Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion  >  Vos contributions    > Apostasie


Apostasie

dans l'Islam


par Georges Petitjean  -  27/01/2013




Les textes publiés dans Vos contributions (rouge foncé) ne représentent que l'opinion de leurs auteurs.




Le Coran ne comporte aucun verset qui ordonne explicitement de tuer l'apostat, il se contente de déverser comme à son habitude un torrent de haine à son égard, lui promettant l'enfer et les pires tourments.

Dans la deuxième sourate, en plus des turpitudes post-mortem, on envisage clairement la confiscation des biens terrestres :
    2:217 : " (.) Les infidèles ne cesseront de vous combattre tant qu'ils ne vous auront pas détournés de votre foi, si toutefois ils réussissent à le faire. Or, ceux d'entre vous qui renieront leur foi et mourront en état d'infidélité perdront à jamais le bénéfice de leurs ouvre dans cette vie et dans la vie future et seront voués au châtiment du feu."

    3:90 : "Mais pour ceux qui, après avoir cru, renient leur foi et se complaisent dans leur impiété, jamais leur repentir ne sera accordé. Ce sont ceux-là les vrais égarés."

    4:137 : "Ceux qui, après avoir cru, renient leur foi, puis la retrouvent pour la perdre à nouveau et s'enfermer dans l'impiété, ni ne les remettra dans la bonne voie."

Le reniement est voué à l'échec puisqu'une armée de bons croyants jouissant de l'absolution, viendra combattre les impies :
    5:54 : "Vous qui croyez ! Si certains d'entre vous renient leur foi, dieu fera surgir d'autres hommes qu'il aimera et qui l'aimeront. Humbles avec les croyants et durs envers les mécréants, ils combattront au service de Dieu, sans la crainte d'aucun reproche. Telle est la grâce de Dieu, qu'Il accorde à qui Il veut, car Dieu est le Détenteur des faveurs et l'Omniscient."

La sourate 16 justifie, en cas de nécessité, le simulacre de la foi en une autre religion :
    16 : "Quiconque renie Dieu après avoir cru - à moins d'y être contraint tout en demeurant fidèle intérieurement à sa foi -, ainsi que ceux qui ouvrent délibérément leur cour à l'impiété, sur ceux-là, la colère de dieu s'abattra et ils seront voués à un terrible châtiment."

La condamnation à mort qu'entraine l'apostasie provient essentiellement de la Sounna, cet ensemble supposé des paroles et des actes du prophète définissant "la loi immuable de Dieu". Les quatre écoles de jurisprudence sunnites ainsi que l'école chiite s'accordent sur le fait que le musulman qui quitte l'islam doit être exécuté. Cette peine correspond à une réalité concrète dans certains pays musulmans.

Quelques Hadiths, propos du prophète érigés en principes de gouvernance personnelle et collective pour les musulmans, justifient cette condamnation.

Dans le recueil reconnu par l'islam du "Sahîh Bukhari" l'iman Al Bukhari décrète :
    S B :6411 : "Le prophète a dit : - celui qui quitte sa religion, tuez-le !"
    Sahih Bukhari Volume 6, livre 61 :"J'ai entendu le prophète dire, - à la fin des temps, apparaîtront de jeunes gens aux idées folles. Ils parleront bien, mais ils sortiront de l'Islam, comme une flèche sort de son jeu leur foi ne dépassera pas leur gorge. Ainsi, partout où vous les trouvez, tuez-les , il y'aura une récompense pour ceux qui les tueront au jour de la résurrection."

    Pour Abdallah ibn Massoud :
    Sahîh de Muslim 3175 : "L'Envoyé d'Allah a dit : - Il n'est pas permis de verser le sang d'un musulman qui témoigne qu'il n'y a d'autre divinité qu'Allah et que je suis l'Envoyé d'Allah, sauf dans ces trois cas : l'époux adultère, le coupable d'un meurtre et l'apostat qui abandonne la communauté musulmane."


Georges Petitjean



Voir la page d'accueil sur l'apostasie



Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion   Vos contributions    Haut de page    Contactcontact   Copyright ©