Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Vos contributions    > Benoît XVI, un éminent ...


Communiqué de presse :

Benoît XVI, un éminent défenseur de l'impérialisme de la pensée catholique


par La Libre Pensée de l'Orne  -  01/03/2013




Les textes publiés dans Vos contributions (rouge foncé) ne représentent que l'opinion de leurs auteurs.




D'un point de vue profane, reconnaissons que Benoît XVI a eu le courage de quitter des fonctions qu'il ne se sentait plus capables d'assumer pleinement. D'un point de vue chrétien demandons-nous où souffle l'Esprit qui demande à Jean-Paul II de rester et à Benoît XVI de partir.
Les admirateurs du pape trouveront bien des raisons d'en faire l'éloge. Insistons quant à nous sur l'autre versant qu'ils auront tendance à laisser dans l'ombre.
Benoît XVI a été un pape crispé sur les dogmes de l'Eglise catholique. Illustrons par quelques exemples.
  1. Malgré le soi-disant ocuménisme ambiant, l'Eglise catholique est pour Benoît XVI la seule et unique Eglise du Christ. C'est une Eglise mère qui ne saurait s'abaisser à être sour d'une autre Eglise. C'est ce que contient la déclaration "Dominus iesus" de la Congrégation pour le doctrine de la foi qui fut dirigée pendant 23 ans par le cardinal Ratzinger : l'article 4 condamne le relativisme religieux qui douterait de "la subsistance de l'unique Eglise du Christ dans l'Eglise catholique." (§4)

  2. Mainmise de la foi sur la raison. Cela a été clairement dit par le pape lors de sa venue en France en 2008: "une culture purement positiviste, qui renverrait dans le domaine subjectif, comme non scientifique, la question concernant Dieu, serait la capitulation de la raison." (Par ex. sur la question de la théorie scientifique darwinienne de l'évolution, Benoît XVI est en retrait sur les déclarations de Jean Paul II.)

  3. Mainmise de la foi sur la morale: l'Etat du Vatican n'a toujours pas signé la Déclaration universelle des droits de l'Homme de 1948.

  4. Refus d'une laïcité digne de ce nom. Il l'a aussi clairement exprimé au César du moment, N. Sarkozy, non sans flatterie, parlant de sa "belle expression de laïcité positive" à laquelle l'ancien président avait donné un édifiant contenu dans son discours du Latran.

  5. Poursuite de la politique de béatification de personnes douteuses. Ainsi Benoît XVI a déclaré en 2009 Pie XII, Vénérable (Il sera sans doute bienheureux sous le prochain pontificat). Il s'est rallié à l'avis de son prédécesseur: "L'Eglise a été la seule véritable force de résistance face au nazisme, et seule elle a pris la défense du peuple juif." (!)

  6. Maintien du statut inférieur de la femme. Pas question d'ordination!.Aucun assouplissement, à quelques nuances près, sur la question de la contraception et de la maternité. Sa représentation de la sexualité est demeurée celle de l'encyclique "Humanae vitae" de Paul VI.

  7. Benoît XVI, comme Jean Paul II, maintient une chape de plomb sur les scandales financiers, empêchant toute enquête sérieuse sur le sujet, en particulier le soupçon de blanchiment de l'argent de la Mafia. L'Etat du Vatican est au dessus de la justice des hommes.
Arrêtons là l'énumération. L'histoire retiendra que Benoît XVI fut un pape autoritaire et dogmatique, plus proche de la profession de foi du 1er concile du Vatican que du 2ème : "Moi, Pie, évêque de l'Eglise catholique (.) je reconnais la sainte, catholique et apostolique Eglise romaine comme la mère et la maîtresse de toutes les églises."


La Libre Pensée de l'Orne



Voir la page d'accueil sur l'Eglise catholique



Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Vos contributions    Haut de page    Contactcontact   Copyright ©