Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Vos contributions    > Comment l'Eglise a su se maintenir


Comment l'Eglise a su se maintenir


par Tony  -  15/03/2012




Les textes publiés dans Vos contributions (rouge foncé) ne représentent que l'opinion de leurs auteurs.




On se pose souvent la question de savoir comment la religion chrétienne a pu s'imposer, ou bien si elle est fondée. D'ailleurs, beaucoup de critiques ont déjà été émises (et à juste titre), pour tous les effets néfastes de cette Eglise. Or, on oublie parfois de se demander comment un organisme tel que l'Eglise catholique a su se maintenir à travers les siècles. On pense alors souvent à la violence (que j'évoquerai), mais pourtant, il faut croire que la violence n'a pas été et n'est pas le fer de lance de cette dictature.


Mais alors comment la religion chrétienne a su se maintenir durablement ?

Voici une question apparemment anodine mais qui soulève de nombreux points : comment des siècles durant, un organisme aussi peu fiable a su largement dominer ? Comment peut-elle encore survivre et être persuadée de détenir la vérité ? On pourrait même élargir à toutes les religions, mais il est sujet ici de la religion catholique.

Les persécutions violentes réalisées par les chrétiens, bien que marquantes ne sont en réalité pas le moyen qu'a utilisé l'Eglise pour se maintenir (comme toutes les dictatures qui ont su se maintenir). Admettons ce postulat de départ et cherchons quelques pistes de réponses.

Mais qui est l'Eglise, qui la constitue ? des prêtres, des évêques, des mystiques : oui certes, mais en réalité, c'est une majorité écrasante de fidèles. Or, ce sont ces fidèles qui entretiennent par eux-mêmes cette religion, et nous expliquerons comment par la suite.

On constate pour commencer que la grande majorité des fidèles l'est par "hérédité", autrement dit, un fils de catholique sera très probablement catholique, et ceci est valable pour les autres religions. Forts de ce constat, il est possible de poursuivre nos observations : pourquoi des personnes qui ne sont pas culturellement à cette religion s'y joignent ? Y a-t-il une conviction ou plutôt une persuasion : l'expérience personnelle m'a montré que la deuxième proposition est vraisemblable.


Voici maintenant le regroupement des pistes d'exploration pour comprendre comment l'Eglise a pu se maintenir à travers les siècles.

Son maintien repose essentiellement sur 5 piliers :

    1- l'ignorance des fidèles

    2- la tradition et la culture

    3- la séduction et la persuasion

    4- l'usage de la propagande et de fausses preuves

    5- le recours à la violence




1- L'ignorance des fidèles

De tous temps, la "masse" de la population a toujours été un potentiel manipulable, et en ajoutant à cela l'ignorance la plus totale, cette masse devient un terrain fertile pour les religions et croyances diverses. Par exemple, la religion chrétienne, qui s'est installée dans un monde romain, a favorisé puis exploité l'ignorance de sorte les masses restent plongées dans le néant intellectuel le plus profond. A une époque ou moins d'un pourcent de la population est instruite, l'ignorance, même dans l'aristocratie, règne.

Et les rares instruits sont d'ailleurs les clercs, eux-mêmes à la botte de l'Eglise. Le peuple écoute donc béatement les discours cléricaux, les offices et croit hélas naïvement ce qu'on lui raconte sur Dieu, et l'homme, et ainsi il est asservi spirituellement et intellectuellement par ces soi-disant serviteurs de Dieu, lesquels peuvent à leur guise falsifier, modifier, nier ce qui est écrit dans la bible, dont le contenu était déjà invérifiable avant d'avoir été falsifié à l'origine.


2- La tradition et la culture

Le plus grand des paradoxes est que l'on pense encore aujourd'hui que la croyance est déterminée par celui qui y croit. C'est faux, c'est bien souvent (sinon toujours) le milieu culturel et la famille qui transmet la religion, en plus des autres coutumes, à l'insu des enfants, qui reproduisent le même schéma sans fin, générations après générations. Comment expliquer sinon qu'un enfant qui naît dans une famille musulmane devient musulman et qu'un enfant d'une famille chrétienne devient chrétien : une illumination ? L'enfant a trouvé tout seul sa religion? Ou bien est-ce que tout simplement on ne lui aurait pas laissé le choix et que dès sa naissance, on l'ait fait intégrer la communauté, de sorte qu'il ne puisse pas refuser, et qu'il perpétue la tradition? Voilà comment sans réfléchir, les familles qui croient faire bien en inculquant à leur enfant leur religion détruisent la liberté à coup de massue, non seulement celle de leurs enfants, mais aussi et surtout celle de toute leur descendance. Une fois baptisés, il est question de les endoctriner via de la propagande intense (catéchisme, messes,...) pendant leur enfance, car comme toutes les dictatures l'avouent à demi-mot, pour maintenir un peuple en esclavage, le conditionnement des enfants dès leur plus jeune âge détermine leur comportement, plus vieux.

Une fois l'enfant endoctriné et convaincu des mensonges qu'on lui apprend depuis tout petit, il n'aura pas de mal, grâce à la subjectivité des émotions et l'autosuggestion, à "rencontrer le Christ" et à "découvrir Dieu" (même si cela se résume en fait à un sentiment de satisfaction intérieure, détourné vers la religion).

Comme l'avait dit Karl Marx : "Ce n'est pas la conscience des hommes qui détermine leur existence, c'est au contraire leur existence sociale qui détermine leur conscience. " Et la religion est l'un des éléments clé de l'existence sociale.


3- La séduction et la persuasion

Le premier barrage qu'est la culture suffit à retenir les masses, mais si beaucoup croient sans réfléchir, il est parfois nécessaire de persuader les fidèles que leur foi n'est pas vaine mais bien fondée. Or, l'argumentation n'étant pas adaptée au message à faire passer, la seule solution est de séduire les fidèles dans leur foi, premièrement en les gratifiant, et en les faisant croire qu'ils sont des créatures de Dieu (et au passage, esclaves de Dieu, ou plutôt de l'Eglise...).

La séduction est souvent utilisée pour transformer de banales émotions (joies, tristesse, souffrance, peur,...) en sentiments quasi divins, sources d'amour, de bien-être et de sentiment de satisfaction, bref, la religion a pris un malin plaisir à diviniser des banalités de la vie de tous les jours, ce qui force à y croire lorsqu'on hésite... Inutile de dire que rien de la religion n'est rationnel, ni même prouvé ou prouvable : tout est de la persuasion, tout est dans la manipulation, le mensonge et le décor.

De plus, la religion a mainte fois usé de l'ignorance scientifique des fidèles pour diviniser de nombreux phénomènes pourtant parfaitement explicables, et donc encore plus fanatiser les foules. Comment une Eglise qui a tant nié la vérité peut aujourd'hui faire croire qu'elle souhaite coexister avec, puisqu'elle y est opposée ? Sa seule arme étant la persuasion...

Enfin, l'Eglise n'hésite pas à citer sans limite les quelques célèbres auteurs qui ont écrit à sa gloire, souvent eux-mêmes tombés dans la séduction. (Je pense par exemple à Blaise Pascal qui était pourtant loin d'être un idiot !)


4- L'usage de la propagande et de fausses preuves

A une époque où tout est remis en question, les évangiles ou les "paroles saintes" étant montré comme fausses, l'Eglise a trouvé une parade : la surinterprétation. En effet, il y a plusieurs siècles, il était inutile de confronter la religion à un raisonnement logique puisque personne n'allait vérifier par exemple que ce que disait le prêtre était bien dans la Bible parce que la Bible était en latin, et que presque personne ne savait lire. Mais aujourd'hui, avec le recul, l'Eglise extrait des symboles des "paroles sacrées". Par exemple, il y a des siècles, on croyait que la Genèse était réellement l'histoire, au mot près, c'est ce qu'il s'était passé. Mais aujourd'hui, face aux critiques, grâce à la surinterprétation, l'Eglise peut dire : "ce ne sont que des symboles mais cela ne remet pas en cause la foi" ou bien "il faut interpréter la Bible et pas la lire au mot près" et d'ailleurs "nous avons la seule et unique interprétation, donc la vérité".

Voilà sur quoi repose cette religion, des livres écrits par on ne sait qui, on ne sait où, ni pourquoi et comment, falsifiés, modifiés, "surinterprétés", traduits d'une langue à une autre, etc...

Enfin, l'Eglise a longtemps, soit utilisé, soit initié les techniques très utilisées par les dictatures pour contrôler le peuple :

la première étape consiste à s'emparer de l'esprit des plus jeunes (comme dit plus haut), et leur marteler des messages, puisque comme l'ont bien compris les dictatures, les esprits jeunes sont bien plus faciles à influencer, puisqu'ils ont confiance et ne se méfient pas ! Pour ça, il existe une large gamme de produits : écoles privées catholiques, catéchisme, messes, sacrements, endoctrinement, mensonges, etc... (inutile de vous dire que les gens qui agissent directement au quotidien sont eux, persuadés de faire le bien et de diffuser le message du Christ !)

Puis, une fois adulte, ce même enfant fera subir volontairement le même sort à ses propres enfants et va entretenir cette reproduction sociale et spirituelle en pensant que c'est une chose bien ! Or c'est faux, d'ailleurs, si on laissait le choix de la religion à un âge plus mûr, les églises se videraient, les mosquées aussi, pour une raison bien simple : un esprit dont on ne s'est pas emparé dès le plus jeune âge ne peut pas se laisser si facilement manipuler.

Mais la religion laisse des sceptiques, qui en s'affranchissant du problème de la tradition et en réfléchissant découvrent, déjà plusieurs siècles avant nous, la supercherie d'où ce qui va suivre.


5- Le recours à la violence (l'ultime solution)

Ceux qui découvrent donc la supercherie ne doivent pas aller répandre le "blasphème" et "l'hérésie", il a ainsi été longtemps question de brûler simplement ceux qui se montraient trop curieux quant à la réalité des choses et qui remettaient à juste titre en question l'ordre politique, moral, religieux.

On peut se poser des questions :

- Pourquoi l'Eglise se serait-elle souciée de "fauteurs de troubles" si elle détenait réellement la vérité ?

- Pourquoi enfreindrait-elle elle-même tous les règlements qu'elle impose à la masse de fidèles ?

(réponse type : "parce que l'homme est imparfait, et donc sa religion aussi", mais on peut répondre à cela: "pourquoi un dieu si parfait et puissant aurait-il fait des créatures aussi imparfaites?"

- Et pourquoi un organisme voué à la paix, censé être pauvre et martyr est-il pendant des siècles un état au-dessus des Etats, très riche, qui a une armée et des fidèles à n'en plus pouvoir les compter?


L'Inquisition les croisades, et le massacre des hérétiques ainsi que de nos jours encore le mépris du respect de l'homme et de sa liberté (en le soumettant par la culture) montrent que l'Eglise catholique, qui se cache derrière ses saints et ses bonnes actions survit hypocritement grâce à des prêtres, des fanatiques, des intégristes, qui croient ce qu'on leur raconte depuis leur enfance comme leurs ancêtres.

Pendant des siècles, l'Eglise et la religion, de manière plus générale, ont été une excellent moyen de domination des masses, en exploitant d'une part leur naïveté, d'autre part leur ignorance, enfin grâce à la tradition et à la violence, la poursuite sur le "bon chemin" a été garantie pendant un certain temps.

Voilà donc comment en analysant quelques pistes, nous avons compris comment l'Eglise catholique (et d'ailleurs toutes les dictatures et religions) a su se maintenir : non pas comme on le croit souvent uniquement par la violence, mais surtout par le fait que l'Eglise, c'est avant tout des fidèles qui entretiennent eux-mêmes cette boucle infinie de la tradition qui consiste à imposer aux générations futures les mêmes mensonges qu'on nous a fait gober, et de la même manière.



J'espère que vous aurez eu l'esprit assez ouvert pour comprendre ce que j'ai tenté d'expliquer. Il ne s'agit en rien d'une attaque, mais plutôt d'une tentative d'explication objective du maintien du système "politico - religieux" de l'Eglise catholique, merci de m'avoir lu.



Tony



Voir la page d'accueil sur l'Eglise catholique




Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Vos contributions    Haut de page    Contactcontact   Copyright ©