant trait aux sexes et à la sexualité en général étaient interdits.
Au départ, cela avait commencé en France avec le raffermissement de la religion vers les X, XIème siècle pour atteindre l’Angleterre puritaine où cela a perduré jusqu’à la fin de l’ère victorienne. Joël Martin émettait la remarque suivante que le contrepet aurait refait surface à la mort de la reine Victoria.
Sur le site ; http://lucyin.walon.org/livreye/bracman.html, nous relevons ceci : "L'imprimeur Caxton a été à l'origine de la normalisation de l'anglais. Il plaide donc ici pour l'utilisation des termes courants, fussent-ils francisés (l'anglais a plus de 50 % de termes d'origine latine). Il n'est pas favorable aux termes purs, plus anciens, mais incompréhensibles par la plupart de locuteurs. Il rejette aussi systématiquement les mots grossiers. Le rôle qu'a joué l'édition dans la normalisation de l'anglais au 15e siècle peut-il être joué par Internet au 21e siècle ?".

La plupart de logiciels de composition de texte ne reconnaissent ni les insultes ni les jurons. Sur la toile, il n’y est accepté aucune grossièreté ce qui laisse, selon leur choix, la possibilité à tel ou tel hébergeur de supprimer des clients potentiels…
Cependant ces mots sont employés sous couvert d’histoires, gauloiserie ou gaudriole entre jeunes ou étudiants voire d’autres milieux...

Le fait de commettre des contrepets peut-il se rapprocher du SGT (3) ou du besoin de s’exprimer par une coprolalie ou scatologie sous-jacente et camouflée ? Il est difficile de répondre ici car pour de nombreuses personnes, c’est ce côté salace de la résolution du contrepet qui choque comme pour d’autres, cet exercice de style appartiendrait à une forme d’élitisme pour la recherche du vocabulaire employé.
D’un autre côté, un contrepet qui n’est pas salace n’intéresse pas les amateurs de contrepets car dans ce cas, il perd tout son "sel" en n’étant qu’un simple jeu de mot ; IE. "On demande un bouquin dans les ruts" ce contrepet limite sera un jeu de mot pour le fan de foot alors que "la recherche d’un bouquin pour les rues" donnera une solution osée... Les deux solutions de ce contrepet dépendront de ce que l’on veut entendre ; les deux prononciations de rues et rut étant différentes. Une inversion entre le b et le r pour le premier et entre le r et le q pour le second. Un contrepet pouvant en cacher un autre ! Le second contrepet accepte les deux solutions.

Voici maintenant un encart publicitaire emprunté au site Fratazie : "Tout est dans l'Art du contrepet de Luc Etienne : Le reste est dans le manuel ou le dico de Joël Martin".
Le contrepet peut être analogique au contrepied (JM) ; prendre à contrepieds les gens ou le sens d’une phrase.
Je suis passionné par les contrepets reposants sur trois mots quand je les comprends (4) et je suis satisfait d’en avoir dégoté deux reposants sur quatre mots. Ils ne forment pas 2 contrepets :
— Leurs rillettes au beurre, je la leur foutrais bien dans le sable ! (5)
— Le berger écarta les biches et découvrit le petit mouton bien calé entre les deux chèvres. (5)
Ces deux exemples nous montrent la possibilité d’avoir des contrepets reposants sur quatre mots voire plus sans atteindre l’anagramme qui lui sortirait du domaine du contrepet. Je pense essentiellement aux deux phrases suivantes données en contrepets :
— J’ai lu tout l’historique des vins de messe depuis le mariage du christ ! Et :
— l’aspirant habite Javel.

Si le second de ces contrepets est bien connu, la solution du premier est proche de l’anagramme ; l’on y trouve, pas nécessairement en simultanéité, des mots comme : mage ; vagins ; cariste ; mariste ; Marie ; hystérique ; cri ; vesse ; vit ; main... donc un vaste choix de mots pour composer des phrases allant dans le sens de ce site et dont je vous laisse la plénitude.

Une dernière information avant que de se quitter ! Ce travail n’est pas exhaustif, il se veut un divertissement et est appelé à évoluer avec votre aide. J’ai regardé autour de moi, il semble y avoir des contrepets dans plusieurs autres pays que ceux cités en ma première partie.
Les vietnamiens composent beaucoup de contrepets. Je pense que c’est leur côté humour espiègle qui les y pousse et dernièrement, j’ai appris qu’en Afrique (notamment au Cameroun), les chanteurs ou bardes commettaient des contrepets qui étaient ensuite repris par la population.

Et pour se quitter sur une touche de légèreté, surtout masculine, n’oubliez pas que pour plaire ;
Un contrepet doit avoir un sens vulgaire et vaseux.


Gral


PS. : Je ne peux pas plaire à tout le monde mais quand je vois ceux à qui je ne plais pas, je suis rarement désolé. (5)
Je vous rappelle qu’il n’a jamais été dans mon intention de me moquer nommément d’une personne. Si je l’ai fait, c’est par inadvertance, je présente mes excuses à celle-ci et lui rappelle que seuls les jeux de mots et l’usage que l’on fait des mots m’intéressent.


>>> Suite :   La ronde des sons ! Les différentes formes de contrepèteries.





Notes :
  1. Mot dû à Luc Etienne qui jouant de la musique l’avait choisi proche phonétiquement de trompettiste. Nous lui préférerions contrepéteur…
  2. Considéré limite car déjà vulgaire avant sa résolution. Un exemple similaire avait été donné par le site : Fratazie avec le contrepet suivant : "Faire éjaculer le masque". Ici, la résolution peut s’adresser à un homme politique bien que le terme soit générique… Pour les curieux, l’idée proposée est fort intéressante, je la vois bien en sujet de dissertation !
  3. Syndrome de Gilles de la Tourette
  4. ceci entre nous : Il y a des contrepets que je ne comprends pas toujours et quand je ne veux pas les comprendre, je ne les comprends pas, même des très simples...
  5. Auteur en manque !



Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Vos contributions    Haut de page    Contactcontact   Copyright ©